Bilan | Novembre 2018

Bilan15

5 Livres  1324 Pages

Bande1

110111rieder_le_mystere_du_corps_humain_couv.indd113114

Publicités

Petit manuel pour jeter des (gentils) sorts !

116

De Silja & Collectif

Lecture 2018

Résumé : Vous rêvez de rencontrer l’âme sœur, d’attirer la chance, de réussir un entretien d’embauche…? À vos bougies, herbes, épices et autres incantations magiques ! Véritable grimoire des gentilles sorcières, ce petit guide vous ouvre les portes des sorts les plus célèbres détaillés pas à pas, en amour, en famille, au travail, pour les problèmes de santé, d’argent ou de justice… De l’origine et de l’éthique de la magie aux rituels incontournables, en passant par une mine d’astuces et de conseils pratiques,découvrez comment créer vos propres sorts et trouver votre nom magique !

Mener sa vie à la baguette, c’est pas sorcier !

Bande1

110

Mon avis : Ce petit ouvrage est un recueil de nombreux rituels et choses à savoir sur la Wicca. Il contient une partie sur les rituels et les conseils ainsi qu’une partie sur la méditation.

Lorsque ce livre m’a été offert, j’étais très heureuse. La première chose que j’ai remarqué est évidement le visuel. La couverture a un effet vieilli pour rappeler le grimoire, l’intérieur est décoré de belles illustrations. Le visuel est validé, c’est un beau travail.

Pour le contenu, je suis un peu moins satisfaite pour la simple et bonne raison que je ne crois pas à la sorcellerie. Loin de moi l’idée de parler de mes croyances pour faire polémique mais il me semble important de discuter de ce point. Je pense qu’une personne croyant à la sorcellerie trouvera bien plus d’intérêt à ce petit livre que moi. J’ai tout de même apprécié ma lecture mais je ne me suis pas spécialement sentie concernée par ce qui était écrit à l’intérieur. Certains conseils m’ont fait lever les yeux au ciel, certains m’ont paru sympathique et pourquoi pas à tester un jour. De plus, à la fin du livre se trouve des tableaux pour se rappeler par exemple la signification des couleurs et quelques pages pour écrire ses propres rituels.

Globalement, j’ai apprécié ma lecture mais il est évident que si le lecteur ne croit pas au thème d’un manuel de rituels et d’explications, ici la Wicca, il est possible qu’il apprécie moins sa lecture que s’il y croyait dur comme fer. Cet ouvrage plaira aux curieux et à toutes les personnes aimant ou pratiquant la sorcellerie. Il est très bien construit et très joli.

★★★★★★★★★★

Un Noël pas comme les autres

115

De Mélanie Tellier

Lecture 2018

Résumé : Isa est une collégienne très populaire et enviée de ses camarades. Elle ne manque de rien sauf d’attention de la part de ses parents. Ils n’ont, en effet, guère le temps de s’occuper d’elle, trop accaparés par leur travail…

 

 

Bande1

109

Je remercie Babelio ainsi que Evidence Editions.

Mon avis : Isa se sent délaissée par ses parents qui consacrent corps et âme à leur carrière. Malheureuse, elle commet une erreur avec ses amies, se moquer d’une camarade sur les réseaux sociaux. Le Principal lui donne une sanction qui va tout changer.

Isa est une adolescente en colère, ses parents ne sont jamais présents. Comme de nombreux adolescents délaissés, elle se venge en faisant du mal aux autres personnes différentes d’elle. Cela reflète malheureusement la réalité, en général.

À mon immense étonnement, ce livre traite de sujets très importants comme le cyber-harcèlement, la popularité et l’impopularité chez les adolescents ainsi que la pauvreté. Ce roman cache bien son jeu car je ne m’attendais pas en si peu de pages retrouver des thèmes si importants et je trouve que c’est une merveilleuse idée d’aborder cela avec l’esprit de Noël.

Cette histoire est très attendrissante, nous évoluons dans un environnement où tout se passe mal vers une atmosphère douce et chaleureuse. Le message transmis est plein de générosité et de tendresse et je dois avouer que j’ai versé une larme à la fin de l’histoire tant ce petit livre est rempli d’amour.

Je tiens à conclure sur une remarque qui me tient à cœur, ce livre est adapté aux lecteurs dyslexiques et je suis très sincèrement heureuse de voir qu’il existe ce genre de roman. La mise en page est très aérée et les mots très espacés pour lire avec plus de facilité. Bravo !

★★★★★★★★★★

Days

114

De James Lovegrove

Lecture 2018

Résumé : Chez Days, le plus grand gigastore du monde, tout s’achète. Absolument tout. Mais pour le commun des mortels, il faut bien souvent se contenter des vitrines éclairées qui font le tour du bâtiment, car on ne peut rentrer chez Days qu’avec une carte de membre. Alors, certains sont prêts à tous les sacrifices, toutes les folies, pour parvenir à mettre la main sur l’un des fameux sésames. Que ne ferait-on pas pour pénétrer dans le temple absolu de la consommation ? Car une fois à l’intérieur, à l’abri du monde et des tracas quotidiens, l’âme emplie par toutes les promesses qui s’offrent aux regards ébahis, on se sent enfin exister. Le client est roi, dit-on… Mais à quel prix ?

Bande1

108

Mon avis : Dans cette société, l’objectif de toute une vie est d’entrer dans le plus grand et le plus beau gigastore, Days. Seuls les clients avec un joli compte en banque et une carte sont autorisés à pénétrer dans l’enceinte du bâtiment. À Days, tous vos rêves sont possibles mais à vos risques et périls.

Nous suivons plusieurs personnages, le premier que l’on rencontre se nomme Franck. Il s’occupe de la sécurité du gigastore, je ne l’ai pas particulièrement aimé, je l’ai trouvé assez fade malgré les rebondissements du roman. Nous faisons ensuite la connaissance de Linda, une femme qui m’a vraiment plu. Dans ce personnage se trouve tous les stéréotypes de l’acheteur compulsif et cela collait parfaitement aux messages que souhaitait faire passer l’auteur. Les gérants du magasin font aussi parti de l’histoire, ce que j’ai aimé chez eux, c’est qu’ils sont représentés comme des divinités alors que ce sont des humains comme d’autres, cela montre vraiment à quel point ce gigastore est important dans la population.

La science-fiction n’est pas un genre que j’affectionne, je redoutais de ne pas aimer. Contrairement à mes craintes, j’ai apprécié. Le rythme est parfois lent à cause de descriptions pas toujours utiles et à d’autres moments, James Lovegrove capture le lecteur dans un tourbillon de péripéties. Il faut vraiment suivre le cours de la lecture afin de ne pas se perdre dans les termes et noms utilisés car parfois, je ne savais plus quel individu exerçait tel métier.

Ce petit pavé m’a fait prendre conscience de nombreuses choses. Durant ma lecture, j’avais souvent en tête l’image d’individus se battant durant les soldes et je pense que c’est ce que James Lovegrove a voulu nous montrer. En effet, dans cet ouvrage, nous pouvons observer jusqu’où les humains sont prêts à aller ou à faire pour obtenir quelque chose, je parle ici du sens péjoratif de l’acquisition d’un bien. Les exemples sont parfois excessifs mais malheureusement jamais très loin de la réalité. Cette lecture fait réfléchir à la surconsommation, à la violence et à ces grandes surfaces qui dominent notre société. Bien que ce soit de la science-fiction, il y a une immense part de réel.

★★★★★★★★★★

Chroniques de la fin du monde, tome 3 : Les Survivants

113

De Susan Beth Pfeffer

Lecture 2018

Résumé : Cela fait maintenant un an qu’un astéroïde a percuté la Lune et provoqué un bouleversement climatique sans précédent. Dans un monde ou tout s’écroule, Miranda tombe pourtant éperdument amoureuse d’Alex, qu’elle vient de rencontrer. Mais une terrible tornade approche : les deux jeunes gens parviendront-ils à s’aimer dans un tel chaos ? Leurs destins sont en suspens…

Bande1

107

Lecture commune avec Meteora.Books

Mon avis : La lune est toujours aussi proche de la Terre, rien n’a changé. Ou presque. Dans un monde où les gens meurent et disparaissent, Miranda continue de survivre auprès des siens. Il est de plus en plus dur de se nourrir et de vivre mais une rencontre va tout changer.

Dans le premier tome, j’avais fait la connaissance du personnage principal, Miranda. Je l’avais adoré pour sa gentillesse, sa générosité, sa réflexion. Dans ce troisième opus, je l’ai trouvé changé. En effet, j’ai vu une pointe d’égoïsme en elle. Parallèlement, dans le second tome, j’avais fait la rencontre d’Alex, un jeune homme désagréable et agressif. Ici, je l’ai trouvé assagi, agréable et mature. Le garçon qui m’énervait est devenu un homme qui commence à me plaire.

La manière dont Susan Beth Pfeffer a réuni ces deux personnages m’a laissé perplexe, j’ai eu le sentiment que ce passage avait été écrit à la va-vite tant cela semblait « tombé du ciel ». En ce qui concerne la romance entre Alex et Miranda, je suis mi-figue mi-raisin. J’ai apprécié ce coté doux et mignon mais parfois les sentiments de Miranda prenaient trop de place dans l’histoire qu’elle en fait des choix ridicules et paraissent, à mes yeux, égoïstes et impulsifs. En ce qui concerne les autres personnages, l’autrice a joué la carte de la surprise afin d’en mettre plein la vue aux lecteurs et c’est une brillante réussite.

L’un des points qui me plaît énormément dans cette saga, c’est la plume de Susan Beth Pfeffer que je trouve très agréable mais son point « faible » est qu’elle a tendance à écrire des longueurs dans ses romans. Ce tome-ci contient plus de passages lents que les deux premiers opus mais ils sont compensés par des révélations et péripéties incroyables auxquelles je ne m’attendais absolument pas. Encore une fois, je suis satisfaite mais pas totalement.

J’ai apprécié cette suite, les longueurs étaient de trop mais l’autrice a réussit à me captiver avec des idées et des annonces incroyables et horribles à la fois. Le dernier tome est en anglais mais je ferais l’effort de le lire malgré mes difficultés puisque à mes yeux, ce troisième tome annonce une suite dans laquelle tout sera révélé.

★★★★★★★★★★

Le mystère du corps humain

rieder_le_mystere_du_corps_humain_couv.indd

De Jan Paul Schutten & Floor Rieder

Lecture 2018

Résumé : Nous ne l’avons pas choisi, et pourtant nous allons passer notre vie entière avec lui. Alors autant faire connaissance le plus tôt possible. Lui ? Notre corps ! Il est prodigieux, incroyable, unique. Par où commencer notre exploration ? Si nous nous projetions à l’intérieur de l’une de nos milliards de cellules ? Ça tombe bien, elle ressemble justement à un vaisseau spatial miniature…

Bande1

106

Je remercie les Éditions L’école des loisirs pour l’envoi cet ouvrage.

Mon avis : J’ai découvert ce livre sur le site de L’école des loisirs. Le visuel de la couverture m’a plu et je me suis dit, soudain, pourquoi pas ? Au collège et au lycée, la science ne m’a jamais vraiment passionné. Je me suis donc dit que cet album serait l’occasion de rattraper mon retard sur toutes les choses que je n’avais pas écouté en cours et que cela ferait une révision pour mes études actuelles. Nous allons, dans ce livre, partir en voyage dans notre propre corps, cerveau, yeux, cœur, cellules et bien d’autres seront de la partie !

Le premier élément visible dans un livre, c’est le visuel. La couverture est cartonnée, le dos est rouge en tissu et les pages sont dorées, autant vous dire que j’étais émerveillée en découvrant l’album. Lorsque l’on feuillette un peu, nous pouvons observer de magnifiques illustrations afin d’expliquer l’anatomie du corps ou des notions difficiles. Les couleurs sont magnifiques, les traits sont grossiers mais le style de l’illustratrice me plaît beaucoup, cela apporte une touche qui s’harmonise avec l’esprit de l’album. Le seul bémol est que les illustrations de Floor Reider ne sont pas toujours compréhensibles et à plusieurs reprises, j’ai demandé à des amis de m’expliquer certains schémas qu’eux-mêmes n’ont pas compris. Si une adulte a du mal à comprendre cela, je pense qu’une tranche de 11-13 ans sera également dans l’incompréhension. Le toucher des pages est très agréable, un plaisir de tourner les pages.

Au niveau du texte, je n’ai rien à redire, tout est excellent. Les explications sont claires avec des exemples concrets de la vie de tous les jours, Jan Paul Schutten a beaucoup d’humeur, ce qui rend la lecture vraiment très agréable. Pour quelqu’un qui n’aime pas vraiment la science, j’ai passé un très bon moment. Je n’aurai jamais imaginé avoir autant envie de continuer un livre de science et m’épanouir autant. J’ai appris de nombreuses choses et j’en suis ravie. Cet album est très précis et clair, je le recommande. En revanche, je ne suis pas certaine que la tranche d’âge 11-13 ans soit adaptée, j’ai lu certaines choses qui, à mes yeux, n’étaient pas destiné à des enfants de cet âge mais peut-être suis-je de l’ancienne école. Je pense que ce livre convient à merveille pour des adolescents autour de 14-15 ans et des adultes de tout âge.

★★★★★★★★★

In the after, tome 1

111

De Demitria Lunetta

Lecture 2018

Résumé : Ils entendent le plus léger des bruits de pas…
Ils sont plus rapides que le plus dangereux des prédateurs…
Et leur traque ne prendra fin qu’à votre dernier souffle !

Amy est devant sa télévision quand le pire se produit, quand ILS attaquent. New York, Paris, Tokyo… Des créatures sans pitié déferlent, et dévorent les humains. Personne ne sait d’où ils viennent mais une chose est sûre : la population de la planète décroît dramatiquement en quelques jours à peine. À l’abri de la grille électrifiée de sa maison, Amy parvient à leur échapper… mais pour combien de temps ?

Elle qui a perdu tous les siens parvient tout de même à recueillir Baby, une petite fille qui a miraculeusement survécu aux crocs acérés des nouveaux maîtres du monde. Trois ans qu’elles survivent en autarcie, quand d’autres survivants commencent à se manifester. Elles pensent que leur enfer est terminé… mais il ne fait que commencer !

Bande1

105

Lecture commune avec Marion de Entre les lignes

Mon avis : La planète n’est plus ce qu’elle était, les monstres ont envahi les lieux dévorant les derniers survivants. Lors d’une simple excursion en quête de vivres, Amy croise le chemin de Baby, une petite fille blessée. Toutes deux vont devoir apprendre à survivre en silence.

Amy est une adolescente plutôt « à l’aise » dans cet univers apocalyptique, en effet, son atout est le silence et rien de mieux pour survivre face aux créatures. Je n’ai rien à dire de précis sur sa personnalité, c’est un personnage banal qui ne m’a pas marqué. Baby est une petite fille que l’adolescente rencontre sur sa route. Elle, contrairement à Amy, m’a surprise. Du haut de ses quelques années, moins de dix ans, je l’ai trouvé bien plus mâture que sa sauveuse. À mes yeux, il y a une raison à cela que j’aimerai développer tant elle est intéressante. Avant l’invasion des monstres, Amy vivait une normale tandis que Baby n’a quasiment connu que ce monde où il faut être silencieux pour survivre, ce qui expliquerait cette maturité pour un âge si jeune. Je dois reconnaître que je me suis attachée à elle grâce à cette envie de la protéger.

Au début de ma lecture, j’étais très heureuse de constater que j’étais bien dans du post-apocalyptique et que le livre se lisait rapidement. Mes espoirs ont rapidement été anéantis. Marion, ma partenaire de lecture commune, a analysé à la seconde partie du roman qu’il s’agissait en fait de dystopie et que les monstres que le résumé nous vantait, n’étaient visibles « physiquement » que dans à peine un quart du roman. En effet, lors de cette deuxième partie, l’univers entier change, c’est-à-dire que le lieu, les conditions, la tournure de l’ouvrage prend un tout autre sens. Parfois les surprises sont réussies et plaisent aux lecteurs, d’autres fois elles sont ratées et pour moi, c’est la seconde option qui l’emporte.

Je vais tenter de mettre mes idées au clair le mieux possible car mon cerveau est aussi embrouillé que le livre lui-même. Dans ce nouveau lieu inattendu, l’autrice nous a offert deux points de vue à deux moments différents du personnage principal. Dans le premier, nous savons que Amy « vit dans le présent » et pour l’autre, nous n’avons pas vraiment de date ou de moment de repère, nous savons juste qu’elle est prise en charge par des médecins. Sans spoiler quoi que ce soit, j’ai trouvé cette partie inutile puisque l’autrice se répète sans arrêt et n’apporte aucune information au lecteur.

 Pour conclure, si ma note semble mitigée ou même moyenne, je suis déçue parce que je m’attendais à tout sauf à ça. Le résumé nous laissait présager du post-apocalyptique, c’est donc à cela que je m’attendais, à suivre des personnages dans leur survie ce qui n’a pas été le cas. J’ai trouvé qu’il y avait trop de « blabla » et peu d’action. Vers les trois quarts du roman, j’ai ressenti un sentiment que je déteste : j’étais lassée et j’avais hâte de finir ma lecture. Heureusement, la fin a rattrapé légèrement le reste de l’histoire grâce aux quelques révélations. Il existe un tome deux, je ne suis pas certaine d’avoir envie de tenter l’aventure à nouveau et ressentir ce même sentiment désagréable. Je pense donc passer mon chemin et quitter ce monde pour toujours.

★★★★★★★★★★

Honeydukes : Un livre à gratter et à sentir

110

De Collectif

Lecture 2018

Résumé : Les friandises du monde de Harry Potter sont délicieuses, détonantes ou dégoûtantes… mais toujours surprenantes! Un livre grâce auquel petits et grands pourront sentir les parfums des incroyables sucreries de chez Honeydukes et revivre les scènes les plus savoureuses de la saga. Un concept ludique, avec des pastilles à gratter et à sentir, adapté aux fans les plus jeunes. De nombreuses odeurs à sentir pour retrouver toutes les friandises de la confiserie magique.

Bande1

104

Mon avis : Qui n’a jamais souhaité plonger au cœur de l’univers de Harry Potter ? Honeydukes, un livre à gratter et à sentir nous plonge dans les gourmandises et confiseries de ce monde fantastique.

J’ai découvert ce petit album récemment. Sa magnifique couverture, ses couleurs pastelles et ses magnifiques illustrations m’ont attiré. Il faut avouer que les traits des dessins sont assez enfantins mais ils sont d’une grande beauté, les coloris choisis sont harmonieux. Le visuel de ce livre est vraiment réussi.

Passons maintenant au concept de ce livre : sentir. Quelle bonne idée de créer un livre avec lequel on peut s’amuser avec nos sens, ici l’odorat. Je suis assez mitigée quant aux odeurs que j’ai pu découvrir. Certaines sont réussies comme les odeurs de bonbons acides et j’en suis très surprise tant cela est réaliste mais certaines sont décevantes et ne sentent pas du tout ce qui est écrit sur le livre, je pense notamment à l’odeur de vomi qui est méconnaissable. Je suis également très déçue sur un autre point : le livre nous promet un parfum atypique … qu’on ne peut pas sentir, quel intérêt de l’ajouter à l’ouvrage ?

Pour terminer, je vais parler du prix. Je trouve le prix « trop » cher pour seulement 24 pages. Certes, le livre est très joli mais il se lit en à peine dix minutes, une fois que le lecteur a tout lu et tout senti, nous savons très bien qu’il restera probablement au fond d’une bibliothèque. Je pense que cet album s’adresse d’avantage aux enfants car les descriptions se limitent à quelques courtes phrases et n’a rien de très surprenant pour un adulte.

Ce serait mentir que de dire que je ne suis pas heureuse de l’avoir dans ma bibliothèque, le visuel étant adorable. Là où je suis mitigée, c’est au niveau du contenu. Un livre très court, avec des odeurs intéressantes et d’autres ratées. Cependant, il peut être intéressant à collectionner pour les fans de la saga.

★★★★★★★★★★

La vraie couleur de la vanille

109

De Sophie Chérer

Lecture 2018

Résumé : Dans la nuit tropicale, un jeune garçon s’enfuit. Il s’appelle Edmond, mais n’a pas de nom de famille. C’est un garçon étrange, passionné, d’une intelligence hors du commun. Il n’a jamais appris à lire, pourtant il connaît le grec ancien. Il n’est jamais allé à l’école, mais ses connaissances en botanique égalent celles des meilleurs savants. Edmond est noir, il est né esclave. Il est orphelin, mais n’a pas connu le même sort que ses parents. À sa naissance, un homme blanc l’a pris sous sa protection, l’a aimé, l’a presque adopté. Et cet homme, ce soir, vient de le trahir. Dans sa fuite, Edmond emporte deux secrets. Le premier est un secret terrible, qu’il ne peut révéler à personne. Le second est au contraire un secret miraculeux, une découverte extraordinaire qu’il a faite lui-même, et qui peut changer le destin de son île. Mais qui croira la parole d’un enfant noir, en 1841 ?

Ce livre raconte une histoire vraie. Elle se passe sur l’île de la Réunion, alors appelée île Bourbon, à l’époque où, malgré la Déclaration des droits de l’homme, les mains coupées des esclaves ornaient encore les couloirs des maisons des maîtres, à l’époque où tout un peuple vivait et mourait dans les champs de canne à sucre.

Bande1

103

Je remercie les Éditions L’école des loisirs pour l’envoi cet ouvrage.

Mon avis : En 1841, les personnes de couleur sont esclaves des personnes blanches. Edmond est recueilli par un homme blanc avec lequel il apprend et découvre son intelligence mais cet homme ne sera qu’un traître de plus. Un soir, Edmond s’enfuit. Il emporte avec lui un sombre secret et un second qui pourrait changer sa vie à jamais.

Je n’ai jamais lu de livres sur l’esclavage et je n’ai pas tant de connaissance que ça sur ce sujet, c’est pourquoi j’avais très envie d’en découvrir plus avec ce livre. Malheureusement, cette lecture ne s’est pas passée comme je l’aurai souhaité, principalement à cause de la plume de l’autrice. Son style d’écriture est particulier, mêlant poésie et philosophie, ce qui n’a pas fonctionné avec moi. Je n’ai pas compris toute l’histoire parce que je n’arrivais pas à me plonger dans l’histoire avec cette plume si atypique.

Il me paraît presque logique d’annoncer que je ne me suis attachée à aucun personnage, peut-être légèrement à Edmond, ce garçon au destin si triste mais qu’une fois de plus, les mots de Sophie Chérer n’ont pas joué en ma compréhension de ce roman et à mon besoin de m’identifier et ressentir des sentiments pour les personnages.

J’ai également trouvé que la flore prenait énormément de place dans ce roman, effaçant presque les conditions de vie physiques et mentales des esclaves dont je voulais en savoir plus afin d’enrichir ma culture et d’essayer de comprendre l’impact d’une vie difficile.

Pour résumé, je suis vraiment triste de ne pas avoir compris la plume de l’autrice. C’est un élément indispensable pour passer une bonne lecture mais il y a des styles fait pour chaque lecteur et certains avec lesquels le lien est plus compliqué. Aux lecteurs qui aiment la poésie et la philosophie, ce livre peut vous plaire.

★★★★★★★★★★