Le mystère du corps humain

rieder_le_mystere_du_corps_humain_couv.indd

De Jan Paul Schutten & Floor Rieder

Lecture 2018

Résumé : Nous ne l’avons pas choisi, et pourtant nous allons passer notre vie entière avec lui. Alors autant faire connaissance le plus tôt possible. Lui ? Notre corps ! Il est prodigieux, incroyable, unique. Par où commencer notre exploration ? Si nous nous projetions à l’intérieur de l’une de nos milliards de cellules ? Ça tombe bien, elle ressemble justement à un vaisseau spatial miniature…

Bande1

106

Je remercie les Éditions L’école des loisirs pour l’envoi cet ouvrage.

Mon avis : J’ai découvert ce livre sur le site de L’école des loisirs. Le visuel de la couverture m’a plu et je me suis dit, soudain, pourquoi pas ? Au collège et au lycée, la science ne m’a jamais vraiment passionné. Je me suis donc dit que cet album serait l’occasion de rattraper mon retard sur toutes les choses que je n’avais pas écouté en cours et que cela ferait une révision pour mes études actuelles. Nous allons, dans ce livre, partir en voyage dans notre propre corps, cerveau, yeux, cœur, cellules et bien d’autres seront de la partie !

Le premier élément visible dans un livre, c’est le visuel. La couverture est cartonnée, le dos est rouge en tissu et les pages sont dorées, autant vous dire que j’étais émerveillée en découvrant l’album. Lorsque l’on feuillette un peu, nous pouvons observer de magnifiques illustrations afin d’expliquer l’anatomie du corps ou des notions difficiles. Les couleurs sont magnifiques, les traits sont grossiers mais le style de l’illustratrice me plaît beaucoup, cela apporte une touche qui s’harmonise avec l’esprit de l’album. Le seul bémol est que les illustrations de Floor Reider ne sont pas toujours compréhensibles et à plusieurs reprises, j’ai demandé à des amis de m’expliquer certains schémas qu’eux-mêmes n’ont pas compris. Si une adulte a du mal à comprendre cela, je pense qu’une tranche de 11-13 ans sera également dans l’incompréhension. Le toucher des pages est très agréable, un plaisir de tourner les pages.

Au niveau du texte, je n’ai rien à redire, tout est excellent. Les explications sont claires avec des exemples concrets de la vie de tous les jours, Jan Paul Schutten a beaucoup d’humeur, ce qui rend la lecture vraiment très agréable. Pour quelqu’un qui n’aime pas vraiment la science, j’ai passé un très bon moment. Je n’aurai jamais imaginé avoir autant envie de continuer un livre de science et m’épanouir autant. J’ai appris de nombreuses choses et j’en suis ravie. Cet album est très précis et clair, je le recommande. En revanche, je ne suis pas certaine que la tranche d’âge 11-13 ans soit adaptée, j’ai lu certaines choses qui, à mes yeux, n’étaient pas destiné à des enfants de cet âge mais peut-être suis-je de l’ancienne école. Je pense que ce livre convient à merveille pour des adolescents autour de 14-15 ans et des adultes de tout âge.

★★★★★★★★★

Publicités

In the after, tome 1

111

De Demitria Lunetta

Lecture 2018

Résumé : Ils entendent le plus léger des bruits de pas…
Ils sont plus rapides que le plus dangereux des prédateurs…
Et leur traque ne prendra fin qu’à votre dernier souffle !

Amy est devant sa télévision quand le pire se produit, quand ILS attaquent. New York, Paris, Tokyo… Des créatures sans pitié déferlent, et dévorent les humains. Personne ne sait d’où ils viennent mais une chose est sûre : la population de la planète décroît dramatiquement en quelques jours à peine. À l’abri de la grille électrifiée de sa maison, Amy parvient à leur échapper… mais pour combien de temps ?

Elle qui a perdu tous les siens parvient tout de même à recueillir Baby, une petite fille qui a miraculeusement survécu aux crocs acérés des nouveaux maîtres du monde. Trois ans qu’elles survivent en autarcie, quand d’autres survivants commencent à se manifester. Elles pensent que leur enfer est terminé… mais il ne fait que commencer !

Bande1

105

Lecture commune avec Marion de Entre les lignes

Mon avis : La planète n’est plus ce qu’elle était, les monstres ont envahi les lieux dévorant les derniers survivants. Lors d’une simple excursion en quête de vivres, Amy croise le chemin de Baby, une petite fille blessée. Toutes deux vont devoir apprendre à survivre en silence.

Amy est une adolescente plutôt « à l’aise » dans cet univers apocalyptique, en effet, son atout est le silence et rien de mieux pour survivre face aux créatures. Je n’ai rien à dire de précis sur sa personnalité, c’est un personnage banal qui ne m’a pas marqué. Baby est une petite fille que l’adolescente rencontre sur sa route. Elle, contrairement à Amy, m’a surprise. Du haut de ses quelques années, moins de dix ans, je l’ai trouvé bien plus mâture que sa sauveuse. À mes yeux, il y a une raison à cela que j’aimerai développer tant elle est intéressante. Avant l’invasion des monstres, Amy vivait une normale tandis que Baby n’a quasiment connu que ce monde où il faut être silencieux pour survivre, ce qui expliquerait cette maturité pour un âge si jeune. Je dois reconnaître que je me suis attachée à elle grâce à cette envie de la protéger.

Au début de ma lecture, j’étais très heureuse de constater que j’étais bien dans du post-apocalyptique et que le livre se lisait rapidement. Mes espoirs ont rapidement été anéantis. Marion, ma partenaire de lecture commune, a analysé à la seconde partie du roman qu’il s’agissait en fait de dystopie et que les monstres que le résumé nous vantait, n’étaient visibles « physiquement » que dans à peine un quart du roman. En effet, lors de cette deuxième partie, l’univers entier change, c’est-à-dire que le lieu, les conditions, la tournure de l’ouvrage prend un tout autre sens. Parfois les surprises sont réussies et plaisent aux lecteurs, d’autres fois elles sont ratées et pour moi, c’est la seconde option qui l’emporte.

Je vais tenter de mettre mes idées au clair le mieux possible car mon cerveau est aussi embrouillé que le livre lui-même. Dans ce nouveau lieu inattendu, l’autrice nous a offert deux points de vue à deux moments différents du personnage principal. Dans le premier, nous savons que Amy « vit dans le présent » et pour l’autre, nous n’avons pas vraiment de date ou de moment de repère, nous savons juste qu’elle est prise en charge par des médecins. Sans spoiler quoi que ce soit, j’ai trouvé cette partie inutile puisque l’autrice se répète sans arrêt et n’apporte aucune information au lecteur.

 Pour conclure, si ma note semble mitigée ou même moyenne, je suis déçue parce que je m’attendais à tout sauf à ça. Le résumé nous laissait présager du post-apocalyptique, c’est donc à cela que je m’attendais, à suivre des personnages dans leur survie ce qui n’a pas été le cas. J’ai trouvé qu’il y avait trop de « blabla » et peu d’action. Vers les trois quarts du roman, j’ai ressenti un sentiment que je déteste : j’étais lassée et j’avais hâte de finir ma lecture. Heureusement, la fin a rattrapé légèrement le reste de l’histoire grâce aux quelques révélations. Il existe un tome deux, je ne suis pas certaine d’avoir envie de tenter l’aventure à nouveau et ressentir ce même sentiment désagréable. Je pense donc passer mon chemin et quitter ce monde pour toujours.

★★★★★★★★★★

Honeydukes : Un livre à gratter et à sentir

110

De Collectif

Lecture 2018

Résumé : Les friandises du monde de Harry Potter sont délicieuses, détonantes ou dégoûtantes… mais toujours surprenantes! Un livre grâce auquel petits et grands pourront sentir les parfums des incroyables sucreries de chez Honeydukes et revivre les scènes les plus savoureuses de la saga. Un concept ludique, avec des pastilles à gratter et à sentir, adapté aux fans les plus jeunes. De nombreuses odeurs à sentir pour retrouver toutes les friandises de la confiserie magique.

Bande1

104

Mon avis : Qui n’a jamais souhaité plonger au cœur de l’univers de Harry Potter ? Honeydukes, un livre à gratter et à sentir nous plonge dans les gourmandises et confiseries de ce monde fantastique.

J’ai découvert ce petit album récemment. Sa magnifique couverture, ses couleurs pastelles et ses magnifiques illustrations m’ont attiré. Il faut avouer que les traits des dessins sont assez enfantins mais ils sont d’une grande beauté, les coloris choisis sont harmonieux. Le visuel de ce livre est vraiment réussi.

Passons maintenant au concept de ce livre : sentir. Quelle bonne idée de créer un livre avec lequel on peut s’amuser avec nos sens, ici l’odorat. Je suis assez mitigée quant aux odeurs que j’ai pu découvrir. Certaines sont réussies comme les odeurs de bonbons acides et j’en suis très surprise tant cela est réaliste mais certaines sont décevantes et ne sentent pas du tout ce qui est écrit sur le livre, je pense notamment à l’odeur de vomi qui est méconnaissable. Je suis également très déçue sur un autre point : le livre nous promet un parfum atypique … qu’on ne peut pas sentir, quel intérêt de l’ajouter à l’ouvrage ?

Pour terminer, je vais parler du prix. Je trouve le prix « trop » cher pour seulement 24 pages. Certes, le livre est très joli mais il se lit en à peine dix minutes, une fois que le lecteur a tout lu et tout senti, nous savons très bien qu’il restera probablement au fond d’une bibliothèque. Je pense que cet album s’adresse d’avantage aux enfants car les descriptions se limitent à quelques courtes phrases et n’a rien de très surprenant pour un adulte.

Ce serait mentir que de dire que je ne suis pas heureuse de l’avoir dans ma bibliothèque, le visuel étant adorable. Là où je suis mitigée, c’est au niveau du contenu. Un livre très court, avec des odeurs intéressantes et d’autres ratées. Cependant, il peut être intéressant à collectionner pour les fans de la saga.

★★★★★★★★★★

La vraie couleur de la vanille

109

De Sophie Chérer

Lecture 2018

Résumé : Dans la nuit tropicale, un jeune garçon s’enfuit. Il s’appelle Edmond, mais n’a pas de nom de famille. C’est un garçon étrange, passionné, d’une intelligence hors du commun. Il n’a jamais appris à lire, pourtant il connaît le grec ancien. Il n’est jamais allé à l’école, mais ses connaissances en botanique égalent celles des meilleurs savants. Edmond est noir, il est né esclave. Il est orphelin, mais n’a pas connu le même sort que ses parents. À sa naissance, un homme blanc l’a pris sous sa protection, l’a aimé, l’a presque adopté. Et cet homme, ce soir, vient de le trahir. Dans sa fuite, Edmond emporte deux secrets. Le premier est un secret terrible, qu’il ne peut révéler à personne. Le second est au contraire un secret miraculeux, une découverte extraordinaire qu’il a faite lui-même, et qui peut changer le destin de son île. Mais qui croira la parole d’un enfant noir, en 1841 ?

Ce livre raconte une histoire vraie. Elle se passe sur l’île de la Réunion, alors appelée île Bourbon, à l’époque où, malgré la Déclaration des droits de l’homme, les mains coupées des esclaves ornaient encore les couloirs des maisons des maîtres, à l’époque où tout un peuple vivait et mourait dans les champs de canne à sucre.

Bande1

103

Je remercie les Éditions L’école des loisirs pour l’envoi cet ouvrage.

Mon avis : En 1841, les personnes de couleur sont esclaves des personnes blanches. Edmond est recueilli par un homme blanc avec lequel il apprend et découvre son intelligence mais cet homme ne sera qu’un traître de plus. Un soir, Edmond s’enfuit. Il emporte avec lui un sombre secret et un second qui pourrait changer sa vie à jamais.

Je n’ai jamais lu de livres sur l’esclavage et je n’ai pas tant de connaissance que ça sur ce sujet, c’est pourquoi j’avais très envie d’en découvrir plus avec ce livre. Malheureusement, cette lecture ne s’est pas passée comme je l’aurai souhaité, principalement à cause de la plume de l’autrice. Son style d’écriture est particulier, mêlant poésie et philosophie, ce qui n’a pas fonctionné avec moi. Je n’ai pas compris toute l’histoire parce que je n’arrivais pas à me plonger dans l’histoire avec cette plume si atypique.

Il me paraît presque logique d’annoncer que je ne me suis attachée à aucun personnage, peut-être légèrement à Edmond, ce garçon au destin si triste mais qu’une fois de plus, les mots de Sophie Chérer n’ont pas joué en ma compréhension de ce roman et à mon besoin de m’identifier et ressentir des sentiments pour les personnages.

J’ai également trouvé que la flore prenait énormément de place dans ce roman, effaçant presque les conditions de vie physiques et mentales des esclaves dont je voulais en savoir plus afin d’enrichir ma culture et d’essayer de comprendre l’impact d’une vie difficile.

Pour résumé, je suis vraiment triste de ne pas avoir compris la plume de l’autrice. C’est un élément indispensable pour passer une bonne lecture mais il y a des styles fait pour chaque lecteur et certains avec lesquels le lien est plus compliqué. Aux lecteurs qui aiment la poésie et la philosophie, ce livre peut vous plaire.

★★★★★★★★★★

L’utopie des fous

108

De Anthony Boucard

Lecture 2018

Résumé : Si Roméo et Juliette avaient vécu au vingtième siècle, ils se seraient appelés Jules et Jeanne.

Tous deux ont grandi dans un petit village du Sud Touraine durant la Seconde Guerre mondiale. Jeanne est issue d’une famille résistante, Jules vit quant à lui dans la collaboration avec l’ennemi allemand.

Et c’est dans cet univers d’affrontement et de règlement de compte que les deux enfants vont devoir s’aimer. Mais à quel prix ?

Pour continuer de vivre leur amour impossible, les deux jeunes amants ne choisissent ni le couteau, ni le poison, mais la folie pour armure, et l’hôpital psychiatrique comme refuge… Ainsi pourront-ils vivre l’un près de l’autre malgré les lourds secrets qui rongent Jules.

Ce roman raconte leur folle utopie.

Bande1

102

Je remercie Babelio ainsi que IS Edition.

Mon avis : En 1944, la Seconde Guerre Mondiale fait rage. La population est effrayée, les soldats Allemands sont en France. Jules est éperdument amoureux de Jeanne, il vient d’une famille en collaboration avec les Allemands tandis qu’elle est issue d’une famille résistante. Leur amour est impossible et pourtant, ils vont tout faire pour vivre leur idylle. Le récit débute dans un hôpital psychiatrique, vous n’êtes pas au bout de vos surprises.

D’ordinaire, je ne suis pas attirée par les romances impossibles mais l’époque et la situation délicate des deux tourtereaux m’ont intrigué. Jeanne est une adolescente que j’ai trouvé dans son monde, je ne l’ai spécialement apprécié car je n’ai pas compris ni vu son vrai visage. Jules, en revanche, m’a bien plu. C’est un garçon près à tous les sacrifices pour vivre auprès de Jeanne, quitte à commettre l’irréparable. J’ai trouvé intéressant cet amour véritable mêlé au noir secret de Jules.

Rentrons dans le cœur du roman : l’atmosphère et le rythme. Dès les premières lignes, je me suis régalée. J’aime les histoires où l’action débute à la première seconde et c’est ce qu’il s’est produit. Dès les premières pages, Anthony Boucard nous lance une surprise inimaginable accompagnée de suspense tout au long de la lecture. Ça ne s’arrête pas là, de chapitres en chapitres, les révélations éclatent au grand jour, laissant le lecteur sans voix. Rien de cet ouvrage n’est prévisible, excepté un petit passage qui n’a absolument pas gâché ma lecture. De plus, l’environnement dans lequel nous évoluons semble très réel puisque l’auteur a ajouté à son texte des phrases en allemand. J’étais conquise, cela m’a rappelé de bons moments puisque j’ai pratiqué cette langue, j’ai eu le plaisir de traduire les phrases en français, mais bien-sûr, ce bonheur était personnel. Les descriptions des derniers chapitres étaient désagréables à lire, cela m’a parfois soulevé le cœur mais cela reflète la réalité de la guerre. Le seul véritable point noir à mes yeux est le rythme de l’histoire alourdit par des descriptions pas toujours utiles et assez longues.

Ce livre me tentait énormément par son originalité mais la peur de ne pas aimer était présente. N’aimant pas forcément les romances et les livres se passant à une époque antérieure, j’avais quelques doutes qui se sont rapidement envolés. En effet, les rebondissements sont incroyables, les secrets et révélations formidables, le suspense est présent du début à la fin du roman, tenant le lecteur en haleine. J’ai passé un très bon moment, je me souviendrais longtemps de cette lecture et de cette originalité.

★★★★★★★★★★

Brûlée vive

107

De Souad

Lecture 2018

Résumé : Souad à 17 ans, elle est amoureuse. Dans son village comme dans beaucoup d’autres, l’amour avant le mariage est synonyme de mort.  » Déshonorée « , sa famille désigne son beau-frère pour exécuter la sentence.
Enfermée dans la chambre voisine, Souad a entendu la condamnation. Le lendemain, elle est en train de laver du linge dans la cour de sa maison. Son beau-frère approche, elle est terrifiée, il l’asperge d’essence, il craque une allumette, elle est brulée vive.
Aux yeux de tous, cet homme est un héros. C’est ce que l’on appelle un « crime d’honneur ». Ce n’est en fait qu’un lâche assassinat. L’exécutant ne risque rien, il n’est presque jamais poursuivi, encore plus rarement condamné. Plus de cinq mille cas sont répertoriés chaque année dans le monde, bien d’autres ne sont jamais connus.
Atrocement brûlée, Souad a été sauvée par miracle. Elle a décidé de parler pour toutes celles qui aujourd’hui risquent leur vie. Pour dire au monde la barbarie de cette pratique. Elle le fait au péril de sa vie car l’atteinte à « l’honneur » de sa famille est imprescriptible.

Bande1

101

Lecture commune avec Misscobook

Mon avis : À ses 17 ans, Souad commet l’irréparable aux yeux de sa famille. Elle tombe enceinte de l’homme qu’elle doit épouser. Avoir un enfant avant le mariage est un déshonneur pour  la famille, le père de Souad demande à son beau-fils de la tuer.  Très affaiblie, elle résiste à ses blessures.

Souad est une petite fille et une femme qui m’a touché. Privée de nombreuses choses dans son pays, la Cisjordanie en 1950-1960, où les femmes vivent dans des conditions épouvantables, Souad se laisse allée à la tentation de l’amour. Elle rencontre son futur mari avant le mariage mais les femmes n’ont pas le droit de voir secrètement un homme. Lors de ces rendez-vous cachés, elle tombe enceinte. Souad m’a ému parce que malgré son enfance et son passé douloureux, elle désire vivre libre et fonder ses rêves les plus chers. On suit à travers ce témoignage sa reconstruction physique et psychique, sa magnifique évolution.

À travers ce livre, j’ai pu comprendre et découvrir les conditions des femmes en Cisjordanie à une autre époque, cela a enrichi mes connaissances. Je suis admirative de la traversée de Souad entre son passé et qui elle est aujourd’hui. Ce témoignage est émouvant, très fort. J’ai passé un bon moment, à accompagner Souad sur son chemin vers la liberté. Un livre à lire, son histoire doit être connue. Cette histoire n’est pas que la sienne, elle est aussi celle de toutes ses femmes parties trop tôt.

★★★★★★★★★★

Oubliée

106

De Eva Erben

Lecture 2018

Résumé : Eva, mère de famille, est sollicitée par l’institutrice de l’un de ses enfants à témoigner de son enfance. En effet, elle est juive et a vécu la déportation lorsque son pays, la Tchécoslovaquie, fut envahi par les Nazis le 15 mars 1939. Quarante ans plus tard, elle va accepter de parler, de raconter ses années de cauchemar, avec beaucoup de simplicité et de délicatesse. La vie terrible du camp bien sûr, la mort de ses parents, mais aussi sa fuite, l’hébergement en cachette dans une famille, la fin de la guerre, les retrouvailles avec une lointaine famille qui ne la comprend pas et ce qui la conduit à venir s’installer en Israël.

Bande1

100

Je remercie les Éditions L’école des loisirs pour l’envoi cet ouvrage.

Mon avis : Eva Erben nous livre son douloureux passé. Née dans une famille juive, elle et sa famille sont déportées dans un camp de concentration où sa vie va basculer. Survivante, c’est dans la classe de son fils qu’elle racontera pour la première fois son histoire avec un grand H.

Je lis beaucoup de témoignages car ils ont tous quelque chose à nous apprendre. Chaque histoire transmet des connaissances, des informations, des révélations. La Seconde Guerre Mondiale est l’une des périodes historiques qui m’intéresse, principalement les récits des survivants, je pense qu’il est important de prendre conscience de leur histoire.

Durant ma lecture, je me suis aperçue que l’autrice allait peu en profondeur dans ce qu’elle nous livrait, elle n’entrait pas dans les détails. Pour ma part, j’aime les précisions dans les témoignages, cela m’aide à mieux comprendre et à m’enrichir de connaissances. J’aurai aimé en savoir plus sur les sentiments de Eva Erben, cela m’a un peu déçu. En réfléchissant, je me suis aperçue que ce manque de détails était une absence d’informations potentiellement choquantes à lire pour les âmes sensibles et qu’il était possible pour des enfants et adolescents de lire un ouvrage sur la Shoah et les camps de concentration. J’ai lu plusieurs livres sur ce thème et Oubliée est le seul à être aussi « doux » dans la tournure des phrases.

En tant qu’adulte, j’attendais plus de profondeur au récit et plus de sentiments mais d’un autre côté il est parfait pour présenter aux enfants et adolescents cette période sans les brusquer ou les choquer. Comme chaque témoignage, ce livre mérite d’être lu.

★★★★★★★★★★

Sauveur et fils, tome 2

105

De Marie-Aude Murail

Lecture 2018

Résumé : Côté jardin, Sauveur mène sa vie avec son fils Lazare, 9 ans et il a quelque espoir de reconstruire une famille avec Louise et ses deux enfants. Côté ville, Sauveur reçoit ses patients : Ella, qui se travestit en garçon, Blandine, qui se shoote aux bonbons, Samuel, qui ne se lave plus, etc. Mais n oublions pas pour autant les autres espèces animales dans cette saison 2. Vivent les hamsters, les ouistitis, et en guest-star : Pépé le putois !

Bande1

99.jpg

Mon avis : Sauveur a bon espoir de faire sa vie avec Louise et ses enfants, ce qui n’est pas pour déplaire à son fils Lazare. Dans ce deuxième opus, nous retrouvons d’anciens patients comme Blandine et Ella mais également de nouvelles personnes très atypiques.

Mon avis sur Sauveur reste le même que lors du tome 1, il est dévoué à ses patients, gentil et possède un humour particulier. Après quelques réflexions, je me suis aperçue que ce roman nommait de nombreux clichés sur les psychologues, ce qui m’a parfois un peu dérangé. Je pense que c’était volontaire de la part de Marie-Aude Murail, de jouer avec une vision erronée et stéréotypée. Ici, Lazare m’a un peu agacé, je l’ai trouvé bien plus enfantin que dans le premier tome, ce qui est logique puisque ce personnage n’a que huit ans mais je l’ai trouvé très répétitif dans ses propos. Louise est un personnage que l’on découvre peu à peu, elle est presque touchante car elle a dû mal à se faire une place dans le foyer de Sauveur et à comprendre sa fille. C’est une femme perdue, timide et qui n’a pas confiance en elle, j’espère la retrouver de manière plus développée dans la suite de la saga, je pense que c’est un personnage très intéressant qui mérite approfondissement. Concernant les patients de Sauveur, je trouve que chacun possède une histoire « tirée par les cheveux », certes cela peut arriver dans la vraie vie et de plus, il s’agit d’un livre jeunesse mais quelques fois, j’ai levé les yeux au ciel. Les patients ont un réel problème que l’autrice amplifie, certainement pour tenir le lecteur en haleine même si cela ne m’a pas convaincu.

L’atmosphère du livre est très conviviale même s’il traite de psychologie et des soucis des patients. Un air enfantin règne sur ce roman, c’est agréable. Certains passages sont captivants, d’autres moins. Je ne m’y attendais pas mais lors de ma lecture est survenu un coup de mou, heureusement il n’est pas resté longtemps et j’ai repris le fil rapidement. C’est une saga douce, à lire lorsque l’on veut se vider la tête ou faire une pause entre deux grosses lectures.

Je suis plutôt satisfaite même si j’ai moins apprécié ma lecture que lors du premier tome. Je lirai la suite de la saga petit à petit.

★★★★★★★★★★