Bilan | Octobre 2017

Bilan2

Octobre, performance, vacances. Grâce à la motivation, j’ai lu 8 livres. Malheureusement, ce mois-ci a été riche en lectures moyennes. Ma meilleure lecture d’Octobre est Psychanalyse des dessins animés que j’ai adoré. Les vacances m’ont permis de lire rapidement et de prendre du temps pour moi. Je suis heureuse de ce bilan.

8 Livres  2002 Pages

♥ 0 Coup de cœur

Bande

383940

414243

4445

Publicités

Les enfants hyperactifs

47

Du Dr Céline Causse

Lecture 2017

Résumé : Le guide indispensable aux parents et aux enseignants confrontés à l’hyperactivité Tout enfant turbulent n’est pas forcément hyperactif ! C’est pour éviter ce genre de raccourci que Céline Causse a écrit ce livre. Derrière le terme  » hyperactivité  » se cache en effet une maladie précise : le  » trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité  » ou TDAH. Titulaire d’une thèse de médecine sur le TDAH, Céline Causse met à profit dans ce livre sa double compétence de médecin et de journaliste médicale pour faire le point sur cette maladie neurocomportementale. Elle explique comment la reconnaître, la soigner et y faire face au quotidien, délivrant aux parents et aux enseignants les conseils recommandés par les meilleurs spécialistes.

Bande

39

Mon avis : L’hyperactivité est un sujet mal abordé de nos jours. En effet, un enfant hyperactif est associé à un mal éduqué. Hors ce n’est pas le cas, l’hyperactivité est une maladie/un trouble qui provient de plusieurs facteurs différents. Ce livre, écrit par un médecin, nous enseigne tout ce qu’il y a à savoir sur les enfants hyperactifs, les origines, les traitements, les approches pour canaliser son enfant.

J’ai repéré ce livre-ci à la bibliothèque universitaire, après l’avoir feuilleté et trouvé vraiment bien construit, j’ai décidé de me le procurer. En effet, mes premières impressions étaient les bonnes, cet ouvrage est clair, net et précis. Lorsque l’on est professionnel, il est souvent tentant d’utiliser du vocabulaire technique, ici ce livre est destiné aux familles, professeurs et bien d’autres, si bien que les mots utilisés sont accessibles à tous. Il y a plusieurs parties, une définition simple et développée de l’hyperactivité, les origines, les soins, la manière de gérer l’hyperactivité au quotidien. À la fin de l’ouvrage se trouve des adresses d’associations en aide au TDAH, il est parfaitement complet à mon sens.

C’est un livre que je recommande, sa facilité de compréhension est sûrement son point fort. La clarté et la mise en page sont de rigueur également. Il s’agit d’une bonne aide de base pour comprendre le TDAH (trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité), répondre à nos questions, faire des choix judicieux. J’ai beaucoup appris durant cette lecture et je ne regrette absolument pas cet achat utile.

★★★★★★★★★★

Sirius

46

De Stéphane Servant

Lecture 2017

Résumé : Alors que le monde se meurt, Avril, une jeune fille, tente tant bien que mal d’élever Kid. Entre leurs expéditions pour trouver de la nourriture et les leçons données au petit garçon, le temps s’écoule doucement… jusqu’au jour où le mystérieux passé d’Avril les jette brutalement sur la route. Il leur faut maintenant survivre sur une terre stérile pleine de dangers. Stéphane Servant, avec tout son talent de conteur, nous plonge dans un univers post-apocalyptique aussi fascinant que vénéneux. Une lecture addictive !

Bande

38.jpg

Je tiens à remercier les Éditions du Rouergue pour cet envoi.

Mon avis : Le monde n’est plus, les animaux n’existent plus, les humains sont rares. Tout y est apocalyptique et les chances sont minces de repeupler cette Terre comme avant. Survivre, c’est l’objectif de Kid et Avril. Le seul moyen est d’atteindre la Montagne.

Kid est un enfant dont le langage n’est pas parfait, son âge n’est pas précisé mais je suppose qu’il a entre 4 et 6 ans. Capable de faire des phrases avec un aspect très enfantin. Ce personnage m’a dérangé car je trouve qu’il n’est pas agréable de lire des dialogues avec des fautes (volontaires) afin de donner crédibilité à l’enfant qu’il est. Il pose beaucoup de questions et se répète énormément. Il est très proche des animaux. C’est un personnage que j’ai trouvé immature, ce qui est normal pour sa tranche d’âge mais aux actions et mimétismes d’adulte. Je me suis retrouvée face à ce que j’appelle un « mini-adulte », le fait qu’un enfant fasse comme les grands. Je ne sais pas si cela était intentionnel de la part de l’auteur mais il pourrait s’agir ici d’une dénonciation de l’enfant d’aujourd’hui. J’ai détesté ce personnage, il m’agaçait au plus haut point par sa façon de parler et ses agissements. Avril, sa « sœur » n’a pas atteint mon cœur non plus. Je n’ai pas été capable de comprendre ce qu’il se passait dans sa tête, elle me semblait perdue, tantôt gentille tantôt son côté sombre ressortait. Son rapport aux animaux étant parfois particulier, je n’ai pu éprouver que de la haine envers elle.

Lorsque j’ai débuté ce roman, j’avais hâte en sachant, par un pressentiment, que cette lecture serait un triomphe ou un échec, qu’il n’y aurait pas de juste milieu. Dès les premières lignes, une sensation de lenteur s’est installée. La suite ne m’a guère convaincu car j’ai retrouvé ces longueurs durant tout le roman, soit plus de 400 pages. Il serait injuste de dire qu’il ne se passe rien et qu’il n’y a pas d’action car il y en a. Malheureusement, les péripéties étaient répétitives, et les autres, trop rares. Le voyage de Kid et Avril m’a semblé interminable.

La particularité de Stéphane Servant est de donner une grande place aux animaux dans ses romans. Après analyse, j’en ai retenu deux messages. Je ne sais pas si là était l’intention de l’auteur, mais j’y ai vu le rapport entre animaux et humains. En effet, à certains moments de l’histoire, j’ai remarqué que l’animal était considéré comme un vulgaire bout de viande, qu’il avait une certaine place d’objet et que cela montrait la supériorité de l’humain comme dans notre monde actuel. Certains autres passages montraient une bienveillance entre les animaux et les humains, qu’une amitié était possible et qu’il n’y avait ni supériorité ni infériorité des espèces, que toutes races animales ou humaines étaient égales. Voici ce qui est ressorti de mon esprit après analyse et j’aime les messages de réalité que j’y ai compris.

Cette lecture est une déception, je n’ai pas aimé les personnages ni l’histoire en elle-même qui se répétait sans cesse. J’ai trouvé intéressant tout de même cette vision du bien et du mal dans du post-apocalyptique et les réactions observables qui montraient l’influence du désespoir sur les protagonistes. J’ai aimé l’entraide animaux/humains. Malheureusement, je n’ai rien apprécié de plus.

★★★★★★★★★★

Psychanalyse des dessins animés

45

De Geneviève Djénati

Lecture 2017

Résumé : Face aux dessins animés, rien d’autre ne compte pour les enfants. Mais savons-nous vraiment ce que nous leur donnons à voir, à rêver, à penser, lorsqu’ils visionnent une cassette ou un DVD, ou lorsque nous les emmenons au cinéma ? Comment choisir le programme qui convient à leur âge, appréhender leur colère, lorsque l’écran redevient noir, comprendre les messages véhiculés par des films aussi différents que Kirikou et la sorcière, les Pokémon ou les productions de Walt Disney ? Pour la première fois un ouvrage étudie les effets que produisent les dessins animés sur le psychisme de l’enfant, révélant ce qui, le plus souvent, nous échappe : ce que voient réellement les tout-petits. et leurs aînés.  En annexe sont présentés et commentés une sélection de vingt-deux dessins animés parmi les plus connus.

Bande

37

Mon avis : Cet ouvrage montre les stratégies et astuces des réalisateurs et de leur équipe pour attraper les enfants dans le filet des dessins animés. Il traite également des causes et conséquences de la télévision sur les petits, les programmes à éviter, ceux à privilégier, les analyser afin de transmettre de bonnes valeurs.

Afin de rassurer le plus grand nombre, ce livre est abordable à tous. En effet, le vocabulaire est tout à fait accessible, pas de mots compliqués et si jamais incompréhension il y a, un glossaire se trouve à la fin du livre. C’est d’ailleurs là ma grande surprise, la lecture est fluide, simple et tout à fait compréhensible. Si cet ouvrage vous tente, n’hésitez donc plus.

Le contenu du livre est quant à lui tout aussi merveilleux. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en le commençant. Nous y découvrons les stratégies publicitaires et celles des dessins animés afin d’en attirer le plus grand nombre, l’influence du son et de l’image sur les enfants, les conflits liés, le fait de choisir un programme et son contenu, et une quantité d’autres questions et explications très intéressantes. Le seul « petit bémol » que je peux noter est la présence de comparaisons entre les dessins animés assez légère durant la totalité du livre mais il y en a tout de même, pas de panique. Ils sont d’ailleurs connus, pour le plus grand plaisir du lecteur qui s’identifie aux dessins animés par lequel il était baigné étant enfant. Par exemple, Kirikou et la sorcière, Angelina Anaconda, les Télétubbies, bien entendu les Disney et d’autres.

J’ai appris une quantité impressionnante d’informations, je dirais même que ce livre peut m’être utile pour les cours. J’ai passé un bon moment, je pensais lire une lecture lourde et il se trouve que c’est l’inverse. La plume et le vocabulaire étant souple, la lecture en était allégée. De plus, une seconde énorme surprise, à la fin du livre se trouvent plusieurs pages d’analyses de dessins animés comme Babar, Le Roi Lion, Pokemon, Peter Pan et quelques autres. Autant dire que j’ai pris un immense plaisir à lire et à découvrir tout cela, ce dont les dessins animés traitaient vraiment.

J’ai mis une éternité à sortir ce livre de ma pile à lire et d’oser le lire. Il ne faut pas se fier aux apparences. J’ai passé un moment vraiment sympathique, entre dessins animés et assimilation/compréhension de l’enfant. Une compréhension abordable, des exemples concrets, des thèmes intéressants. Je sais que de nombreuses personnes sont intéressées par ce livre, jetez-vous dessus !

★★★★★★★★★★

Mes Perles [02]

Sans titre 1

Hello ! Après quelques mois, Mes Perles reviennent ! L’objectif étant de vous parler de mes coups de cœur ou excellentes lectures par une simple citation de mes chroniques ♥ Mon maître mot : la diversité. En quatre romans préférés, il y a de quoi faire ! Et puis … Peut-être que ma sélection vous donnera une idée pour Noël ou autres fêtes 😉

couv35947503Joyeux suicide et bonne année !

De Sophie de Villenoisy

«Tu fais quoi à Noël? 
Moi je me suicide et toi? 
Bien sûr, dit comme ça, ça peut paraître sinistre, mais à quarante-cinq ans c’est ma meilleure option. Ce n’est pas comme si je faisais des malheureux autour de moi. Comme si j’abandonnais mari et enfants. Je n’ai ni chien ni chat. Même pas un perroquet pour me pleurer.  Et puis ça me laisse deux mois pour faire connaissance avec mon vrai moi.  Deux mois c’est court. Ou long, ça dépend de ce qui se passe, en fait.  Tour à tour hilarant et émouvant, Joyeux suicide et bonne année est un antidote à la solitude, un hymne à la vie raconté avec finesse et impertinence par Sophie de Villenoisy.

« […] J’ai été transporté au pays du bonheur car c’est ce que l’auteure dégage, elle a su parfaitement manier l’humour et tenir en haleine l’espoir du lecteur. J’ai commencé ce livre avec quelques doutes, j’en ressors conquise et triste de l’avoir terminé. Ce roman frôle le coup de cœur de peu, j’ai reçu une énorme claque. Je suis heureuse. »

couv33606221Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler

De Luis Sepúlveda

Zorbas le chat grand noir et gros a promis à la mouette qui est venue mourir sur son balcon de couver son dernier oeuf, de protéger le poussin et de lui apprendre à voler Tous les chats du port de Hambourg vont se mobiliser pour l’aider à tenir ces promesses insolites.

« À mes yeux, il n’y a pas plus belle façon d’ouvrir l’esprit d’un enfant sur les conséquences sur les animaux qu’à travers une petite histoire adorable. […] L’histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler est un roman jeunesse saupoudré d’un aspect adulte dû aux sujets traités comme la pollution et l’impact sur les animaux. Je ne saurais dire qui de Zorbas ou moi est le plus heureux de cette fin magnifique. »

couv59046602Manifeste pour les animaux

De Franz-Olivier Giesbert & Collectif

Peut-on tuer les animaux, et à quelles conditions ? Notre lien avec eux doit-il être redéfini ? Franz-Olivier Giesbert s’interroge et bouscule les idées reçues, tout en faisant partager sa passion pour les bêtes. Après avoir présenté et commenté les textes des penseurs incontournables sur la question (de Montaigne à Voltaire), il donne la parole à de nombreuses personnalités, du philosophe au boucher, du chercheur au dompteur, qui livrent ici des textes éclairants.

« Ce roman est pour moi un coup de cœur, par ces auteurs qui ont conscience de ce qu’est la définition du mot animal. Voici un ouvrage que j’aime nommé « chef-d’oeuvre ». »

couv62182139Sortilège

De Alex Flinn

Je suis un monstre. Pourtant, autrefois, j’étais le type parfait : grand, beau, riche et… atrocement méchant. Je n’aimais que moi et c’est pour cela qu’un sort m’a été jeté. Je suis devenu une bête difforme, monstrueuse. Il me reste deux ans pour être aimé d’une jeune file, sinon… Ceci n’est pas un conte de fées. Mon histoire prend place aujourd’hui, en plein cœur de New York. J’espère que quelqu’un va venir à mon secours.

« La fin est épatante. J’ai beaucoup aimé cette histoire de la Belle et la Bête revisitée. […] Ce roman nous donne aussi une morale, celle d’aimer quelqu’un pour ce qu’il est à l’intérieur et non à l’extérieur. »

Derrière la porte

44

De Moka

Lecture 2017

Résumé : Derrière la porte, il fait froid, la saleté règne, il y a Damien. Cette porte, c’est la porte du grenier. C’est là que vit Damien. Sa belle-mère, qu’il doit appeler Madame, en a décidé ainsi. Quand elle ne l’enferme pas à la cave, pour le punir de bêtises imaginaires et passer ses nerfs sur lui, elle lui arrache des poignées de cheveux. Quand elle ne l’oblige pas à avaler ce qu’il vient de vomir, elle le prive totalement de nourriture. Damien est tout maigre, il ne dort plus. Sa vie est un enfer. Son père qui travaille au loin n’est jamais là pour le défendre. La fille de Madame, Lorraine, se tait. Janine, la bonne, se résigne. La Grand-mère, gâteuse, ne lui est d’aucun secours. Elle ne sait plus dire qu’une phrase, chaque fois qu’elle entend du bruit :  » Si c’est toi, Lili-Catherine, tu peux repartir tout de suite !  » Damien se demande qui est cette mystérieuse Lili-Catherine. Et un beau jour, de découverte en révélation, il finit par l’apprendre. Lili-Catherine, cette inconnue, est la personne idéale pour aider Damien dans la vengeance qu’il a entreprise contre Madame, à coups d’épingles dans une poupée de cire. Elle peut enflammer les arbres. Elle peut accidenter les voitures. Elle peut briser les miroirs et déchaîner les pianos. Elle peut tuer. Elle a de l’expérience. Cela fait quinze ans qu’elle est morte. Après L’Enfant des ombres et La Marque du diable, Moka continue de plus belle dans la veine épouvanto-fantastique qui fait d’elle la Stephen King française.

Bande

36

Je remercie les Éditions L’école des loisirs pour l’envoi cet ouvrage.

Mon avis : Damien est un garçon qui vit avec sa belle-mère et sa belle-sœur. Son père, toujours en voyage d’affaires, est absent. La belle-mère, Elle, en profite pour maltraiter Damien sans raison, l’envoyant à la cave dans le noir. Plein de haine, il demande de l’aide à Lili-Catherine, la fameuse et redoutable.

Damien m’a surpris, je m’attendais à un garçon soumis à son bourreau et je me suis aperçue de son côté noir. À proprement dit, ses réactions sont normales, lorsque quelqu’un nous fait du mal, il est normal de le haïr mais je ne m’attendais pas à retrouver ça sous la forme de mots si durs. C’est un garçon que j’ai appris à comprendre. Elle, la belle-mère ignoble, est désignée ainsi. Elle fait, à mes yeux, référence à une personne que l’on ne peut nommer, comme si il s’agissait d’une monstre, d’une créature. C’est un personnage qu’on ne peut aimer mais je trouve que Moka, par ses mots, a adoucit la cruauté de celle-ci.

L’atmosphère est étrange, partagée entre l’épouvante et le réalisme. La plume de l’auteur, malgré la thématique abordée, est légère. Le rythme était un peu lent à mon goût. Les côtés réaliste et fictif étaient très intéressants à assembler ensemble. L’un des personnages, le clou du spectacle aurait mérité d’être travaillé un peu plus, j’aurai aimé en découvrir plus. J’ai été partagé entre le frisson et le sentiment de tranquillité, de calme. Je savais que chaque chapitre se terminerait mal. C’est un bon point pour un livre occulte.

Je suis satisfaite de ma lecture, j’ai passé un bon moment et j’ai lu le roman rapidement. Cependant, j’aurai aimé un peu plus de profondeur dans le côté obscur de l’histoire, peut-être également quelque chose de plus mouvementé. J’ai adoré la douceur de la plume de l’auteur, elle qui rend cette histoire plus facile à digérer. C’est un petit livre assez court sympathique, je dirais même, l’un des livres à lire pour les débutants de thriller/épouvante jeunesse.

★★★★★★★★★★

Piégés, tome 2 : Piégés entre les murs de la nuit

43

De Hubert Ben Kemoun

Lecture 2017

Résumé : « Villa Eden…Insouciants, Enzo et Aïcha se croyaient au paradis. Rien n’avait plus d’importance que leur projet d’amour en cette nuit magique. Mais ils venaient de mettre les pieds en enfer, et dans moins de deux heures ils allaient s’en rendre compte. Amèrement. » Deux adolescents piégés. Un terrifiant compte à rebours, dont ils doivent sortir vivants. Les minutes défilent, comme des coups de grâce…

 

Bande

35.jpg

Je remercie les Éditions Flammarion Jeunesse pour cet envoi.

Mon avis : Aïcha et Enzo s’introduisent dans une villa dont les propriétaires sont absents. Ce soir, c’est leur soirée à eux. Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’ils ne sont pas seuls dans la demeure. Ils sont nombreux et parmi eux se trouvent des personnes mal-intentionnés.

Nous suivons plusieurs personnages. Tout d’abord, Enzo et Aïcha, deux adolescents très amoureux. Nous suivons également Fréha et Nour, deux jeunes femmes ayant fuit leur pays. Il y a aussi Loretta, femme mariée, soumise à l’autorité de son mari, abusée de sa gentillesse. Nous finissons par rencontrer un groupe de trois personnes : Romain, Billy et Elliot. Nous pouvons constater la grande quantité de personnages, cependant le roman est très bien ficelé, chaque chapitre concerne tels personnages, il est donc simple de s’y retrouver.

Ce roman a pour objectif d’être lu en 3 heures. Je dirai même bien moins si votre vitesse de lecture est rapide. L’histoire commence dans le plus grand des suspenses, je me suis demandée tout au long du roman ce qui reliait tous ces personnages entre eux. L’intrigue est présente, l’action est rythmée. Le concept lui-même d’être piégé dans une demeure est sublime et intéressant.

Je suis satisfaite de ma lecture. N’étant pas experte des huit-clos, je suis ravie et surprise de cette découverte. Cependant, la fin m’a laissé perplexe, j’attendais quelque chose de plus travaillé, de plus profond et de plus sombre. Le vocabulaire m’a laissé de marbre, parfois il était un peu difficile à avaler par son aspect trash. À part ces petits bémols, c’est un livre qui se lit très rapidement, la plume de l’auteur est fluide à la perfection, les mots glissent. Il s’agit d’une saga mais les tomes peuvent se lire indépendamment des autres.

★★★★★★★★★★

Book Haul | Octobre 2017

49bis.jpg

Hello ! Après avoir accumulé de nombreux livres, il était temps d’en faire un article pour ceux qui ne suivent pas mes vidéos. De Juillet à Octobre, j’ai reçu plusieurs services de presse. Et sans le vouloir, on pourrait croire que ce Book Haul a une thématique Halloween ou angoissant, sachez que je n’ai même pas fait exprès 🙂

 

Services de presse

97820814152569791020314451FScouv5605357

couv17340805couv30140403couv20361721

couv42630856couv50361639couv59060411

couv63905803couv72582581

 

Achats d’occasions et neufs

51Kd99rMLjLcouv651635couv6579164

couv33136207couv40111973couv65944087

J’ai déjà lu la plupart des livres présents, j’ai hâte de découvrir les autres !

Les petits pains de la pleine lune

42

De Gu Byeong-mo

Lecture 2017

Résumé : Comme dans toute bonne boulangerie-pâtisserie, il y en a pour tous les goûts dans ce petit livre : du mystère, des choses graves, de l humour (noir), de la tendresse (cachée). Le héros est un jeune garçon coréen, sa mère s est suicidée quand il était enfant et sa belle-mère le harcèle moralement. Un jour, il s enfuit de chez lui et trouve refuge dans une pâtisserie, lui qui n était pourtant pas fan de gâteaux ! Là il fera la connaissance d une fille pas comme les autres, Oiseau-Bleu, et d un pâtissier un peu sorcier. Car dans cette boutique vraiment banale en apparence, on confectionne des gâteaux aux pouvoirs étonnants, qui sont vendus sur Internet. Mais attention ! N oubliez pas que la magie peut toujours se retourner contre vous.

Bande

34.jpg

Mon avis : Après le suicide de sa mère, un jeune garçon se retrouve désemparé et perdu au milieu de sa vie. Son père rencontre une femme avec qui il se marie et harcèle le garçon. Coups, insultes, provocations. Lors d’une fugue, il se réfugie dans une pâtisserie. Une boutique atypique créant des gâteaux et viennoiseries ensorcelées. Vendues sur internet, tout le monde se les arrache car chaque création possède une spécificité, cependant, le sort peut se retourner tel un boomerang.

Le jeune garçon est décrit comme un enfant par le patron d’une pâtisserie, nous ne savons pas exactement son âge mais il m’a semblait mâture et comme il réagissait de manière négative au mot « enfant », je suppose que c’est un pré-adolescent ou un adolescent tout court. L’un des points qui m’a plu est son bégaiement. En effet, cela est plutôt triste et un inconvénient en soi mais je suis ravie de voir ce trouble dans la littérature. Il est si rare de rencontrer un personnage principal bègue. Il parle peu dû à son trouble de la parole mais cela ne l’empêche pas de penser énormément. J’ai bien aimé cet esprit adulte en lui et mature mais je n’ai pas aimé ce côté « je m’en fous de tout ». Même s’il a apprit à vivre ainsi, comme pour se défendre de toutes souffrances je dirais, c’est un trait de caractère, une façon de communiquer et d’être que je n’ai pas apprécié car cela rendait la lecture assez plate quant à ses réactions. Quant aux autres personnages, je pense particulièrement au patron de la pâtisserie, je les ai trouvé insipide, je ne m’attarderai donc pas dessus.

J’ai eu un sentiment étrange du début à la fin du roman, cette curiosité et cet ennui persistants. En effet, j’ai trouvé la lecture assez plate, sans grand rebondissement, des longueurs et pourtant, de très courts passages donnaient du peps à l’histoire, ce qui attirait ma curiosité. Malheureusement, l’ennui a pris le dessus et malgré mon enthousiasme en retrait, je continuai d’espérer que le déroulement deviendrait intéressant. Ce que j’ai apprécié dans ce roman, c’est la gourmandise que nous provoque la lecture. En effet, le livre étant tourné vers cette fameuse pâtisserie, j’en avais l’eau à la bouche.

Je suis déçue car je m’attendais à tout autre chose. J’espérais une action intense, des rebondissements incroyables, des millions de gâteaux à gogo mais je n’ai eu droit qu’à la moitié de mes souhaits. Ma lecture était plate, j’ai songé à abandonner ma lecture après 50 pages mais je me suis accrochée grâce aux minuscules passages dynamiques. Je suis déçue de l’ambiance elle-même mais la promesse de pâtisserie est bien là, des recettes, des détails croustillants sur les gâteaux sont présents et c’est ce que j’ai préféré dans ce livre. J’ai adoré baver devant les descriptions culinaires. Le concept-même de la pâtisserie ensorcelée était géniale. Malheureusement, je ne suis pas convaincue de cette lecture dont j’attendais tant.

★★★★★★★★★★

 

Bonjour, c’est l’infirmière

41

De Charline

Lecture 2017

Résumé : Chaque matin, Charline réveille sa voiture et sa motivation pour se rendre chez ses patients. Elle a ses chouchous, comme ce couple de vieux qui se chamaille avec la tendresse d’un vieux couple, et il y a aussi des patients difficiles, comme cet homme alcoolique et violent face à qui elle s’est sentie si vulnérable. À chacun, elle prodigue ses soins et un peu plus. Un peu plus, c’est un cœur attentif, qui écoute sans compter son temps, même si ce n’est pas remboursé par la sécurité sociale. Voilà ce qui rend ce métier si exposé, si dur parfois, et surtout si précieux. Franchissons avec elle les portes de ces maisons habitées par la maladie, la solitude, mais aussi la joie, l’espérance, l’humour (et toutes sortes d’animaux). Tendres, poignantes ou cocasses, ces histoires de patients racontent cette profession à laquelle nous confions ce que nous avons de plus intime, de plus fragile et de plus cher : nos malades.

Bande

33

Un grand merci à Babelio et aux Éditions Flammarion.

Mon avis : Charline est infirmière mobile, elle se déplace au domicile de ses patients pour effectuer les soins. À travers ses mots, elle m’a semblé d’une grande bienveillance, prête à écouter et comprendre autrui.

Cet ouvrage montre le quotidien de Charline entre soins, galères et patients. Infirmière, sauver des vies, donner de l’espoir, communiquer, aimer les autres, soutenir. Derrière tout cela, il y a les inconvénients et les coups de colère. Le lecteur se rend compte des difficultés du métier, des journées surchargées et des imprévus. Je pense que cet ouvrage n’était pas destiné uniquement à raconter son quotidien, il s’agissait également de faire passer un message. D’amour, de colère, de joie.

Je trouve très intéressant de se plonger dans la vie d’une infirmière, métier qui demande patience, temps, efforts. Une profession qui me fascine. Je me suis propulsée dans le quotidien de Charline, aidant chaque jour des individus comme vous et moi. Ma lecture était sympathique mais un peu longue. Cela dit, ce livre est parfait après une grosse lecture, pour se changer les idées et faire le vide. On y découvre la passion des infirmières de soigner, d’aider. On y voit aussi les mésaventures. Cet ouvrage est intéressant mais j’ai connu plus vivant. Je ne regrette en aucun cas d’avoir ouvert ce livre.

★★★★★★★★★★

N.B : Il est, à mon sens, impossible et irrespectueux de noter le témoignage d’un individu. Cependant, cette note n’est pas attribuée à la qualité de l’histoire mais à sa facilité de lecture, et d’un point de vue général, à la nécessité de prendre connaissance de cet ouvrage. Toutefois, la note comporte également mon ressenti au long de cette lecture.