Dans la forêt de Hokkaido

87

De Éric Pessan

Lecture 2018

Résumé : Les anges gardiens n’existent pas qu’en rêve, le saviez-vous ? Lorsque Julie plonge dans le sommeil, son monde bascule. L’adolescente se retrouve dans la forêt de l’île japonaise d’Hokkaido, reliée physiquement à un petit garçon de sept ans. Abandonné par ses parents, il erre seul, terrifié, et risque de mourir de froid, de soif et de faim. Quel est le lien entre Julie et l’enfant perdu ?

Bande1

80

Je remercie les Éditions L’école des loisirs pour l’envoi cet ouvrage.

Mon avis : Julie est liée à un petit garçon. Elle ne le connaît pas, il vit loin d’elle et partout elle le voit en rêve chaque nuit. Lorsque le sommeil l’emporte, Julie a pour mission d’aider le petit garçon à survivre dans cette forêt immense sur une île japonaise. Est-ce vraiment possible de porter secours à distance grâce à des rêves étranges ?

Julie est une adolescente plutôt secrète, elle ne dévoile pas grand-chose de sa vie et garde au mieux l’existence du petit garçon qu’elle voit en rêve. Ce n’est pas un personnage très développé, je ne me suis donc pas attachée à elle. En revanche, une particularité m’a vraiment plu, elle ressent ce que le petit garçon ressent et s’affaiblit en même temps que lui, j’ai trouvé ce concept vraiment très intéressant. Quant au petit garçon, il ne parle pas, il est très discret et perdu. Je suis plutôt déçue de la relation entre Julie et cet enfant, je l’ai trouvé très peu détaillée alors que si elle était plus développée, je ne me serais pas ennuyée et j’aurai trouvé un plus grand intérêt à l’histoire de ce livre.

Ce roman n’est le type d’univers vers lequel je me tourne habituellement mais j’avais envie de découvrir cette histoire et de prendre un risque. Ma peur était justifiée, je n’ai pas accroché à ce monde. Il y avait bien trop de description de l’environnement dans lequel évoluait l’enfant et trop peu de détails sur la relation qu’il entretenait avec Julie, ce qui pour moi, était la clé de cette histoire, l’élément incroyable. De plus, le style de l’auteur m’a posé un problème, je n’ai pas adhéré à sa plume et donc je n’ai pas réussi à me projeter dans l’histoire, le rythme était vraiment lent.

Pour finir, je pense sincèrement être passée à côté du message que voulait transmettre Éric Pessan puisque ce n’est qu’à la lecture des remerciements que j’ai compris où il voulait en venir. Je n’attendais rien de ce roman, je savais que ce n’était pas mon genre de lecture mais intriguée par l’idée, j’ai voulu tenter. Je n’ai pas aimé cette lecture car cet univers est trop différent du mien et donc, je n’ai su me projeter.

★★★★★★★★★★

Publicités

Pourquoi personne ne m’a aidée ?

86

De Toni Maguire et Jackie Holmes

Lecture 2018

Résumé : Jackie est une enfant non désirée. Ses parents, qui ne veulent pas s’en occuper, la laissent souvent chez son oncle. C’est là, alors qu’elle n’a pas dix ans, que le cauchemar commence.
Quand sa petite nièce est à la maison, son oncle invite des amis. Jackie est abusée et souvent battue. Parfois, d’autres enfants la rejoignent et subissent le même martyre. Noyée sous la honte, Jackie se tait pendant des années.

Jusqu’au jour où, incapable d’en supporter plus, elle décide de changer de vie. Mais on n’échappe pas si facilement à son passé : son oncle et sa maison des horreurs la hantent et le cauchemar est malheureusement loin d’être terminé…

Le récit émouvant d’une enfance volée, l’histoire pleine d’espoir d’une lutte pour la vie.

Bande1

79

Mon avis : Jackie était une petite fille décrite comme difficile et agitée. Derrière ce comportement étrange, ses parents ne se sont pas posé la question de ce qui pouvait provoquer ses réactions. Je me suis attachée à elle car c’était une petite fille innocente à qui il est arrivé certains malheurs. Elle m’a beaucoup touché.

Ce témoignage se « découpe » en trois parties, l’une concerne son enfance, l’autre son adolescente et la dernière sa vie à l’âge adulte. Chaque période est très distincte car tout change radicalement dans la vie de Jackie.

Dans ce livre, Jackie nous livre ses malheurs et nous apporte son analyse personnelle de la situation. L’ouvrage traite du sentiment d’abandon, le rejet d’un proche, du viol. Ici, le lecteur connait les causes qui ont entraîné les conséquences physiques et psychologiques de Jackie.

J’aime ce genre de récits car cela reflète la réalité de notre monde, le parcours titanesque de ces enfants ou personnes blessés qui tentent de s’en sortir pour vivre et échapper à leurs malheurs, se reconstruire.

J’ai trouvé ce témoignage vraiment intéressant car il montre ce qu’il peut arriver après un viol et le silence. La vie de Jackie a été difficile, c’est une personne courageuse, qui a eu des difficultés à s’en sortir, comme coincée dans une spirale infernale. Mais pas seulement. Il y a aussi un message d’espoir, lorsque tout va au plus mal, il y a toujours une chance de s’en sortir. La reconstruction de Jackie est impressionnante.

Il m’est difficile de parler de ce témoignage si touchant, de l’impact d’un acte odieux et des conséquences graves que cela peut avoir. Pour les amateurs de témoignage, celui-ci est intéressant mais très triste, attention aux âmes sensibles.

★★★★★★★★★★

N.B : Il est, à mon sens, impossible et irrespectueux de noter le témoignage d’un individu. Cependant, cette note n’est pas attribuée à la qualité de l’histoire mais à sa facilité de lecture, et d’un point de vue général, à la nécessité de prendre connaissance de cet ouvrage. Toutefois, la note comporte également mon ressenti au long de cette lecture.

Encyclopédie des arts divinatoires

85

De Collectif

Lecture 2018

Résumé : Si le don de voyance pure n’est réservé qu’à quelques privilégiés, chacun peut accéder à la divination grâce à différents supports présentés dans cette encyclopédie. Les cartes, les runes, le pendule , les lignes de la main, les nombres, le Yi King, la sensibilité aux rêves prémonitoires, ou encore l’astrologie, sont autant de moyens qui vous révéleront les grandes lignes de votre avenir. La lecture de cet ouvrage, vous permettra de connaître l’histoire et l’évolution de chacune de ces techniques. Tous les conseils pratiques vous sont également apportés afin que vous puissiez vous adonner à cet art, en respectant toutes les règles. Laissez votre sensibilité et vos facultés de clairvoyance s’exprimer. Vous obtiendrez d’étonnants résultats et pourrez ainsi mieux maîtriser votre avenir.

Bande1

78

Mon avis : J’ai acheté cet ouvrage dans un marché, il y avait un stand de livres peu connus. Les arts divinatoires m’ont toujours intrigué, je ne sais pas vraiment si j’y crois mais, je m’y intéresse car j’adore les significations.

J’ai découvert le Yi King que je ne connaissais absolument pas. Certains arts m’ont paru passionnants comme la cartomancie, la chiromancie, la numérologie et le thème astral. Le seul souci est que je n’ai pas pu profiter ni pratiquer ma lecture puisque je n’avais ni cartes ni autre matériel pour les autres arts. J’ai essayé la chiromancie et j’ai trouvé cela très intéressant. Les arts qui m’ont le moins convaincu sont le pendule, les runes et le Yi King. Chacun ses goûts.

Cela faisait quelques temps que je voulais le lire mais je n’arrivais pas à me lancer dans une lecture si particulière et atypique. Je ne suis pas déçue, j’ai appris certaines choses et découvert certains arts.

Personnellement, je pratique déjà la numérologie et je n’ai absolument rien compris à la méthode de ce livre-ci donc je n’ai pas aimé cette partie et j’en suis même déçue. Dans la globalité de ma lecture je suis plutôt contente même si, question de goûts personnels, certaines formes d’arts divinatoires étaient longues et inintéressantes.

★★★★★★★★★★

Harry Potter : À la découverte de l’histoire de la magie

84

De British Library & Collectif

Lecture 2018

Résumé : Passionnante exploration du monde magique de Harry Potter, cet ouvrage plonge au cœur même de la création de J.K. Rowling. Vous y apprendrez la part de vérité qui se cache derrière les mythes et les légendes qui peuplent la saga. Vous découvrirez toutes les créatures, images et traditions qui ont inspiré l’univers de l’auteur, des activités magiques et des expériences de sorcellerie !

Bande1

77

Mon avis : Ce livre me faisait de l’œil, principalement pour une raison précise, il traite des matières enseignées à Poudlard. Il y a un chapitre dédié à la divination et comme j’aime particulièrement cette discipline, je devais absolument me le procurer.

Je suis émerveillée par le travail qui a été produit pour ce livre. Les illustrations de Jim Kay sont magnifiques, la structure des chapitres est agréable. Chaque matière traite de sujets divers et précis, par exemple en divination, il y a quelques informations sur la chiromancie et pour la botanique, par exemple, il y a un passage qui traite des mandragores.

J’ai trouvé le livre vraiment bien organisé, très beau à regarder, je suis ravie de cet achat. Je suis encore plus heureuse de savoir que l’histoire de Harry Potter se base sur des éléments ou événements qui ont existé ou dont on a parlé il y a quelques siècles. J’ai appris beaucoup de choses et j’ai adoré avoir des images ou photographies de documents anciens.

Le charme de cet ouvrage repose sur la qualité visuelle et le plaisir d’avoir de vrais documents comme preuves de ce qui est écrit. Le seul bémol à mes yeux est que les descriptions ne sont pas assez détaillées, j’aurai voulu apprendre bien plus encore que ce que j’ai découvert. Une très bonne surprise tout de même.

★★★★★★★★★

La plus belle de toutes

83

De Rachel Corenblit

Lecture 2018

Résumé : Six filles de 16 ans, sélectionnées pour leur beauté, constituent le casting d’une émission de téléréalité qui doit conduire à l’élection de la plus belle d’entre elles. Durant leur cohabitation forcée et filmée, la production a mis en place des scénarios explosifs pour faire de l’audience. Les filles vont s’unir pour déjouer leur plan. Un roman sur l’envers du décor de la téléréalité.

Bande1

76

Je tiens à remercier les Éditions du Rouergue pour cet envoi

Mon avis : L’émission La plus belle de toutes alias LPDT reprend. Six adolescentes sont sélectionnées afin de prouver qu’elles méritent de gagner. Six filles mais une seule gagnante.

Nous faisons la connaissance de Eleoane, Juliette, Barbara, Sacha, Kamélia et Shannon. Ce sont les candidates de l’émission La plus belle de toutes. Elles viennent toutes de familles et d’univers différents, chacune à sa personnalité et pourtant, je ne me suis attachée à aucune des six candidates. À mes yeux, elles n’avaient aucun charisme et c’est sûrement pour cela que je n’ai réussi à m’identifier à aucune d’elles. Les personnages qui m’ont le plus marqué sont secondaires, il s’agit de Chocolatine et Edmond, deux individus détestables du début à la fin. Chocolatine est une femme manipulatrice jouant avec les sentiments des candidates pour arriver à ses fins et faire monter l’audience. Quant à Edmond, il présente l’émission. Rachel Corenblit l’a caricaturé au point de le rendre insupportable. L’objectif de l’auteure vis-à-vis de ces deux personnages est atteint, le lecteur n’est pas capable d’aimer Chocolatine ni Edmond.

Ce roman est une caricature des émissions de téléréalité. J’ai vraiment apprécié cette démarche pour donner un déclic ou dénoncer les faits. Ici, les candidates sont jeunes et elles sont propulsées dans le monde de la beauté, où tout ou presque n’est qu’apparence. Jusqu’ici, j’ai trouvé le sujet vraiment intéressant et très bien fait. L’auteure parle aussi de manipulation, car oui, dans le monde de la téléréalité la manipulation est présente partout. Je pense que Rachel Corenblit a voulu ouvrir les yeux de ses lecteurs et dénoncer cette aspect sombre des émissions de téléréalité, tout n’est pas beau et les participants ne sont pas toujours aussi heureux qu’ils le montrent.

Après avoir découvert et approuvé le concept de base du roman, tout s’est embrouillé dans ma tête. J’ai trouvé certaines phrases maladroites ou crues qui peuvent être très mal interprétées voire vexer certains lecteurs. J’ai éprouvé un sentiment de gêne jusqu’à la fin de ma lecture, j’avais la sensation que tout était écrit avec maladresse ou une certaine caricature que là, je n’ai pas compris.

J’espérais un message sur le monopole de la beauté, les dangers de la téléréalité et de la manipulation, de la facilité à entraîner des personnes à faire ce que l’on souhaite qu’elles fassent. Le livre n’était pas assez clair à mes yeux, je ne pense pas avoir tout compris. Quoiqu’il en soit, l’idée de caricature était excellente mais le sens et la compréhension du roman n’étaient pas assez précis et clairs.

★★★★★★★★★★

La danse des ombres, tome 1

82

De Yelena Black

Lecture 2018

Résumé : Lorsque Vanessa Adler commence les cours au sein de la prestigieuse Académie du New York Ballet, elle cherche autant à devenir une étoile qu’à retrouver sa soeur, brillante élève de l’école jusqu’à sa mystérieuse disparition. Mais sa quête se complique lorsque son talent attire l’attention du grand chorégraphe Josef Zhalkovsky: la jeune fille est choisie pour incarner le premier rôle de L’oiseau de feu de Stravinsky. Elle est alors loin d’imaginer quelle puissance maléfique a jeté son dévolu sur elle…

Bande1

75

Mon avis : Vanessa intègre une grande école de danse. Elle n’aime pas particulièrement ce sport, pourquoi donc poursuivre cette voie ? Vanessa a une idée en tête : retrouver sa sœur qui a mystérieusement disparu dans cette école. Rien n’est acquit, tout reste à faire.

Vanessa est une jeune fille avec une idée en tête. Un peu naïve, elle ne sait pas à qui faire confiance et qui craindre. Nous retrouvons différents personnages, des amis comme des ennemis. Je ne me suis attachée à personne, j’ai trouvé chaque personne plutôt immature et très « adolescent ». Un personnage naïf peut être intéressant mais lorsque chacun possède un caractère similaire, il n’y a plus d’intérêt. De plus, une romance naît entre deux personnages. Elle n’avait aucun sens à mes yeux, une relation bien trop rapide à mon goût. Le couple prenait le dessus sur tout ce qu’il y avait autour, notamment les mystères, la disparition, etc. Je me sentais étouffée par cette amourette qui n’apportait rien à l’histoire. À la fin du livre, j’ai compris pourquoi l’auteure avait mis un tel accent sur cette relation sans intérêt. Certes la raison était inattendue mais je ne pense pas que centrer l’histoire sur ces deux personnages était une bonne idée pour envoûter le lecteur. Quelle perte de temps.

Je suis passée par de nombreuses émotions et pensées, l’intérêt, l’ennui et l’agacement. Le mystère plane du début à la fin du roman, il est bien mené. L’intrigue est vraiment bonne, je cherchais des réponses à mes questions durant toute ma lecture et un sentiment d’angoisse me suivait au fil des pages. Il s’agit, à mes yeux, d’un roman d’épouvante adolescent, les touches de surnaturels étaient vraiment effrayantes. Comme vous pouvez le lire, nous sommes vraiment plongés dans un univers sombre et inquiétant comme ce que nous promets la quatrième de couverture. Et au-delà de ça, il y a un élément qui vient briser toute cette atmosphère réussie, l’immaturité et la naïveté des personnages. Les dialogues et le climat qui régnaient entre les amis m’ont bloqué dans ma lecture.

J’avais peur du thème du roman, n’étant pas amatrice de ce sport : la danse. J’ai été surprise de voir que cet univers est abordé mais de façon modérée donc pour quelqu’un qui n’aime pas la danse, ça ne gêne pas la lecture. Yenela Black nous offre une vision sombre de la danse : être le meilleur et se surpasser même si on a atteint le maximum. Le domaine de ce sport n’est pas rose et les rivalités sont réelles. Introduire les thèmes de la danse et de la disparition reflètent, pour moi, une manière d’exprimer la concurrence et la compétition dans un registre fantastique. J’ai adoré le mystère qui planait durant cette lecture et les surprises que l’auteure m’a offert mais je suis extrêmement déçue des personnages et de leur immaturité. Je lirai le tome 2 par curiosité mais il ne sera pas dans mes achats prioritaires.

★★★★★★★★★★

Défaite des maîtres et possesseurs

81

De Vincent Message

Lecture 2018

Résumé : Iris n’a pas de papiers. Hospitalisée après un accident de voiture, elle attend pour être opérée que Malo Claeys, avec qui elle habite, trouve un moyen de régulariser sa situation. Mais comment la tirer de ce piège alors que la vie qu’ils mènent ensemble est interdite, et qu’ils n’ont été protégés jusque-là que par la clandestinité ?

C’est notre monde, à quelques détails près. Et celui-ci notamment : nous n’y sommes plus les maîtres et possesseurs de la nature. Il y a de nouveaux venus, qui nous ont privés de notre domination sur le vivant et nous font connaître le sort que nous réservions auparavant aux animaux.

Plongeant dans un des enfers invisibles de notre modernité, retraçant l’histoire d’un amour difficile, Défaite des maîtres et possesseurs nous entraîne dans une fable puissante où s’entrechoquent les devenirs possibles de notre monde.

Bande1

74

Mon avis : Malo rencontre Iris, une jeune femme sans papiers. Après un accident, elle doit être opéré. Malo va tout tenter pour la sauver.

Je me suis lancée dans cette lecture sans vraiment savoir à quoi m’attendre. À mes yeux, le résumé n’est pas clair et pas assez détaillé pour se faire une idée du roman. Concernant les personnages, je n’ai réussi à m’attacher ni à Malo ni à Iris. La vérité étant que je n’ai jamais réussi à me plonger dans ma lecture. Je n’ai pas compris où l’auteur voulait en venir, je n’ai pas su apprécier sa plume qui me bloquait dans ma lecture. J’ai trouvé la plume de Vincent Message très froide et très lente, soutenue, trop mature pour moi.

Je suis un peu peinée car ce livre est un cadeau d’anniversaire, le sujet était censé me plaire. Cette façon dont les humains sont traités dans le roman, ce revirement de situation avait tout pour me conquérir. Malheureusement, de nombreux éléments négatifs se sont installés. Les personnages et la plume peu convaincants. Je pense également que cette déception est aussi dû à un facteur interne, donc à cause d’une pensée négative propre à moi-même. Avant de commencer ce roman, j’avais fini un livre absolument génial et je n’imaginais pas que celui-ci pourrait l’être aussi. Je pense que les facteurs internes et externes se sont rencontrés, d’où ma déception.

★★★★★★★★★★

 

Chroniques de la fin du monde, tome 1 : Au commencement

80

De Susan Beth Pfeffer

Lecture 2018

Résumé : Enfin c’est le grand soir : l’astéroïde dont tout le monde parle va percuter la Lune ! Familles, voisins, amis, tous se rassemblent pour observer le phénomène. Mais les choses ne se passent pas comme prévu. L’impact a été si violent que la Lune a dévié de son orbite et s’est rapprochée de la Terre. Peu à peu tout se dérègle… L’électricité puis l’eau sont coupées et les vivres commencent à manquer. Miranda et sa famille vont devoir accepter que la vie telle qu’ils la connaissaient a disparu à jamais.

Bande1

73

Lecture commune avec Meteora.Books

Mon avis :  Tout se passait pour le mieux, les oiseaux chantaient, les voisins se querellaient ou s’entraidaient et chacun vivait sa vie sans soucis. Il aura suffi d’une soirée pour tout chambouler. L’événement de l’année dont tout le monde parle est la venue d’un astéroïde qui s’apprête à foncer sur la lune. Tout le monde est heureux de voir ce spectacle mais personne ne l’est plus lorsque la lune se rapproche dangereusement de la Terre. Une seule question se pose désormais : comment survivre ?

Les personnages de ce roman sont magnifiques. Ils sont vraiment bien travaillés, chacun est unique. Nous suivons une fratrie, Matt, Miranda et Johnny. Miranda est le personnage principal, c’est une adolescente qui a peur de la mort et de l’avenir. Elle est généreuse mais parfois égoïste. Je l’ai adoré, comme tous les autres membres de cette famille. Chacun à son caractère, chacun apporte quelque chose à l’autre lors de cette apocalypse. La maman est sans doute, à mes yeux, la plus exploitée. Elle est économe et responsable, surveillant toutes les décisions de ses enfants afin de ne pas mettre en péril leur survie. Des conflits surviennent régulièrement entre elle et Miranda qui ne reconnaît plus sa génitrice. J’ai adoré ces disputes, cela semblait si réel. Le travail de Susan Beth Pfeffer pour rendre les personnages véritables est incroyable. J’ai adoré Matt et Johnny également.

Ce roman est sous forme de journal intime, Miranda écrit ce qu’il s’est passé durant la journée en notant la date. C’est un style qui ne plaît pas à tous les lecteurs, je n’en suis moi-même pas adepte mais durant ma lecture, ça ne m’a absolument pas dérangé. Le rythme est lent, il ne se passe pas beaucoup d’événements mais lorsque il y en a, le lecteur est envoûté, étonné et surpris. De plus chaque petite chose de leur vie quotidienne est impressionnante tant le climat est sombre. L’aspect de survie est très réaliste grâce à l’organisation des rations, la panique, la peur de mourir, les phénomènes environnementaux. La destruction humaine et de la Terre est progressive, le rythme est lent donnant une impression de réalisme incroyable. L’auteure s’est également attardée sur la destruction des liens sociaux et les conflits, un plaisir à lire. Une atmosphère d’une grande qualité.

J’ai passé un moment merveilleux. Je ne suis pas adepte du post-apocalyptique et pourtant, je me suis régalée. L’univers créé par l’auteure est génial, réaliste et angoissant. Les personnages sont bien travaillés, vivre pour survivre. L’environnement est parfait. Le seul petit défaut de ce livre est les moments où il ne se passe pas grand-chose, à part cela le livre est fantastique. Cet univers me manque déjà, je me suis empressée de commander la suite de la saga. J’ai hâte de continuer à suivre les aventures de cette famille.

★★★★★★★★★★

iM@mie

80

De Susie Morgenstern

Lecture 2018

Résumé : A seize ans, Sam est un junkie, un accro, un drogué d’Internet et des jeux vidéo. Pour le sevrer de l’écran et sauver son âme, ses parents ont décidé de l’envoyer à Nice, en pension chez Martha, sa grand-mère, qui coule une retraite paisible, sans ordinateur, ni télévision, ni portable. Arrivé là-bas, Sam n’a rien d’autre à faire que de lire, réviser son bac de français et jouer du piano tout en se faisant dorloter par sa grand-mère. Comme cure de désintoxication, on a connu pire, et Sam admet qu’il n’est pas vraiment malheureux… Juste terriblement en manque des moyens de communication que des milliers d’années de progrès technique ont mis à la disposition de l’homme moderne. Mais ça, comment le faire comprendre à Martha ? …

Bande1

72

Je remercie les Éditions L’école des loisirs pour l’envoi cet ouvrage.

Mon avis : Sam était heureux, un ordinateur, un portable, une télévision. Sur la décision de ses parents, il est envoyé chez sa grand-mère pendant un an. Aucune technologie n’est tolérée dans cette maison, il devra apprendre à vivre sans sa passion et obsession.

Sam est un adolescent très gentil, serviable et agréable. Le seul souci dans sa vie est son addiction à la technologie. Il vit donc chez Martha, sa grand-mère pendant un an. Martha est un personnage que j’ai trouvé mignon, elle désire sincèrement offrir le goût de la littérature à qui elle rencontre. Au-delà de ça, je n’ai pas trouvé les personnages particulièrement travaillés ou intéressants.

Ce roman m’intriguait. Je me suis demandé comment allait se dérouler cette histoire, n’ayant aucune idée de ce qui m’attendait. Cette lecture est légère, elle est parfaite comme « livre repos », entre deux lectures lourdes et difficiles. Ce livre permet de souffler, de se vider la tête, de ne penser à rien. L’histoire est courte, il ne se passe pas grand-chose mais elle est distrayante.

Je ne ressors ni contente ni déçue de cette lecture, je n’attendais rien de spécial. J’ai passé un bon moment même si cette lecture n’a rien d’exceptionnelle. J’ai profité d’un moment doux et léger, qui m’a fait sortir de mon quotidien. Ce livre reste une belle petite lecture jeunesse pour se couper de tout, comme Sam, le personnage principal. De plus, il réserve une petite surprise au lecteur : une situation inattendue.

★★★★★★★★★★