Bilan | Janvier 2018

Bilan5

Nouvel an, fête, nouvelles lectures. En ce début d’année, j’ai passé d’excellentes lectures. Je ne pouvais pas mieux commencer 2018 ! Une fois de plus, j’ai varié mes lectures, du fantastique, de la psychologie, du contemporain, une autobiographie !

6 Livres  1929 Pages

♥ 0 Coup de cœur

Bande1

575859

606162

Publicités

Enclave, tome 3 : La horde

63

De Ann Aguirre

Lecture 2018

Résumé : Salvation est assiégée par les Monstres. La situation semble sans espoir. Les Monstres se sont organisés. Ils organisent des patrouilles, tendent des embuscades, attaquent les campements des hommes qui ont oublié comment se battre. Trèfle, parvenue à leur échapper avec Del, Bandit et Tegan, est leur seul espoir. Elle n’a qu’une certitude : elle est née pour se battre. Et si elle doit mourir, ce sera au côté de Del, et les armes à la main.

Bande1

55

Mon avis : Il y a quatre ans, je me suis lancée dans cette lecture de science-fiction où l’apocalypse régnait et où le seul moyen de survivre était l’Enclave. Après avoir partagé des aventures avec les personnages, je clos ici-même leur histoire.

Trèfle est une chasseuse. Courageuse, digne et sincère, je l’ai apprécié dès le premier tome. Je l’ai trouvé très humaine et bienveillante, à vrai dire, elle n’a que des qualités … à une exception près. Un détail m’a titillé et m’a plongé dans le cliché-même de la femme. Trèfle, chasseuse, femme forte et débrouillarde se voit attitrée par l’auteure l’image de la femme qui ne peut vivre sans un homme. Ici mon interprétation est claire, Trèfle est considérée comme une femme dépendante à celui qu’elle aime. Cela était bien trop flagrant. J’ai adoré le personnage de Del qui me plaît beaucoup par son caractère, sa personne. Il m’avait manqué tout comme Trèfle. J’ai adoré les personnages.

Passons aux points noirs. Lorsque j’ai lu le premier et deuxième tome, j’étais encore adolescente. Quatre ans plus tard, ma maturité a changé et mes goûts littéraires également. Je regrette de ne pas avoir terminé cette saga quand elle m’était encore adaptée. Je me suis forcée à lire ce livre sachant très bien que sans cela je ne le lirai jamais. Je n’ai pas passé un bon moment, l’ayant terminé en deux semaines, néanmoins cette trilogie fait partie de mon adolescence et c’est avec un petit pincement que j’ai refermé cet univers que j’aurai dû clôturer bien avant. De plus, ce dernier opus m’a fait penser à toutes les autres fins de sagas comme Hunger Games, Divergente et bien d’autres, il s’agit du tome de la guerre finale, là où tout se joue mais également où toutes les histoires se ressemblent J’espérais plus d’originalité de la part de l’auteure. Je dis Adieu à ce monde et aux personnages que j’ai tant aimé.

★★★★★★★★★★

Prisonnier de son père

62

De Carole Aigon-Rami

Lecture 2018

Résumé : Un amour, un mariage, un bébé sur lequel se penchent des parents attendris. Les histoires horribles commencent souvent bien. Celle-ci se solde par un divorce, la maman hébergeant son fils. Mais un jour, le père de Yann – huit ans – réussit à convaincre celui-ci de le rejoindre… dans une maison pleine de chiens et de chats à l’abandon où le petit va devenir la victime de sévices inimaginables. Brûlures, coupures, tortures, Yann mange par terre, parfois les excréments des animaux. Les chiens sauvages, qui d’habitude mordent, lèchent ses plaies, le soir, tandis qu’il s’endort parmi eux. Pendant vingt et un mois, la mère de Yann frappe à toutes les portes, multiplie les démarches officielles, en vain. Pourquoi personne n’a-t-il bougé ? Ni les voisins, ni la police, ni la justice, ni même l’école ?  » J’ai décidé avec ma maman qu’elle devait raconter notre histoire. Je voudrais que ce livre aide à sauver les enfants qui souffrent « , écrit, en avant-propos de ces pages, un adolescent enfin sorti de l’enfer.

Bande1

54

Mon avis : C’est l’histoire d’une mère et de son fils, séparés dans d’atroces conditions, réunis pour le meilleur et la reconstruction. Ce témoignage laisse place aux mots douloureux et aux paroles douces d’amour d’une maman pour l’enfant qui est tombé entre les mains d’un bourreau.

Carole Aigon-Rami est impressionnante et courageuse. Après le départ de son fils chez son père, l’auteure sombre dans un cauchemar. N’ayant plus la possibilité de voir Yann, elle mène un combat sans relâche afin de revoir son enfant. À travers ses mots, Carole Aigon-Rami nous offre tout l’amour qu’elle ressent envers Yann et toute la haine qu’elle a envers son ex-mari et envers elle-même. En effet, elle analyse ses erreurs, exprime sa honte lorsqu’elle était cachée derrière son idéal familial, en plein déni. Yann, victime de son père, est un enfant décrit comme incroyablement courageux. Il a su garder la tête sur les épaules malgré toutes ses épreuves endurées. Je l’admire également pour sa force.

Ce récit est celui d’une mère qui se bat jour après jour pour revoir et libérer son fils des griffes d’un bourreau. Entre passivité des institutions et personnes environnantes, le combat est difficile. Ce n’est pas le premier témoignage où je lis que personne n’ose agir, ou les gens se referment sur eux. Carole Aigon-Rami nous dresse le portrait de tout ce qui a dû être mis en place pour que les choses bougent et que Yann puisse être sauvé. Il est évident que ce système a quelques failles. Malgré toutes les démarches, l’auteure nous livre un message d’espoir et d’amour ainsi que de la prévenance. Pour que cela ne se reproduise plus. Mais ce livre ne s’adresse pas qu’à nous, il s’adresse également à Yann, dans un ultime pardon. Ce récit m’a ému.

★★★★★★★★★★

Sauveur et fils, tome 1

61

De Marie-Aude Murail

Lecture 2018

Résumé : Quand on s’appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90 mètre pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d’affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s’évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois soeurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la mère vient de se remettre en ménage avec une jeune femme… Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien. Mais à toujours s’occuper des problèmes des autres, Sauveur oublie le sien. Pourquoi ne peut-il pas parler à son fils Lazare, 8 ans, de sa maman morte dans un accident ? Pourquoi ne lui a-t-il jamais montré la photo de son mariage ? Et pourquoi y a-t-il un hamster sur la couverture ?

Bande1

53

Je remercie les Éditions L’école des loisirs pour l’envoi cet ouvrage.

Mon avis : Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien. Son métier consiste à aider les autres. Des patients, tous plus atypiques les uns que les autres font appel à Docteur Saint-Yves pour une thérapie. Ce que Sauveur ne sait pas, c’est que Lazare espionne les séances avec les patients et qu’il pourrait apprendre bien des choses. Caché derrière l’aide qu’il donne à ses clients, Sauveur oublie lui-même son propre problème.

Sauveur Saint-Yves est un personnage que j’ai adoré. Tout d’abord, il est psychologue clinicien, métier que je souhaiterai faire. Étant en études de psychologie, un lien s’est construit entre lui et moi. C’est un homme un peu mystérieux, d’une grande gentillesse, toujours à s’inquiéter pour les autres. Malgré ça, je l’ai trouvé un peu absent auprès de son fils, un homme trop pris par son travail. Lazare, fils de Sauveur est âgé de 8 ans. C’est un personnage essentiel au déroulement de l’histoire. Il est curieux, en quête de son passé et de ses origines. Je l’ai trouvé innocent, je l’ai vraiment bien aimé. Comme son père, il est très gentil. Il serait compliqué par la suite de donner mon point de vue sur chaque personnage puisqu’ils sont nombreux. Ils sont tous très bien travaillés, chacun à sa propre personnalité, son caractère. C’était un plaisir de rencontrer tout ce petit monde. Certains m’ont touché plus que d’autres.

L’atmosphère qui s’y dégage est plutôt variée. Les personnes allant voir Sauver Saint-Yves sont des personnes dans le besoin, avec des problèmes, à ces moments-là, la tournure peut être triste. L’ambiance générale est quant à elle dynamique, généreuse.

Parlons de la plume de l’auteure. Elle est très fluide, très lisse, c’est agréable de lire ses mots, les pages défilent rapidement. Difficile de s’arrêter, j’ai lu jusqu’à ce que la fatigue l’emporte. Ce livre est addictif.

J’espérais beaucoup de cette lecture. Premièrement parce que je fais des études de psychologie, deuxièmement car j’en avais entendu énormément de bien. J’avais peur d’être déçue et me voilà comblée. Je suis étonnée par les connaissances en psychologie de l’auteure, cela m’a bien plu. À certains moments, j’ai vraiment eu la sensation d’être dans le cabinet avec les patients. D’autres fois, les personnages étaient excessifs. J’ai également adoré les clichés sur les psychologues : ils savent tout, ils ont et offre une éducation parfaite à leurs enfants, ils lisent dans les pensées et ils jugent sans arrêt. Ce qui n’est bien sûr pas vrai. J’ai apprécié également que l’auteure mette en évidence la couleur de peau. En effet, Marie-Aude Murail montre le racisme et la difficulté des personnes de couleur à vivre dans une société telle que celle-ci. J’ai adoré ma lecture, il est évident que je continuerai cette saga avec un immense plaisir.

★★★★★★★★★★

Orange Is the New Black

60

De Piper Kerman

Lecture 2018

Résumé : Piper Kerman est une jeune femme comme tant d’autres : elle a un emploi, un compagnon, une famille aimante. Elle est très loin de la jeune casse-cou qui avait livré une valise d’argent pour un trafiquant de drogues dix ans plus tôt. Mais le passé l’a rattrapée. Condamnée à quinze mois d’incarcération dans une prison pour femmes du Connecticut, la jeune cadre dynamique de bonne famille devient le matricule 11187-424. Le choc est brutal. De sa première fouille corporelle à sa libération, Piper Kerman apprend à naviguer dans cet étrange univers aux codes absurdes et aux lois arbitraires. Elle rencontre des femmes issues de tous les milieux, qui la surprennent par leur générosité, leur humour et leur ouverture d’esprit. Déchirant, drôle et parfois rageant, le récit de Piper Kerman nous offre un témoignage rare et précieux sur le quotidien des détenues américaines. Car c’est en grande partie pour elles que Piper a écrit ce livre : pour témoigner au nom de toutes celles qui n’ont pas la possibilité de s’exprimer.

Bande1

52

Mon avis : Connu grâce à la série, Orange is The New Black est avant tout un roman autobiographique. Piper Kerman nous livre son histoire, ses délits et son incarcération. Elle nous raconte la vie en prison et ce qui s’y passe.

Piper Kerman est l’auteure de ce livre. Je l’ai trouvé très humaine, sensible et consciente. Il est parfois compliqué de se mettre à la place d’un « délinquant », ici, Piper Kerman exprime avec justesse et précision ce qu’elle a ressenti lors de ses délits et pourquoi elle a fait ça. Cette femme m’a montré et appris que toute personne fautive n’est pas forcément méchante. Cela entraînerait une analyse plus approfondie que j’arrêterai là car ce n’est pas le sujet. Les autres personnes citées dans ce livre sont différentes, une histoire différente, un délit différent, des caractéristiques différentes. Pour moi, la base de cette histoire est l’entraide, le soutien entre détenues afin d’avancer dans les conditions carcérales et le milieu social carcéral. Chaque personne citée dans ce roman avait/a sa place, d’une certaine manière, dans la vie de Piper.

Ce serait mentir que de dire que ce livre est arrivé entre mes mains par hasard, c’est effectivement grâce à la série que j’ai découvert cette autobiographie. J’ai adoré ma lecture, découvrir le milieu carcéral que l’on connaît peu, le milieu social dans lequel les détenues évoluent. J’ai appris de nombreuses informations et j’ai apprécié enrichir mes connaissances de ce lieu dont on parle peu. Le milieu carcéral intéresse beaucoup d’entre nous, il est évident que je conseille cet ouvrage.

★★★★★★★★★★

Harry Potter, tome 3 : Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban

59

De J. K. Rowling

Lecture 2018

Résumé : Sirius Black, le dangereux criminel, qui s’est échappé de la forteresse d’Azkaban, recherche Harry Potter. C’est donc sous bonne garde que l’apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d’une potion de ratatinage, le dressage des hippogriffes… Mais Harry est-il vraiment à l’abri du danger qui le menace ? Le troisième tome des aventures de Harry Potter vous emportera dans un tourbillon de surprises et d’émotions. Frissons et humour garantis !

Bande1

51

Mon avis : Harry et ses amis s’envolent vers de nouvelles aventures plus sombres que la dernière fois. Un meurtrier s’est évadé et doit être attrapé rapidement avant qu’il ne tue à nouveau. En quête de la vérité, Harry dépassera les règles.

D’ordinaire, Harry n’est pas un personnage que j’affectionne ni que je déteste. Ce tome-ci ne fit pas exception à la règle. Harry est un garçon que j’ai trouvé perdu dans ses pensées, dans ce monde qu’il connaît à peine et qui ne sait qui il est réellement. Ron m’impressionne toujours autant, il est considéré dans les films comme le parfait idiot, bien qu’il fasse effectivement quelques bêtises, il n’en reste pas moins quelqu’un d’intelligent et de cultivé dans les romans. J’ai trouvé Hermione brillante mais moins que ce que nous montrent les films. Quant à Drago Malefoy, mon personnage préféré, je l’ai trouvé vraiment détestable dans ce troisième tome. Il est vrai que j’aime beaucoup son côté bad boy qui cache un petit cœur sensible et capable d’aimer mais cette fois-ci cela a été dur, particulièrement envers un autre personnage que j’aime beaucoup.

J’espérais énormément de cette lecture puisque le film est mon préféré. Je pensais retrouver ce dynamisme infini et excitant mais ce n’est pas le cas. J’ai trouvé ma lecture lente, certes les rebondissements étaient au rendez-vous mais il y avait trop de description par rapport aux actions.

Je pense que c’était pas le bon moment pour entrer à nouveau dans ce monde. J’aurai certainement apprécié d’avantage à une autre période, avec un autre état d’esprit. Je pense également que j’ai fixé la barre haute. Le film est proche du roman mais je n’ai malheureusement pas « redécouvert » l’histoire comme cela a été le cas pour le tome 2. Je suis déçue non pas du récit mais de moi-même. J’ai senti que ce n’était pas le moment de me lancer dans cette lecture et j’ai persisté jusqu’à la fin. Je ne referai pas la même erreur pour la suite de la saga. Malgré tout, ce roman était tout de même bon.

★★★★★★★★★★

525542ColdWinterChallenge4medium

La psychologie au carré : 100 concepts de base

58

De Daniel Frings & Christopher Sterling

Lecture 2018

Résumé : « La psychologie au carré » est l’initiation idéale pour ceux qui désirent en savoir davantage sur la plus populaire des sciences humaines, celle qui décrypte le sens caché de notre comportement, de la découverte de l’inconscient aux neurosciences.

Bande1

50

Mon avis : Il existe une quantité importante de livres sur les bases de psychologie. La psychologie au carré se caractérise par sa spécialité dans les grands concepts de cette science. Il traite des principales branches comme la neuropsychologie, le développement, la psychologie sociale et quelques domaines complémentaires à ne pas négliger.

J’ai acheté ce livre afin de « réviser » ce que j’ai appris en première année de Psychologie. Effectivement, pour le côté révision, il s’inscrit parfaitement dans ce que j’attendais de cet ouvrage. Cependant, la tournure des phrases et les mots choisis sont lourds si bien que j’ai parfois eu du mal à comprendre des concepts que je connaissais déjà. Je trouve que les explications ne sont pas assez claires, il n’est pas normal d’avoir des difficultés à comprendre des informations que l’on connaît déjà.

Outre ces défauts, il m’a tapé dans l’œil pour sa quantité d’illustrations et d’images qui ne sont pas à négliger dans un livre de psychologie. De plus, il est parfaitement structuré délimitant chaque matière par des couleurs différentes, ce qui est pratique pour se repérer. Les principales branches (cognitive, clinique, développement, sociale, etc) sont présentes.

Je suis un peu déçue. Si l’aspect visuel de ce livre est bien travaillé, le contenu est limité par le poids des mots qui peuvent parfois perdre le lecteur ou lui donner une compréhension partielle. Je ne conseille pas ce livre comme premier ouvrage de révisions et de découvertes de base, il n’est pas assez clair. Il y a plus abordable ailleurs.

★★★★★★★★★★

Bilan | Décembre 2017

Bilan4

Décembre, froid, pluie, Noël et Cold Winter. J’ai passé de bonnes lectures comme Anthologie : Civilisations disparues et Les Souliers de Noël. Durant ce mois-ci, j’ai lu 4 livres de mon Cold Winter Challenge. Je suis plutôt satisfaite des lectures pendant cette période si froide.

5 Livres  852 Pages

♥ 0 Coup de cœur

Bande1

525354

couv388970256

Contes des royaumes, tome 01 : Poison

57

De Sarah Pinborough

Lecture 2018

Résumé : Blanche-Neige, le conte de fées revisité : cruel, savoureux et tout en séduction. Rappelez-vous l’innocente et belle princesse, la méchante reine impardonnable, le valeureux prince, la pomme empoisonnée et le baiser d’amour sincère… et à présent ouvrez ce livre et plongez dans la véritable histoire de Blanche-Neige, telle qu’elle n’a jamais été révélée …

Bande1

49

Lecture commune avec Entre les lignes

J’apprécie les contes traditionnels, j’aime également découvrir des revisites. J’ai acheté ce livre ainsi que les tomes suivants à leur sortie, étant des éditions limitées. L’ouvrage que je possède est en hardback (couverture rigide) d’un rouge sang étincelant.

Mon avis : Dans une contrée lointaine, un roi épousa une femme d’une beauté incroyable. La reine, rêvant d’être la plus belle du royaume, se mit en quête de faire disparaître la fille de son mari. Blanche-Neige était bien plus belle que la reine, attirant malgré elle les foudres de cette dernière. La beauté peut-elle être une arme ?

La beauté est la source du conflit comme dans le conte original. Nous assistons à ce que je nomme « le monopole de la beauté » où rien n’est plus important que l’apparence. Ce conte revisité nous montre une fois de plus le vice caché, la jalousie qui est fidèle à l’histoire traditionnelle. Le récit est centré sur la relation de la Reine et de sa belle-fille.

Lilith, la Reine est un personnage complexe à cerner, il est vrai qu’elle est cruelle cependant en creusant la question du pourquoi, nous pouvons analyser qu’il s’agit principalement d’une question d’éducation et de mimétisme de ce qu’on lui a apprit. Ce n’est pas un personnage que j’ai détesté comme je pouvais m’y attendre. J’ai vu en elle un fond de gentillesse, une femme perdue et en conflit avec elle-même.

Blanche-Neige est une figure que j’ai trouvé absente. En effet, elle apparaît peu sur la totalité du roman. De plus, je ne l’ai pas trouvé très intéressante, son dialogue étant peu abouti. Elle m’a paru belle mais idiote, l’image négative que l’on donne souvent aux princesses. C’est une jeune femme naïve qui n’a pas toujours conscience du danger. Je l’ai trouvé également légèrement arrogante.

Concernant le mouvement de l’histoire, il y a peu d’action et de rythme. L’auteure reste trop en surface et ne s’intéresse pas assez à la profondeur des actes, ce qui est dommage car le tempo aurait pu être passionnant avec un peu plus de précision et de piment. Malgré cela, j’ai terminé ma lecture en deux jours. La plume de Sarah Pinborough est tellement fluide que les chapitres défilent à grande vitesse.

En me lançant dans ce livre, j’avais peur de ne pas aimer et d’avoir le même sentiment négatif que de nombreux autres lecteurs. C’est pour cela que j’ai proposé une lecture commune à Marion afin de se motiver l’une et l’autre. Je suis surprise car j’ai bien aimé ma lecture. Les personnages n’avaient rien d’exceptionnel même si je trouve celui de la Reine plutôt intéressant. Malgré une action peu présente, la plume de l’auteure a su m’apporter un peu de rapidité. Le final est inattendu même si j’aurai apprécié une phrase de fin plus trash afin de me rassasier complètement. C’était un bon premier tome, je continuerai cette trilogie.

★★★★★★★★★★

Y aura-t-il trop de neige à Noël ?

56

De Collectif

Lecture 2017

Résumé : 12 nouvelles drôles et romantiques pour un Noël magique !
C’est le soir du réveillon. Catherine a oublié le brie aux truffes, Valentine est coincée dans la cabine d’essayage d’un grand magasin, déguisée en mère Noël. Pauline déprime en Toscane, seule et célibataire. À New York, le Dr Sam Miller se rend à un énième rencard de Noël organisé par sa sœur Imogene. Nina se retrouve enfermée chez elle, sous les toits de Montmartre, avec un inconnu et Audrey est en garde à vue pour avoir manifesté contre un abattoir. Tous ces personnages ont un point commun : malgré les apparences, ils vont passer le réveillon le plus féerique de leur vie ! Êtes-vous prêt pour un Noël 100 % comédie, 100 % romantique, 100 % magique ?

Bande1

 

48

Mon avis : Noël est rarement parfait … Particulièrement dans ce livre-ci. Entre imprévus, amours fougueux et catastrophes, les fêtes ne se déroulent jamais comme prévu. Que serait la magie sans une pointe de comédie ?

Il y a 12 nouvelles dont 2 par « famille ». Les personnages sont haut en couleur, dynamiques, acharnés, tendres. Ils sont le cœur des péripéties puisque chacun à son caractère, généralement bien trempé.

Comme dit ci-dessus, le livre est composé de 12 nouvelles dont une partie « 1 an après » qui nous permet de suivre les personnages plus longtemps. Les nouvelles sont sympathiques et fraîches, elles apportent de la bonne humeur festive. L’esprit de Noël est très présent et c’est ce que le livre nous promet. Le contrat de cet ouvrage est rempli : nous changer les idées.

J’ai passé un bon moment, les personnages sont spontanés, leurs aventures sont folles et inattendues. L’ambiance festive est présente, la bonne humeur est au rendez-vous. Je conseille ce livre même si je pense qu’une lecture unique est suffisante.

★★★★★★★★★★

525542ColdWinterChallenge4medium