L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes

23

De Karine Lambert

Lecture 2016

Résumé : Les hommes sont présents partout dans cet immeuble de femmes qui ont renoncé à eux. Dans leurs colères, leurs nostalgies, leurs rêves, leurs désirs… Quatre femmes d’âges et d’univers différents, pas des féministes acharnées : des amoureuses blessées qui se méfient désormais de l’amour et ont inventé une autre manière de vivre. Juliette, une jeune locataire qui vient d’emménager, est séduite par leur complicité, leurs joies, leurs rires et leurs grains de folie. Mais elle, elle n’a pas du tout abdiqué ! Son acharnement va-t-il ébranler les belles certitudes de ces farouches adeptes de la vie en solo ?

bande

Mon avis : L’histoire se déroule dans un immeuble, pas n’importe lequel, un immeuble de femmes où les hommes sont interdits. La raison est que les habitantes ne veulent plus entendre parler d’amour et décident de remplacer ce sentiment par autre chose, entre autre, leur amitié. Juliette est la nouvelle arrivante, ce nid a l’air si douillet, mais un immeuble sans hommes, comment vivre comme ça ?

Je me suis risquée à cette lecture, il s’agit d’un livre que je qualifierai de chick-lit. Un genre littéraire avec lequel je ne suis pas réellement amie. Toutefois, l’idée-même du livre me paraissait si originale que je n’ai pas pu résister. La faiblesse de la femme que je suis n’a pas su refuser. Notons cette couverture fraîche et légère qui donne envie d’acheter ce roman, comprenez mon achat compulsif.

Nous entrons au cœur de l’histoire en compagnie de cinq femmes. L’histoire se met en place dès la première page mais le rythme est très plat, détail auquel je m’attendais. La lecture reste lente et sans grands événements, encore un élément que j’avais prévu. Les péripéties du roman sont pauvres et rares, ce que je reproche à l’ouvrage. Je pense qu’un peu plus de piment aurait facilité ma lecture et que j’aurai sans doute mieux apprécier l’histoire en elle-même.

Je n’ai pris aucun réel plaisir à suivre les personnages, je les ai trouvés brouillon, l’auteure ne rentre pas suffisamment dans les détails et finalement, nous savons peu de choses sur ces dames, ce qui est dommage lorsque l’on passe 213 pages en leur compagnie. Je dirais que celle qui se démarque le plus est Juliette, cette jeune femme qui fait son entrée dans cet immeuble féminin. Elle est avantagée car elle est nouvelle au sein de ce groupe mais rien de plus à mes yeux.

Le roman manque de structure, il y a une idée de base mais rien d’approfondit, pas réellement d’histoire à suivre. Un livre que j’ai trouvé brouillon. En revanche, Karine Lambert a une plume très rafraîchissante, parfaite pour l’été. Si l’ouvrage manque d’équilibre, le style d’écriture, lui, convient à merveille à l’état d’esprit de l’histoire.

Il ne s’agit pas d’une catastrophe, bien sûr que non, la grande qualité de cette histoire est qu’elle serait fort appréciable dehors, au soleil, avec toute la pureté dont elle regorge.

Je ressors non convaincue par ce roman. Je n’ai pas pris de plaisir à lire, car à mon sens, le plan n’est pas suffisamment clair et développé. Notons également que j’ai pris le risque de lire un roman dont le genre littéraire n’est pas mon point fort, il est donc évident que je m’attendais à cette conclusion-ci. Néanmoins, cela m’a permis de découvrir et d’attiser ma curiosité. Je ne ressors pas déçue de cette lecture, je savais à quoi m’en tenir en ouvrant cet ouvrage.

★★★★★★★★★★

Publicités

4 réflexions sur “L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s