Les forces du mal : Le carnet magique

137

De Collectif

Lecture 2019

Résumé : Retrouvez Gellert Grindelwald, Lord Voldemort, les maléfices et les terribles créatures du monde magique, ainsi que les héros qui les ont affrontés : élèves de l’armée de Dumbledore, membres de l’Ordre du Phénix mais aussi Aurors du MACUSA et Non-Maj’.Un carnet aux surprises étonnantes : avis de recherche, cartes à collectionner, stickers, et bien d’autres encore.

bande1

131

Mon avis : Une amie m’a offert ce livre pour mon anniversaire, elle sait très bien que j’adore les forces du mal et tout ce qui touche à la famille Malefoy. Cet album contient une partie sur l’univers Harry Potter et une seconde sur le monde des Animaux Fantastiques.

Je connais plutôt bien l’univers d’Harry Potter, je n’ai rien appris de plus que ce que je savais déjà et je trouve cela dommage. En revanche, j’ai trouvé les anecdotes de tournage intéressantes mais pas assez nombreuses.

Pour Les Animaux Fantastiques, je connais très peu cet univers puisque je n’ai vu qu’une seule fois le premier film, le livre m’a servi de rappel quant au film mais pour un adepte de cette saga, il n’apprendra rien de plus que ce qu’il ne sait déjà.

Je suis un peu perplexe face au contenu, à mes yeux, il s’agit plutôt d’un livre de collection et non un ouvrage poussé et recherché. Les informations sont pauvres car la plupart des lecteurs savent déjà ce qui est écrit à l’intérieur, pas de connaissances supplémentaires. Il y a des goodies, ce qui est plaisant. Je suis un peu déçu de l’intérieur mais ravie qu’il fasse parti de ma collection.

★★★★★★★★★★

Publicités

Le prince et la couturière

136

De Jen Wang

Lecture 2019

Résumé : Le prince Sébastien cherche sa future femme, ou plutôt, ses parents lui cherchent une épouse… De son côté, Sébastien est trop occupé à garder son identité secrète à l’abri des regards indiscrets. La nuit, il revêt les tenues les plus folles et part conquérir Paris sous les atours de l’époustouflante Lady Crystallia, l’icône de mode la plus courue de toute la capitale !
Sébastien a une arme secrète : sa couturière, Francès, une des deux seules personnes à connaître son secret, et sa meilleure amie. Mais Francès rêve de s’accomplir par elle-même, et rester au service du prince lui promet une vie dans l’ombre… pour toujours. Combien de temps Francès supportera?t-elle de vivre dans le boudoir de Sébastien en mettant ses rêves de côté ?

bande1

130

Mon avis : Francès est couturière, elle rêve d’un bel avenir où elle pourrait confectionner des vêtements originaux et se faire connaître. Ce rêve pourrait se réaliser puisque le prince souhaite qu’elle devienne sa couturière personnelle, pour le meilleur comme pour le pire.

Le prince, Sébastien, est un jeune homme peu épanoui. Ses parents souhaitent lui trouver une femme mais Sébastien est bien plus heureux lorsqu’il s’habille avec des robes, ce qui n’est pas au goût de tout le monde. Francès est une adolescente ambitieuse, un peu timide et qui désire s’accomplir seule, sans l’aide de personne. C’est une jeune femme assez touchante puisqu’elle se bat pour ce qu’elle croit juste et pour ses valeurs.

Cette bande-dessinée m’a mis une claque lorsque j’ai réalisé les thèmes du livre : la quête identitaire, le non-conformisme, le fait d’être un homme et de porter des robes, vêtements associés au sexe féminin. L’autrice et illustratrice dénonce tout cela et ça fait du bien de lire et de voir des personnes se battre pour dénoncer ces choses-là. J’ai notamment observé deux notions importantes : le rejet et l’acceptation face à une situation « différente » des normes. J’ai sincèrement apprécié cela car c’est très représentatif de la réalité, notre société et celle de la BD acceptent difficilement qu’un homme puisse s’habiller en robe.

53726500_2254570438194957_8289282272780091392_n

Cette BD est représentée comme un conte, l’histoire est belle et donne un magnifique message de tolérance, de bienveillance et de soutien, porter un autre regard sur tout cela et surtout : accepter. Les dessins sont magnifiques, les traits sont assez imposants mais cela donne tout le charme au style de l’illustratrice. Je conseille sincèrement cette lecture, ce livre peut ouvrir les yeux à de nombreux lecteurs et de porter un regard positif sur ce qui nous entoure.

★★★★★★★★★★

Singuliers & ordinaires : Parcours d’adultes à haut potentiel intellectuel

135

De Daisy Lorenzi

Lecture 2019

Résumé : Certains ont été qualifiés de « précoces » dès l’enfance, d’autres se sont sentis « différents » la majeure partie de leur vie, sans savoir pourquoi…
Mais tous ont un point commun : ils sont ce que l’on appelle des personnes « à haut potentiel intellectuel ». Autrement dit, avec un QI supérieur à la moyenne… sans que, nécessairement, leur destin ne soit « extraordinaire ».

L’auteure, elle aussi, découvre à 30 ans qu’elle appartient à cette étrange catégorie de personnes souvent surnommées, à tort, « surdouées ». Ni plus intelligente, ni plus douée… impossible pour elle de se reconnaître dans ce mot, même si, il est vrai, elle a toujours éprouvé ce sentiment étrange, ce décalage avec le monde qui l’entoure.

Pour dépasser ses propres préjugés et comprendre ce que cela voulait véritablement dire, Daisy Lorenzi a interrogé des femmes et des hommes concernés. Comment avoir un « haut potentiel » change-t-il les ressentis, la façon de penser, la relation aux autres ? Quelles sont les caractéristiques qui rapprochent toutes ces personnes et celles qui les distinguent ? Surtout, à quoi cela sert-il de mettre un nom sur sa différence ? Le « diagnostic » est-il une libération ? Et soudainement, tout s’est éclairé. Dans un jeu de miroirs, ces femmes et ces hommes lui ont fait comprendre qui elle était vraiment. Que leurs singularités n’étaient qu’une part d’eux-mêmes et qu’en prendre conscience, les embrasser, permettait d’entamer le plus grisant des voyages : celui où l’on devient enfin soi-même !

bande1

129

Je remercie Babelio ainsi que Enrick B Editions.

Mon avis : Dès les premières pages, Daisy Lorenzi est très claire, ce livre n’est pas un résumé d’articles ni d’hypothèses, le travail des scientifiques reste aux scientifiques. Étant journaliste, elle informe les lecteurs qu’elle a voulu en savoir plus sur le sujet de la surdouance ou haut potentiel intellectuel en interrogeant plusieurs personnes. À partir de ces témoignages, elle a écrit un livre sur le vécu et ressenti des personnes qu’elle a rencontrées et sa propre histoire.

Je redoutais légèrement une lecture lourde au vocabulaire compliqué, mais pas du tout. Les mots sont légers et simples à comprendre, abordables pour tous. Ici, Daisy Lorenzi aborde le haut potentiel intellectuel sous différents angles, les résultats à l’école, les relations amicales, l’hypersensibilité et bien d’autres.

Le sujet est bien traité, les témoignages intéressants. Ce livre a répondu à certaines des questions pour lesquelles je n’ai jamais eu de réponse. Il est très abordable, j’ai passé un bon moment sur un sujet parfois tabou ou mal jugé par certains. Cet ouvrage permet vraiment d’avoir un autre regard sur la surdouance.

J’ai particulièrement aimé les témoignages sur l’école, les performances scolaires et autres préjugés que l’on peut avoir sur la surdouance, grâce à la parole de certains interviewés, les préjugés sont brisés. 

★★★★★★★★★★

L’enfant de Schindler

134

De Leon Leyson, Marilyn J. Harran et Elisabeth B. Leyson

Lecture 2019

Résumé : Léon Leyson vit une enfance heureuse au sein d’une famille modeste à Cracovie, jusqu’au début des persécutions envers les Juifs. Lorsque des soldats nazis frappent son père sous ses yeux, il comprend que plus rien ne sera comme avant.

Alors que la famille s’installe dans le ghetto juif de la ville, Oskar Schindler, patron allemand d’une usine de céramique, décide d’engager des hommes juifs, parmi lesquels le père de Léon et son frère. À l’âge de treize ans, le petit garçon parvient à convaincre un officier allemand de le laisser les rejoindre, bien qu’il doive monter sur une caisse en bois pour pouvoir atteindre les machines.

Schindler, qui le surnomme « le petit Leyson », s’attache à lui et lui octroie des rations de nourriture supplémentaires, avant de le sauver d’Auschwitz avec toute sa famille.

En 1949, Leon Leyson part pour les Etats-Unis, déterminé à débuter une nouvelle vie. Il meurt en janvier 2013, à 83 ans, juste après avoir remis son manuscrit à son éditeur.

bande1

128

Mon avis : Leon Leyson est le plus jeune à avoir travaillé pour Oskar Schindler, celui qui lui a permis d’échapper et de survivre à une fin tragique dans les camps de concentration. Nous suivons l’histoire de Leon et sa famille durant la Seconde Guerre Mondiale et ce qu’est réellement la liste de Schindler.

Leon était encore enfant lorsque lui et sa famille ont dû s’installer dans le ghetto de Cracovie. Il nous livre les changements qui se sont installés progressivement afin de mettre à l’écart tous les juifs, puis il enchaîne sur sa vie dans le ghetto, les difficultés, les camps de concentration, l’usine de Oskar Schindler. Ce livre est principalement axé sur cet homme qui a sauvé de nombreux juifs grâce à une liste. J’ai souvent entendu le nom de Liste de Schindler et de Schindler lui-même sans savoir de quoi il s’agissait réellement. Désormais, je sais ce que cet homme a fait et pourquoi son nom est si connu.

Je suis surprise de toutes les connaissances que cet ouvrage m’a apportées. En premier lieu, comme dit ci-dessus, je sais ce qu’est la Liste de Schindler, Oskar Schindler lui-même et ce qu’il a fait. J’ai appris davantage sur les conditions de vie dans les ghettos et les camps de concentration. J’ai découvert la vie de Leon Leyson résumée en moins de 300 pages, émouvante, touchante, des mots qui font réfléchir.

Je mentirais si je disais que je n’ai pas été touché à certains moments. Ce témoignage est et restera précieux, pour les générations plus anciennes qui ont vécu cette guerre, pour les générations actuelles et futures qui doivent connaître cette partie de l’Histoire. Sans ce roman fortement recommandé, je ne saurai toujours pas qui était Oskar Schindler et je n’aurai jamais su ce que cette liste avait changé. Je recommande cette lecture pour comprendre cette période, découvrir la vie de Leon Leyson et sa famille, prendre conscience des conséquences de cette guerre et découvrir cette période.

★★★★★★★★★★

Dragons

133

De Keith Moseley & M. P. Robertson

Lecture 2019

Résumé : Il y a bien Longtemps, vivaient sur Terre de mystérieuses créatures aujourd’hui disparues… les dragons. Grâce à cet incroyable livre en volume ils reprennent vie au fil des pages. Pars à la découverte d’anciennes légendes d’une époque merveilleuse pendant laquelle les dragons vivaient encore parmi nous

bande1

127

Mon avis : Cet album sur les dragons possède une particularité appréciable : il est en pop-up. À chaque page, un dragon pastel ou sombre se dresse sous les yeux du lecteur. J’ai accouru à ma bouquinerie pour l’acheter, l’ayant découvert sur l’Instagram de la boutique, je ne pouvais pas passer à côté de ce joli album qui me rappelle mon enfance grâce au pop-up.

Les dragons ne sont pas des créatures que j’affectionne et que je ne déteste pas non plus, je n’ai pas de véritable avis sur la question. Cet ouvrage est si beau que je l’aurai acheté même si cela traitait de n’importe quelle créature magique.

53287724_255994635343832_1002361060973346816_n

Cet album coloré ne contient que très peu de pages, pas plus de dix. Je pensais que l’ensemble était une histoire mais il s’agit de plusieurs petits contes légendaires. Je les ai vraiment appréciés, cela m’a rappelé une fois de plus mon enfance lorsque je lisais des livres de contes. Ici, certaines histoires sont tristes, d’autres joyeuses, on rencontre des gentils et des méchants dragons. Un très bel album qui fera rêver de nombreuses personnes.

★★★★★★★★★★

Classe story

132

De Sarah Berti

Lecture  2019

Résumé : evin Pinson, 12 ans, vient de tuer sa maîtresse d’un coup de revolver. Il détient maintenant ses 13 camarades en otage. Devant lui s’alignent trois boîtiers : des bombes, qu’il menace de faire sauter. L’auteure dresse le portrait de chaque élève, de certains parents, du policier négociateur et de Kevin. A travers le cheminement de sa pensée, le lecteur perçoit sa prise de pouvoir dans la classe.

bande1

126

Mon avis : Kevin a tué sa maîtresse, les élèves de sa classe sont retenus en otages. Ce n’est pas tout, trois bombes sont dans l’enceinte de l’école.

Kevin est un jeune garçon qui ne regrette pas son geste, non, il apprécie ce qu’il a fait. C’est un personnage intéressant psychologiquement puisque Sarah Berti nous livre son ressenti, son passé et son présent, ainsi le lecteur peut comprendre les raisons de cet acte barbare. J’ai trouvé une idée très ingénieuse de la part de l’autrice, celle de changer de point de vue à chaque chapitre, ainsi le lecteur peut se mettre à la place de chaque élève de la classe et découvrir leurs sentiments et émotions. Si cette idée est brillante, je me suis parfois emmêlé les pinceaux entre les noms et les histoires de chacun. Un autre élément m’a interpellé : chaque élève possède un secret ou vit dans des conditions affreuses, je n’ai pas aimé cela car cela enlevait le réalisme du livre.

Durant ma lecture, j’ai été surprise du climat qui régnait. Je ne m’attendais absolument pas à un livre joyeux mais la froideur et la dureté des mots m’ont étonné, je ne m’y attendais pas. Le livre fait peu de pages mais le rythme est lent, peut-être est-ce la plume de l’autrice qui donne cette impression.

J’espérais lire ce livre depuis deux ou trois ans, je ne suis pas totalement convaincue mais je suis ravie d’avoir enfin découvert cette lecture. Ce roman est dur, et selon moi, ne convient pas à des enfants. Sarah Berti dénonce la violence et l’influence chez les enfants, le cadre de vie et les classes en surcharge qui ne permettent pas aux enseignants d’accorder du temps à chaque élève. 

★★★★★★★★★★

Abélard & Lily

131

De Laura Creedle

Lecture 2019

Résumé : L’amour, c’est être irrémédiablement cassé aux yeux de tous et trouver quelqu’un qui pense que vous êtes parfait.
Lily est volubile, maladroite et spontanée.
Abélard est brillant, très vite contrarié et toujours dans sa bulle.
Elle est hyperactive.
Il a le syndrome d’Asperger.
Ils aiment tous les deux les anciennes lettres d’amour.
Ils tombent amoureux l’un de l’autre. Vraiment, passionnément.

Pourront-ils surmonter leurs différences ?

bande1

125

Mon avis : Lily possède un trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité, appelé TDAH. Abélard, lui, est atteint d’autisme Asperger. Lily est très active, Abélard l’est moins et parle peu. Pourtant, une histoire d’amour va naître de leur différence.

Lily a un TDAH, dès les premières pages, j’étais très étonnée de voir que la description des faits, gestes et pensées de ce personnage semblaient très proches de la réalité. En effet, je côtoie assez régulièrement le TDAH, il fait parti de ma vie et je peux constater que cela ressemble à ce que j’ai pu voir ou lire. Il faut dire que Laura Creedle possède un TDAH, c’est pour cela que cette description de ce trouble est si réaliste. Malgré ça, je n’ai pas vraiment apprécié ce personnage, au début je l’aimais bien mais c’est devenu rapidement répétitif et je me suis lassée. Concernant Abélard, c’est un garçon discret et gentil. Je suis un peu déçue que son trouble soit moins mis en avant que celui de Lily, il est tout important d’avoir des connaissances sur l’autisme Asperger que le TDAH. Je ne me suis pas non plus attachée à ce jeune homme. Leur histoire d’amour ne m’a pas convaincue non plus, pourtant j’aime la « différence » et je trouvais cela très intéressant d’en faire une romance, malheureusement, cette idylle est trop « littéraire » pour moi.

J’espérais sincèrement aimer ce livre mais l’ennui a pris le dessus rapidement. Il ne se passe vraiment pas grand-chose, le rythme est lent et c’est vraiment dommage avec un sujet et une base si intéressante.

À mes yeux, cette lecture informe un peu plus les lecteurs sur le TDAH et le syndrome Asperger, ce qui est une merveilleuse chose car cela n’est pas si connu que ça : on connaît généralement de nom mais on ne sait pas décrire ce que c’est avec exactitude. Ce roman m’a touché parce que les personnages sont « différents », Laura Creedle met en avant les troubles que certaines personnes peuvent avoir, elle dénonce cette différence et met en avant le fait que tout le monde est capable d’aimer et d’être aimé. Le message m’a plu mais pas le livre en lui-même.

★★★★★★★★★★

La vague

130

De Todd Strasser

Lecture 2019

Résumé : Cette histoire est basée sur une expérience réelle qui a eu lieu aux Etats-Unis dans les années 1970.

Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d’histoire, crée un mouvement, la Vague, aux slogans fort : « La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l’Action ». En l’espace de quelques jours, le paisible lycée californien se transforme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur libre arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader, lui-même totalement pris par son personnage.
Quel choc pourra être assez violent pour réveiller leurs consciences et mettre fin à la démonstration ?

bande1

124

Lecture commune avec Meteora.Books

Mon avis : Ben Ross est professeur d’histoire, pour faire comprendre le nazisme et comment tout cela a pris une telle ampleur, il décide de mener une expérience sur ses élèves. Cette expérience réussie un peu trop bien et cela se transforme en dictature, comment calmer tout cela ?

C’est en lisant les premières pages que j’ai découvert que cette histoire était réelle et non fictive. Nous rencontrons Ben Ross, un professeur d’histoire qui souhaite impliquer ses élèves dans son cours et leur faire comprendre les mécanismes du nazisme. Je ne sais pas comment s’est réellement comporté le professeur dans « la vraie vie » mais le personnage que nous présente Todd Strasser a conscience qu’il peut commettre une erreur, que cela peut aller extrêmement loin mais il continue sur sa lancée. J’ai trouvé que c’était un personnage perdu, un peu inconscient et peut-être parfois dans le déni. Quant aux élèves, je ne spoilerai rien de ce roman mais leurs comportements changent du tout au tout.

Je suis assez surprise de cette expérience et du fait qu’elle ait réellement eue lieu. J’ai du mal à y croire car cela semble irréaliste de faire une expérience comme celle-ci sur un sujet si important et délicat. En tout cas, je pense que ce roman apporte du bon aux lecteurs avec une morale incroyable. Ce n’est pas un livre dont on ressort indemne, nous apprenons forcément quelque chose de cette histoire tant cela est fort. Là où je suis un peu plus déçue est le rythme de l’histoire, ce roman fait un peu plus de 150 pages et il y a certains passages où je me suis ennuyée, le texte est parfois un peu long.

Pour revenir à l’essentiel et à une conclusion, j’ai apprécié le message transmis, la réflexion que Todd Strasser et le réel professeur qui a mené cette expérience nous imposent. À travers cette lecture, nous pouvons comprendre les mécanismes du nazisme et la manière dont ont pu agir et réfléchir ces individus. Le lecteur peut voir, lire, les conséquences que cela entraîne. Ce roman est fort en émotions, marquant. Retenons la bonne leçon qui est enseignée ici.

★★★★★★★★★★

3096 Jours

129

De Natasha Kampusch

Lecture 2019

Résumé : Natascha Kampusch a vécu le pire : le 2 mars 1998, à l’âge de dix ans, elle est enlevée sur le chemin de l’école. Pendant 3096 jours, huit ans et demi, son bourreau, Wolfgang Priklopil, la garde prisonnière dans une cave d’environ cinq mètres carrés, près de Vienne. En août 2006, elle parvient à s’enfuir par ses propres moyens. Priklopil se suicide le jour même.
Dans ce récit bouleversant, Natascha Kampusch révèle les circonstances de son enlèvement, le quotidien de sa captivité, sa terrible relation avec son ravisseur et la façon dont elle a réussi à survivre à cet enfer.
Le témoignage unique d’une traversée de l’inimaginable par une jeune femme qui ne s’est jamais laissé briser.

123

bande1

Mon avis : Natascha Kampusch, à l’âge de 10 ans, est enlevée par un homme qui la retient prisonnière dans une minuscule pièce pendant 8 ans. À travers ce récit, Natascha Kampusch se livre sur sa captivité.

La première chose que j’ai remarqué est la force de Natascha, battante, elle n’a jamais abandonné son désir de liberté. Je n’ai jamais vécu cette situation mais j’imagine qu’il doit être très difficile de garder de l’espoir lorsque l’on est retenue chez un individu, pourtant elle n’a jamais perdu espoir. Je pense que le travail sur elle-même pour ne pas se laisser influencer par son ravisseur a été très dur, mais elle a réussi.

J’ai vaguement entendu parler de cette histoire et lorsque je lis certains articles de journal, il manque de cruelles informations. Ici, la vérité est rétablie. Je suis triste de voir à quel point un événement si grave change une personne, du haut de ses 10 ans, Natascha a toujours été adulte, cette période l’a forcé à grandir.

J’ai apprécié ma lecture, je sais désormais ce qu’il s’est réellement passé. Natascha Kampusch décrit ses sentiments et émotions, comment elle a fait pour garder espoir. J’ai trouvé cela très intéressant et cela m’a fait réfléchir aux agissements de ce ravisseur.

★★★★★★★★★★

N.B : Il est, à mon sens, impossible et irrespectueux de noter le témoignage d’un individu. Cependant, cette note n’est pas attribuée à la qualité de l’histoire mais à sa facilité de lecture, et d’un point de vue général, à la nécessité de prendre connaissance de cet ouvrage. Toutefois, la note comporte également mon ressenti au long de cette lecture.