Nous les menteurs

22

De E. Lockhart

Lecture 2016

Résumé : Une famille belle et distinguée. Une île privée. Une fille brillante, blessée ; un garçon passionné, engagé. Un groupe de quatre adolescents – les Menteurs – dont l’amitié sera destructrice. Une révolution. Un accident. Un secret. Mensonges sur mensonges. Le grand amour. La vérité.

bande

Mon avis : Cadence. Ce nom ne vous dit rien ? Elle fait partie de la noble famille des Sinclair. Leur devise ? Sois normal, tu peux l’être. Vous pouvez donc d’ors et déjà vous faire une petite idée des membres de cette famille. Ils sont riches, ils veulent l’héritage, ils sont normaux, ils sont dignes et nobles. La perfection n’existe pas, c’est bien connu. Un lourd secret pèse sur eux, la vérité est surprenante.

Surprise. C’est le premier mot qui me vient quand je repense au début de cette histoire. Généralement, les romans mettent du temps à se mettre en place. Étrangement, j’ai été happé dès le départ par cet ouvrage. L’ennui n’a pas sa place et ne fait pas parti de mon vocabulaire pour cette lecture-ci. C’est donc avec beaucoup de joie et de surprise que j’ai été ravie de voir que l’auteure nous emmenait dans cette famille étrange dès le début.

Cet ouvrage aborde tous les Sinclair mais est surtout axé sur « les menteurs ». Ce groupe est composé de Cadence ; Mirren, sa cousine ; Johnny, son cousin et Gat, un ami. Voici donc les quatre personnages principaux de cette histoire. J’avoue avoir été très étonnée. Je me suis instinctivement lié d’affection pour chacun des menteurs. L’auteure sait manier les mots et trouver les arguments justes pour me toucher : elle a su me combler avec des personnages doux, tendres, parfois colériques ou impulsifs. Je suis donc conquise à ce niveau-là.

Certes, ce roman est centré sur ce groupe de quatre mais deux personnages se détachent du lot. En effet, Cadence et Gat sont mis en avant pour leur liaison particulière. J’ai aimé Cadence, mais j’ai mentalement dévoré Gat. Un adolescent attendrit, réfléchi, intelligent et mâture pour son âge, que demander de plus pour tomber amoureuse d’un personnage fictif ? Mon favori de cette lecture est donc cet adolescent. Ensemble, Cadence et Gat sont incroyables. C’est une relation que j’ai apprécié pour cet aspect atypique et étrange mais aussi pour cette touche de douceur qui les reliaient.

L’intrigue de ce livre nous tient en haleine pendant toute la lecture. En effet, un lourd secret pèse sur cette famille. J’ai trouvé que les événements étaient pauvres et rares, mais E. Lockhart a su parfaitement jouer avec les mots, mêlant intrigue durant toute l’histoire. J’ai particulièrement apprécié le suspense qui planait sur le lecteur même lorsqu’il n’y avait aucun rebondissement. Et je pense que c’est un point à ne pas négliger, l’ennui nous attendait derrière la porte sans jamais pouvoir y entrer. L’intrigue est si intense que j’ai fini par douter de tous les personnages. Quel est le secret ? Qui en est l’auteur ? De multiples questions se sont entassés dans mon crâne. L’objectif de ce livre est réussit.

La chute du roman, la vérité ultime, comporte deux éléments : la cause et les conséquences. Aucun spoile ne sera fait dans cette chronique, seul mon ressenti le sera, ce qui provoquera peut-être en vous, une incompréhension vis-à-vis de ce paragraphe, restons vague. J’ai trouvé la cause du secret froid et sans grand intérêt, je m’étais imaginée tout autre chose, un ingrédient qui pimenterait le récit. Je ne suis pas convaincue de l’élément déclencheur toutefois choquée par les répercussions. Sous la vérité, c’est un « oh ! » qui est sorti de ma bouche, les yeux écarquillés. Une énorme surprise pour ma part, je ne m’attendais pas du tout à cela. Pour conclure la fin de cet ouvrage, la vérité suprême, je dirais que le premier élément m’a déçu, mais les conséquences sont tellement inattendues. Des émotions m’ont envahies, des émotions que je n’ai jamais eu durant une lecture et surtout, des émotions que je ne connaissais pas. Jamais je n’ai ressenti cela, frisson, incompréhension, choc, tous mes sentiments se sont emmêlés les uns aux autres.

Je tenais aussi à parler de la plume de l’auteure. Elle a su m’envoûter dès le début, avec ce style si particulier, un style propre à E. Lockhart. Elle n’écrit pas, elle couche sur papier naturel ou virtuel ce que son imagination lui dicte.

Cet achat était à la base « un achat car je devais acheter un livre ». Il n’était pas vraiment désiré. Quelle merveilleuse idée ai-je eu en le prenant entre mes doigts et en l’emmenant en direction de la caisse. Heureuse je suis de ne pas l’avoir reposé, sans quoi, je n’aurai jamais eu le bonheur de lire cette merveille.

★★★★★★★★★

Publicités

2 réflexions sur “Nous les menteurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s