Les petits pains de la pleine lune

42

De Gu Byeong-mo

Lecture 2017

Résumé : Comme dans toute bonne boulangerie-pâtisserie, il y en a pour tous les goûts dans ce petit livre : du mystère, des choses graves, de l humour (noir), de la tendresse (cachée). Le héros est un jeune garçon coréen, sa mère s est suicidée quand il était enfant et sa belle-mère le harcèle moralement. Un jour, il s enfuit de chez lui et trouve refuge dans une pâtisserie, lui qui n était pourtant pas fan de gâteaux ! Là il fera la connaissance d une fille pas comme les autres, Oiseau-Bleu, et d un pâtissier un peu sorcier. Car dans cette boutique vraiment banale en apparence, on confectionne des gâteaux aux pouvoirs étonnants, qui sont vendus sur Internet. Mais attention ! N oubliez pas que la magie peut toujours se retourner contre vous.

Bande

34.jpg

Mon avis : Après le suicide de sa mère, un jeune garçon se retrouve désemparé et perdu au milieu de sa vie. Son père rencontre une femme avec qui il se marie et harcèle le garçon. Coups, insultes, provocations. Lors d’une fugue, il se réfugie dans une pâtisserie. Une boutique atypique créant des gâteaux et viennoiseries ensorcelées. Vendues sur internet, tout le monde se les arrache car chaque création possède une spécificité, cependant, le sort peut se retourner tel un boomerang.

Le jeune garçon est décrit comme un enfant par le patron d’une pâtisserie, nous ne savons pas exactement son âge mais il m’a semblait mâture et comme il réagissait de manière négative au mot « enfant », je suppose que c’est un pré-adolescent ou un adolescent tout court. L’un des points qui m’a plu est son bégaiement. En effet, cela est plutôt triste et un inconvénient en soi mais je suis ravie de voir ce trouble dans la littérature. Il est si rare de rencontrer un personnage principal bègue. Il parle peu dû à son trouble de la parole mais cela ne l’empêche pas de penser énormément. J’ai bien aimé cet esprit adulte en lui et mature mais je n’ai pas aimé ce côté « je m’en fous de tout ». Même s’il a apprit à vivre ainsi, comme pour se défendre de toutes souffrances je dirais, c’est un trait de caractère, une façon de communiquer et d’être que je n’ai pas apprécié car cela rendait la lecture assez plate quant à ses réactions. Quant aux autres personnages, je pense particulièrement au patron de la pâtisserie, je les ai trouvé insipide, je ne m’attarderai donc pas dessus.

J’ai eu un sentiment étrange du début à la fin du roman, cette curiosité et cet ennui persistants. En effet, j’ai trouvé la lecture assez plate, sans grand rebondissement, des longueurs et pourtant, de très courts passages donnaient du peps à l’histoire, ce qui attirait ma curiosité. Malheureusement, l’ennui a pris le dessus et malgré mon enthousiasme en retrait, je continuai d’espérer que le déroulement deviendrait intéressant. Ce que j’ai apprécié dans ce roman, c’est la gourmandise que nous provoque la lecture. En effet, le livre étant tourné vers cette fameuse pâtisserie, j’en avais l’eau à la bouche.

Je suis déçue car je m’attendais à tout autre chose. J’espérais une action intense, des rebondissements incroyables, des millions de gâteaux à gogo mais je n’ai eu droit qu’à la moitié de mes souhaits. Ma lecture était plate, j’ai songé à abandonner ma lecture après 50 pages mais je me suis accrochée grâce aux minuscules passages dynamiques. Je suis déçue de l’ambiance elle-même mais la promesse de pâtisserie est bien là, des recettes, des détails croustillants sur les gâteaux sont présents et c’est ce que j’ai préféré dans ce livre. J’ai adoré baver devant les descriptions culinaires. Le concept-même de la pâtisserie ensorcelée était géniale. Malheureusement, je ne suis pas convaincue de cette lecture dont j’attendais tant.

★★★★★★★★★★

 

Publicités

Bonjour, c’est l’infirmière

41

De Charline

Lecture 2017

Résumé : Chaque matin, Charline réveille sa voiture et sa motivation pour se rendre chez ses patients. Elle a ses chouchous, comme ce couple de vieux qui se chamaille avec la tendresse d’un vieux couple, et il y a aussi des patients difficiles, comme cet homme alcoolique et violent face à qui elle s’est sentie si vulnérable. À chacun, elle prodigue ses soins et un peu plus. Un peu plus, c’est un cœur attentif, qui écoute sans compter son temps, même si ce n’est pas remboursé par la sécurité sociale. Voilà ce qui rend ce métier si exposé, si dur parfois, et surtout si précieux. Franchissons avec elle les portes de ces maisons habitées par la maladie, la solitude, mais aussi la joie, l’espérance, l’humour (et toutes sortes d’animaux). Tendres, poignantes ou cocasses, ces histoires de patients racontent cette profession à laquelle nous confions ce que nous avons de plus intime, de plus fragile et de plus cher : nos malades.

Bande

33

Un grand merci à Babelio et aux Éditions Flammarion.

Mon avis : Charline est infirmière mobile, elle se déplace au domicile de ses patients pour effectuer les soins. À travers ses mots, elle m’a semblé d’une grande bienveillance, prête à écouter et comprendre autrui.

Cet ouvrage montre le quotidien de Charline entre soins, galères et patients. Infirmière, sauver des vies, donner de l’espoir, communiquer, aimer les autres, soutenir. Derrière tout cela, il y a les inconvénients et les coups de colère. Le lecteur se rend compte des difficultés du métier, des journées surchargées et des imprévus. Je pense que cet ouvrage n’était pas destiné uniquement à raconter son quotidien, il s’agissait également de faire passer un message. D’amour, de colère, de joie.

Je trouve très intéressant de se plonger dans la vie d’une infirmière, métier qui demande patience, temps, efforts. Une profession qui me fascine. Je me suis propulsée dans le quotidien de Charline, aidant chaque jour des individus comme vous et moi. Ma lecture était sympathique mais un peu longue. Cela dit, ce livre est parfait après une grosse lecture, pour se changer les idées et faire le vide. On y découvre la passion des infirmières de soigner, d’aider. On y voit aussi les mésaventures. Cet ouvrage est intéressant mais j’ai connu plus vivant. Je ne regrette en aucun cas d’avoir ouvert ce livre.

★★★★★★★★★★

N.B : Il est, à mon sens, impossible et irrespectueux de noter le témoignage d’un individu. Cependant, cette note n’est pas attribuée à la qualité de l’histoire mais à sa facilité de lecture, et d’un point de vue général, à la nécessité de prendre connaissance de cet ouvrage. Toutefois, la note comporte également mon ressenti au long de cette lecture.

La noirceur des couleurs

40

De Martín Blasco

Lecture 2017

Résumé : Cinq bébés enlevés.
Un projet expérimental diabolique consigné dans un journal
intime. Un journaliste qui enquête sur ces disparitions vingt-cinq ans après.

1910, Buenos Aires. Une jeune femme réapparaît au domicile de ses parents des années après avoir disparue, une nuit alors qu’elle dormait dans son berceau.

Une jeune femme sans aucun souvenir, un homme qui se comporte comme un chien, les images hallucinées d’une session d’hypnose, sont les pistes qui conduiront Alejandro à remonter le fil de cette sombre histoire jusqu’à un dénouement aussi terrifiant qu’inattendu.

Bande

32.jpg

Je remercie les Éditions L’école des loisirs pour l’envoi cet ouvrage.

Mon avis : Il y a plusieurs années, cinq bébés ont été arraché à leur foyer pour devenir les sujets d’une expérience. L’homme peut-il devenir meilleur ? Un soir, l’un des bébés devenu adulte rentre dans sa famille. Un journaliste est alors sollicité pour mener l’enquête.

Alejandro est journaliste, passionné par son travail. Un beau jour, il est contacté pour mener une enquête. Alejandro ne comprend pas pourquoi c’est à lui que l’on demande cette faveur. Et j’avoue ne pas avoir compris tout de suite le pourquoi de cette démarche. C’est un homme acharné à trouver des réponses à ses questions et à protéger l’une des victimes. Le second personnage très présent est Amira, jeune femme que je n’ai pas apprécié. Dites amnésique, peu bavarde, elle m’a semblé si manipulatrice que je n’ai pu m’attacher à elle.

J’ai commencé ma lecture très enthousiaste, l’idée de base du roman me semblait très intéressante, l’enquête et l’intrigue me donnaient l’eau à la bouche. Tout aurait pu être parfait mais le rythme de l’histoire ne m’a pas convaincu. Je trouvais cela assez lent, dont certains éléments et passages qui ne m’ont paru d’aucune utilité. Outre ces quelques inconvénients personnels, je n’avais qu’une seule envie du début à la fin, connaître la vérité, ce qui est bon signe et qui signifie que l’auteur a su satisfaire ma curiosité.

De plus, la particularité et le côté piquant de ce thriller sont l’enchaînement des chapitres. L’un montre le cours de l’enquête tandis que le chapitre suivant montre le journal intime de l’expérimentateur et de son avancée expérimentale. Cela apporte beaucoup à l’intrigue et au roman du point de vue du lecteur.

J’ai lu ce roman très rapidement, deux petits jours m’ont suffit. Ma lecture n’a pas été à la hauteur de mon enthousiasme. Si j’ai adoré découvrir le journal intime d’Andrew, je suis déçue de son ressenti face aux sujets pour lesquels il éprouvait certains sentiments de temps à autre, ce qui enlevait le charme machiavélique de l’expérience, dommage pour un thriller. L’aboutissement final m’a étonné et laissé perplexe. Il est clair que je ne m’attendais pas à une telle fin mais j’ai trouvé cela assez gros pour être crédible. Quant aux derniers mots du roman, j’attendais mieux pour dire au revoir à tous ces personnages. Je suis tout de même ravie d’avoir découvert ce roman.

★★★★★★★★★★

Multiversum, tome 03 : Utopia

39

De Leonardo Patrignani

Lecture 2017

Résumé : Ils ont traversé les dimensions parallèles. Ils ont dépassé les frontières du temps. Mais jusqu’où leur quête de vérité entraînera-t-elle Jenny, Alex et Marco ? D’une réalité à l’autre, il leur faudra retrouver leur identité et affronter un monde au bord du chaos. Le sens de leur voyage est sur le point de se révéler. Un destin amoureux au delà de toutes les limites : la conclusion vertigineuse de l’histoire de Jenny et Alex.

Bande

31.jpg

Lecture commune avec Des Livres / Une fille

Mon avis : Terminus, tout le monde descend. La fin des aventures de Jenny, Alex et Marco approche. Après avoir découvert le Multivers, les mondes parallèles, le Memoria, nos protagonistes s’envolent vers de nouvelles directions.

Dans ce tome-ci, encore une quantité de personnages importante. Je ne me centrerai donc que sur les principaux. Marco est une fois de plus très présent dans cet opus, au fil des tomes, on en découvre plus sur lui. Ici, je l’ai trouvé plus ouvert à l’expression de ses sentiments, ce qui m’a permis de me sentir plus proche de lui. Je suis également retombée amoureuse de Alex et Jenny. Ils sont perdus, ils ne comprennent pas ce qu’il se passe, leur relation n’est jamais la même d’un monde à l’autre et c’est ce qui est passionnant. Ils sont touchants, incroyablement mignons, et surtout on aime leur complicité et leur relation atypique.

Les deux tomes précédents étaient plutôt longs pour moi, j’ai essayé de croire en celui-ci. Le début démarrait bien, je me suis sentie captivée, l’envie de continuer mais peu à peu, mon intérêt s’est dissipé, rythme assez lent. Une fois de plus, l’auteur est parti dans tous les sens, dans le but d’épater le lecteur à mon avis. Le thème des univers parallèles est dur à traiter mais si l’auteur lui-même s’emmêle les pinceaux, difficile de savoir où l’on en est. Pour ce tome-ci, Leonardo Patrignani s’est dirigé vers la dystopie, le cliché-même de ce genre. En effet, il y a une lutte contre le système, une rébellion, l’événement clé de toutes dystopies. À ces passages-là, ce sont les sagas Hunger Games, Glitch et Starters qui me sont venues à l’esprit.

Une fois de plus, je suis mitigée et heureuse de terminer cette trilogie. Les points faibles sont toujours les mêmes, éparpillement, le désir de vouloir « trop » bien faire et donc, de perdre le lecteur. Certaines situations, fictives soient-elles, n’étaient pas crédibles. Autant dire que la projection dans le roman était difficile. Le point positif est la sublime relation des personnages. À mes yeux, la vraie clé de cette saga est Jenny et Alex et non pas les mondes parallèles.

★★★★★★★★★★

Les filles sauvages

38

De Pat Murphy

Lecture 2017

Résumé : Joan vient d’emménager avec sa famille près de San Francisco, à la lisière d’un bois. Là, elle rencontre une fille étrange qui prétend s’appeler Renarde et vit seule avec son père dans une maison délabrée, au cœur de la forêt. Les deux filles deviennent amies et participent ensemble à un concours de nouvelles. Elles remportent le premier prix et sont invitées à suivre un stage d’écriture pendant l’été. La porte d’un nouveau monde s’ouvre alors pour Joan : un monde merveilleux, plein d’ombres et de contradictions, mais aussi de lumières et de possibles. Un roman sur l’amitié et le pouvoir de l’imagination, où les deux héroïnes séduisent par leur audace, leur volonté de s’affirmer, de comprendre et de créer.

Bande

30.jpg

Mon avis : Joan vient de déménager, elle rencontre Renarde, une fille sauvage. Ensemble, elles lient une amitié intime et partagent un amour inconditionnel de la nature et de l’écriture. Elles s’envolent au-delà des pages et de leur imagination.

Joan alias Salamandre est une jeune fille en colère, partie du Connecticut pour s’installer près d’une grande ville, celle-ci perd ses repères. Sa situation familiale n’étant pas toute jolie, le lecteur peut facilement se mettre à la place de cette fille au cœur bouillonnant. C’est ici que Renarde intervient. Se baladant, Joan rencontre une demoiselle de son âge, cheveux roux, un brin sauvage. Par leur amour de la nature et de la liberté, une amitié se forme entre elles et laisse à Joan une chance de s’épanouir. Je suis perdue quant à mon avis sur ces deux filles. J’ai bien aimé leur complicité, cette touche d’originalité mêlant nature et liberté. Cependant, j’ai fini par décrocher de cette amitié au fil des pages.

En effet, mon attention s’est affaiblie au fur et à mesure que j’avançais dans ma lecture. Si le rythme du début me semblait correct, je me suis lassée rapidement du manque d’action. L’histoire n’a rien a voir avec ce que je m’étais imaginée et j’aurai pensé et aimé que l’univers de la nature soit plus présent, que l’on plonge dans un univers vraiment sauvage. Je n’ai pas retrouvé ces espérances, je suis tombée sur tout autre chose mêlant le côté fauve à celui de l’écriture. Ma lecture était longue.

Après avoir vu plusieurs avis très positifs, ma déception me semble incompréhensible. Je n’arrive pas à mettre le doigt sur ce qui a réellement cloché avec moi. Cet univers n’était sans doute pas le mien, je suis peut-être passé à côté de quelque chose. La partie « scolaire » prenait plus de place que le côté nature. J’espérais une histoire plus proche des animaux, constituée de nombreuses aventures et un esprit fantastique plus soutenu. Je n’ai rien eu de cela. J’ai refermé ce livre avec soulagement. Terminons sur un point positif, ici les femmes, plus précisément des adolescentes se débrouillent seules. Pat Murphy met, d’une certaine façon, la femme, ses valeurs et ses compétences en avant. Quel bonheur.

★★★★★★★★★★

232df30ca0d813004a4089ac58f1acaa

PAL de l’Automne | 2017

46.jpg

Hello ! Les feuilles commencent à jaunir et à tomber, l’automne est présent avec ses coups de froid et ses pluies impulsives. Eh oui, cruel ce bonhomme qu’est l’automne. Aujourd’hui, je vous propose de retrouver les lectures prévues du 22 Septembre au 21 Décembre ! Certains livres sont déjà lus, c’est pour cela que vous les avez sûrement vu passer sur le blog.

couv2836612couv40111973couv44821719

genevieve-djenati-psychanalyse-des-dessins-animes-o-2266127586-0couv56912376couv74979942

couv65944087couv68607419

 

Bilan | Septembre 2017

Bilan1.jpg

Septembre, rentrée, cours, cantine (oui oui, c’est important de manger). Rythme ralenti par rapport à Août, je suis restée tout de même performante avec 5 lectures ce mois-ci ! Ma grande découverte est La Belle contre l’Angelet, un conte sombre et délicieux. De plus, je l’ai reçu dédicacé, autant vous dire que je suis joie et qu’il va rester un long, très long moment dans ma bibliothèque ♥

5 Livres  1069 Pages

♥ 0 Coup de cœur

Bande

333435

3637

Et l’abandon du mois revient à …

Abandon2

Bonnes lectures !

Athéna’s book club

232df30ca0d813004a4089ac58f1acaa.png

Un book club où la liberté est le maître mot

Je déteste les Book clubs, ceux où l’on te donne un livre précis à lire, sans liberté, sans personnalisation. Contentes-toi de lire ce livre et c’est tout.

L E     C O N C E P T

• Un thème imposé

• Un livre à choisir dans votre PAL

Un mois pour lire le livre choisi

 

L E    P L U S    D E    C E    B O O K    C L U B   ?

La liberté et la personnalisation. Ici, de livre imposé. Nous choisissons ce que nous voulons lire en respectant le thème du mois. Il était temps que quelqu’un invente ce concept !

L E    T H E M E    D U    M O I S

« La femme dans la littérature »

J’ai choisi :

38

 

d0646511ef28c7f50e6c578d4a22e7d5

 

Le décodeur psy

37

De Yves-Alexandre Thalmann

Lecture 2017

Résumé : On aimerait comprendre le fonctionnement de l’être humain, changer et aller mieux, mais on n’a pas forcément le temps de lire d’imposants ouvrages de psychologie, ni l’envie de parcourir les stages de développement personnel… Heureusement, il y a le décodeur psy : l’essentiel de la psychologie et du développement personnel pour aider, pour s’aider, pour comprendre. A comme « Amour », B comme « Bonheur », C comme « Communication », D comme « Dépression », E comme « Estime de soi »… L’auteur de ce petit livre a relevé le défi d’exposer l’essentiel en peu de mots, pour permettre à chacun de faire le tour de la question, d’avancer… et de vivre mieux ! Actuel, informatif, concret, synthétique, non dogmatique, voilà les adjectifs que je souhaite voir caractériser les pages suivantes. Yves-Alexandre Thalmann

Bande

29.jpg

Mon avis : En commençant ce livre, je m’attendais à réviser toutes les bases de la psychologie. C’est à peu près le cas. En effet, les premiers chapitres m’ont laissé dénue. Amour, bonheur, communication. J’ai eu l’impression de commencer un livre de pensées positives, ce que je ne cherchais absolument pas. Le vrai problème est que je n’étais sans doute pas dans la bonne période ni dans le bon état d’esprit pour profiter comme il se doit de ce petit livre.

Dans la globalité, les thèmes ne m’ont pas convaincu, pas assez poussé à mes yeux. Cependant, je reconnais avoir été heureusement surprise de certaines informations comme, par exemple, les signes de passage à l’acte suicidaire, comment agir et que faire, éléments que peu de gens savent.

Je suis mitigée, perplexe, ce n’était sûrement pas le moment M pour commencer ce livre. J’ai tout de même développer un peu plus mes connaissances, ce qui n’est pas à négliger.

★★★★★★★★★★

Personne n’est venu

36

De Robbie Garner & Toni Maguire

Lecture 2017

Résumé : Robbie est né à Jersey il y a 56 ans. Alors qu’il n’a que 5 ans, il assiste au suicide par pendaison de son père. Le même jour, sa mère, alcoolique, décide de le placer, ainsi que ses trois frères et sœurs. En quelques heures, le monde qu’ils avaient toujours connu s’effondre brutalement. Robbie et son petit frère Davie sont envoyés au Sacré-Cœur, un orphelinat pour les enfants de moins de 12 ans, tandis que leur frère aîné intègre l’orphelinat Le Haut de la Garenne. Quant à leur petite sœur, elle disparaît. Les garçons ne la reverront jamais. L’orphelinat du Sacré-Cœur, dirigé par des sœurs, est en apparence un endroit paisible. Pourtant, on y commet les abus les plus inimaginables… Privations, sévices physiques, humiliations… Robbie et Davie ont hélas rejoint les rangs de ces enfants sans défense, ceux dont personne ne se soucie. Plus tard, les deux frères seront transférés au Haut de la Garenne, où des surveillants pervers et violents organisent des orgies sexuelles d’une violence inouïe, en toute impunité. Certains enfants, à bout, se suicident… quand d’autres ne disparaissent pas tout simplement. C’est la médiatisation brutale de l’affaire de l’orphelinat de Jersey en 2007 qui a brusquement fait jaillir les terribles souvenirs de Robbie Garner, et qu’il raconte dans Personne n’est venu.

Bande

28

Mon avis : Abandonnés, John, Robbie, Davie et Denise partent en direction de l’orphelinat. Jamais ils n’auraient cru subir tant de souffrances. Violences physiques, abus sexuels, tortures, la vie de ces trois enfants ne sera plus jamais la même. Âmes sensibles s’abstenir.

Robbie est le témoignant de cette histoire. À 5 ans, il entre au Sacré-Coeur avec son petit frère auprès de religieuses. Robbie est courageux, avec un réel sens de la famille et l’envie de sacrifice. Malgré toutes les tortures subies, ce petit garçon que l’on voit évoluer résiste à la souffrance pour ses frères. Je suis respectueuse de cet enfant devenu adulte trop rapidement dont l’enfance a été arraché brusquement. Davie est le dernier des petits frères, au début de son histoire, c’était un bambin plein de joie et de vitalité. Dès son entrée à l’orphelinat, le vrai Davie s’est effacé à jamais laissant un visage sans émotions et sans goût de la vie. Il m’a touché, j’aurai tant aimé que ce témoignage soit fictif. Il m’est si dur d’imaginer ces horreurs. Après un accident, il gardera des lésions cérébrales endommagées à vie. John, l’aîné n’est pas allé dans le même orphelinat que ses frères et sa soeur, enfant turbulent et rebelle, celui-ci a été conduit à Haut-de-la-Garenne, une pension encadré par des gardiens. La vie fût d’une cruauté pour John également. Denise, la benjamine de la fratrie est séparée de ses frères Robbie et Davie lors de son entrée à Sacré-Coeur, aucun d’eux ne reverront leur soeur encore bébé à cette époque. Chaque membre de cette tribu m’a touché, l’enfant est à mes yeux un être pur et innocent. J’aurai souhaité que leur enfance soit meilleure. Pourtant la souffrance a été omni-présente à chaque instant.

Ce témoignage n’est pas à mettre entre toutes les mains. Je ne pensais pas que ce livre laisserait en moi cette trace indélébile. Jamais je n’oublierai les mots que j’ai pu lire. Jamais je n’oublierai l’affreuse histoire de Robbie et ses frères. L’ambiance est lourde, dès que l’on commence cette lecture, il est évident que des moments sombres surviendront. Lors de la lecture de ces passages intimes et difficiles, je me suis sentie étrangère, mal à l’aise de lire et d’entrer dans la vie privée de cette famille.

Suicides, abus sexuels, tortures, la lecture est dure. Il faut avoir le cœur accroché. Ce témoignage dénonce toutes les horreurs commises sur des enfants à l’orphelinat du Sacré-Coeur et de Haut-de-la-Garenne. Je ressors de cette lecture chamboulée, parfois j’en ai eu mal au ventre, choquée. Le silence des enfants traumatisés, la révélation quelques années plus tard de ces crimes. Il est horrible de s’imaginer que cela a bien eu lieu et que rien n’est fictif. Je suis blessée de l’horreur humaine, dévastée de ces enfances volées. Les témoignages sont importants, ils permettent de comprendre ce qu’il se passe dans le monde, éprouver de l’empathie, connaître. Si votre cœur est suffisamment solide pour découvrir cette affaire macabre, il vous est possible de lire ce livre. Je souhaite une vie meilleure à tous ces petits et adolescents devenus adultes.

★★★★★★★★★★

N.B : Il est, à mon sens, impossible et irrespectueux de noter le témoignage d’un individu. Cependant, cette note n’est pas attribuée à la qualité de l’histoire mais à sa facilité de lecture, et d’un point de vue général, à la nécessité de prendre connaissance de cet ouvrage. Toutefois, la note comporte également mon ressenti au long de cette lecture.