La belle contre l’angelet

35

De Barbara Cordier

Lecture 2017

Résumé : Adulé par tous ses sujets, le prince Childéric n’imaginait pas tomber si bas : il rêvait d’une belle épouse et d’une vie digne de sa pureté, une fée l’a rendu abominablement laid. S’il ne trouve personne pour l’aimer avant son vingt-sixième anniversaire, le sort le privera de sa grâce à jamais. Comble du malheur, il ne reste au château qu’une soubrette qui lui inspire autant de désir que de mépris. L’arrivée d’un jeune homme perdu sur les traces de son père pourrait faire tout basculer. Inspiré par différentes versions de La Belle et la Bête, La Belle contre l’Angelet révise les codes modernes du conte comme ses origines mondaines. Dans un univers faussement naïf où une intrigue peut en cacher une autre, chaque personnage devra apprendre à contourner ses valeurs pour que ses intérêts triomphent.

Bande

27

Je remercie les Éditions Luciférines et Barbara Cordier de m’avoir envoyé cet ouvrage.

Mon avis : Il était une fois un prince merveilleusement beau. En âge de se marier, celui-ci cherche depuis des années une épouse sans jamais s’intéresser à l’une de ses prétendantes. Un soir de bal, une paysanne attire son attention, cette même soirée, la malédiction le frappe. Ce conte n’a rien de beau et merveilleux, entrons dans le côté sombre de cette aventure.

Childéric est le prince d’un grand royaume. D’une grande beauté, égoïste et sévère, il est rapidement détestable. C’est ce qu’il s’est produit avec moi, cependant après avoir compris l’envers du décor, cette haine s’est effacée. Je me suis mis à la place de cet homme et j’ai essayé de comprendre ses faits et gestes. C’est un personnage pour qui j’ai pris de l’affection au fil des pages et une pointe de pitié pour ses erreurs passées. Eminia, cette jeune femme au rôle important est, de premier abord, incompréhensible. Difficile de s’identifier à elle et de comprendre les rouages dans sa tête. Je l’ai détesté, du début à la fin. Une vicieuse petite peste formidablement bien créée par Barbara Cordier qui a su poser les mots justes pour que le lecteur n’est qu’une envie : la voir disparaître. Angelet, personnage dont je ne dévoilerai pas le rôle tant il est important à l’histoire. Je l’ai adoré, doux, tendre, courageux. Que serait une réécriture sans une romance ambiguë et alléchante ? L’imagination de l’auteure est débordante et j’ai savouré tout l’amour et le contre-amour de ce petit livre.

Je suis entrée dans l’histoire de manière surprise. Il est vrai que le conte se passe à une époque antérieure, je ne m’attendais pas à ce que le vocabulaire et le style d’écriture en soit de même. En effet, les mots utilisés sont assez anciens, recherchés et courtois. Après quelques chapitres, mon esprit s’est accommodé de cette plume et la lecture s’est bien passée. Grâce à sa patte, l’auteure nous plonge au cœur du royaume et du château dans lesquels règne Childéric. En moins de 170 pages, ce conte recense une multitude de péripéties. Je n’ai jamais connu l’ennui. J’étais tellement passionnée que les pages défilaient sous mes doigts sans pouvoir m’arrêter.

C’est avec tristesse que j’ai refermé cet univers. Cette réécriture sombre et obscure est d’une grande beauté et d’un immense travail. Les personnages sont tellement beaux qu’on les penserait réels. L’histoire quant à elle est fabuleuse du début à la fin, la romance est incroyable et étonnante. Le lecteur s’envole vers ce monde façonné à la perfection. Grand nombre d’entre nous connaissent ce conte de manière douce. Ici, il n’y a pas de « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Cette partie brumeuse enchaîne le lecteur à une aventure plus dramatique et plus occulte. J’ai passé un moment formidable, cette réécriture vaut le détour. Je promets de le garder précieusement dans ma bibliothèque durant des années et des années.

★★★★★★★★★

Publicités

La Sélection, tome 05 : La Couronne

34

De Kiera Cass

Lecture 2017

Résumé : Il ne doit en rester qu’un. Vingt ans après la Sélection d’America Singer, et malgré l’abolition des castes, la famille royale d’Illeá doit à nouveau faire face au mécontentement du peuple : l’heure est venue de lancer une nouvelle Sélection. Sa mère à l’article de la mort, son père dévasté, il est temps pour la princesse Eadlyn de passer à la vitesse supérieure dans le processus de la Sélection. Encore novice aux jeux de l’amour et du pouvoir, détestée par une partie de l’opinion publique, elle doit pourtant choisir au plus vite son Élite de six prétendants. Devenir femme, épouse et reine en l’espace de quelques semaines, telle est la lourde tâche qui repose sur les épaules de la princesse. Mais le cœur peut se révéler un précieux allié, pour qui sait l’écouter…

Bande

26

Mon avis : Durant des années, les choses ont changé. Certaines se sont apaisées et d’autres ont créé des colères. Il est temps pour Eadlyn d’accomplir sa destinée. La Sélection est lancée, le mariage approche, le peuple mécontent doit être satisfait et la mission de l’héritière approche.

Eadlyn, cette jeune femme que j’ai tant détesté dans le tome précédent pour sa froideur et son égoïsme. C’était là l’objectif de l’auteure, nous faire détester Eadly. C’est avec grand étonnement que j’ai découvert et même redécouvert une princesse gentille, un poil exigeante mais vraiment agréable. Notre rencontre s’est mieux passée que la dernière fois et j’ai pris plaisir à suivre ses aventures. Concernant la Sélection, aucun garçon ne m’a véritablement frappé. Cet aspect de soumission étant trop présent pour moi, je n’ai pu m’attacher à personne sauf exception mais nous en discuterons après ce détail. En effet, j’ai trouvé les potentiels futurs princes et rois sans caractère ni personnalité, à excuser les moindres faits et gestes de la princesse et à faire comme si tout était beau. Que c’était culcul la praline et fleur bleue à n’en plus finir. C’est le seul reproche que je pourrais faire de ce côté-ci puisque durant cette lecture, j’ai rencontré le merveilleux personnage de Erik, cet homme tendre, gentil, attachant et une multitude d’autres qualités.

Nous commençons l’histoire de manière brutale, un drame s’est produit et le lecteur est directement plongé au cœur du roman. Les événements s’enchaînent, quelques longueurs parfois mais rien de dramatique. Comme les autres tomes précédents, il se passe de nombreuses péripéties mais la plume de l’auteure est tellement lisse que malgré tous ces rebondissements, la lecture reste douce.

J’espérais un opus mieux que celui d’avant. Je suis conquise, j’ai retrouvé cet univers que j’aimais, sans prise de tête, avec une Eadlyn agréable a suivre et qui a su prendre de bonnes décisions. Je suis triste de refermer ce monde où j’ai vu grandir America et sa progéniture. C’est lorsque la dernière page se tourne que l’on réalise vraiment que tout est fini.

★★★★★★★★★★

En attendant le bus

33

De Serge D’Alessio

Lecture 2017

Résumé : Six personnes sous un abribus, dans une ville abandonnée. Rien ne les lie, en dehors de l’attente d’un car qui ne viendra jamais. Flirtant avec l’absurde, un point de départ qui engendrera entre les protagonistes conflits et joutes verbales multiples, avec une animosité amplifiée par l’incertitude du sort qui leur est réservé. Dans une position plus que précaire, ils découvriront finalement que leur salut réside dans l’entente et la cohésion. Un huis clos sans concession sur la condition humaine dans toute sa fragilité.

Bande

25

Je remercie les Éditions Baudelaire de m’avoir proposé et envoyé cet ouvrage.

Mon avis : Le temps s’est comme arrêté. Le bus est long, très long. En attendant, des phénomènes inexpliqués se produisent à cet arrêt de bus. Incroyables, effrayants, nous allons suivre les aventures de six personnages. Comment toute cette situation peut-elle être possible ?

Constance est le personnage le plus mis en avant dans cette pièce de théâtre. Elle est plutôt terre à terre et impose son rôle de médiateur. En effet, sympathique, elle ne supporte pas les prises de tête. Martial est un homme gracieux, appartenant à la noblesse, très désagréable. Quel monstre ce personnage, Serge D’Alessio sait manipuler le lecteur à travers d’affreux acteurs. Nous rencontrons Ludovic et sa femme, un couple qui ne se supporte pas et une situation particulièrement intrigante. Germain, le jeune boutonneux au caractère insupportable et Rachel, gentille mais un peu naïve. Je me suis plutôt identifiée à Constance qui est la plus « normale » de cette pièce-ci, quant aux autres personnages, je suis perplexe.

En 98 pages, je me suis ennuyée et je me suis amusée. L’élément principal étant les crises de colère, cela peut rapidement devenir agaçant. Toutefois, ce point négatif est partiellement oublié par les phénomènes inexpliqués de cette pièce. En effet, l’imagination de Serge D’Alessio est débordante puisqu’il a réussi à me captiver avec ses idées farfelues. Quel beau spectacle. Nota Bene : Quelle couverture magnifique.

Je suis mitigée, les colères des personnages étant ennuyeuses à la longue, je me suis parfois lassée de ce que je lisais. Cependant il faut avouer l’avenir incertain et improbable des personnages est excitant, apportant de la curiosité au lecteur. Je suis moyennement convaincue mais la fin vaut le détour. L’auteur nous offre une chute d’une vingtaine de mètres, je n’ai rien vu venir. Quelques défauts pour cette pièce mais excellentes qualités pour le côté fantastique.

★★★★★★★★★★

À quoi tu ressembles ?

32

De Magali Wiéner

Lecture 2017

Résumé : Plongée au cœur d’une bande, tous élèves d’une même classe. A tour de rôle, onze garçons et une fille viennent nous raconter une histoire vécue. Comment fait-on pour traverser l’adolescence et se projeter dans le futur lorsque les modèles renvoyés par les adultes sont trop défaillants ? Quel métier choisir, comment vivre son corps en pleine transformation, nouer sa première relation amoureuse etc.

Bande

24.jpg

Je tiens à remercier les Éditions du Rouergue pour cet envoi.

Mon avis : Ils s’appellent Diane, Maël, Antonin, et bien d’autres. Ils sont dans la même classe et ont chacun leur propre histoire. Ils racontent dans ce livre le poids de leur malheur et de leurs problèmes. Nous sommes là pour les écouter.

Dix personnages sont présents dans ce roman, chacun parlant à tour de rôle. Je ne me suis malheureusement attachée à aucun d’entre eux. Chaque histoire est le reflet de chaque personnage mais à cause du manque de sentiments, je n’ai pu me lier à personne. À mon sens, ils n’ont pas été assez exploité, pas assez de profondeur dans la personnalité des élèves.

Cette lecture n’a pas été ce à quoi je m’attendais. Chaque chapitre traite d’un sujet différent, généralement fort et poignant. Cependant cette quasi absence de sentiments m’a laissé de marbre, il était impossible pour moi d’être empathique. Malgré tout, certaines fins de chapitres provoquent la surprise du lecteur mais même avec ce point positif, je n’ai pas su apprécier et ressentir ce que je lisais.

C’est la plume de l’auteure qui n’a pas matché avec moi. Je l’ai trouvé trop brute, un soupçon de rage à travers les mots et cela ne correspondait pas aux thèmes abordés qui, selon moi, devaient être émouvants. En effet, il s’agit d’une autre façon d’aborder la gravité de certaines choses autre qu’avec de la tristesse mais la colère était trop présente.

Pour conclure, ce petit livre montre les mésaventures du quotidien de dix adolescents, traitant du premier amour ainsi que la première fois, du harcèlement jusqu’à la réticence des parents à faire le métier que l’on a envie. Ce petit livre reflète parfaitement les inconvénients courant et plus rare d’un adolescent qui se cherche. Une plume pas assez tendre, un manque de descriptions sur les sentiments et personnalité des personnages, je suis déçue de cette lecture.

★★★★★★★★★★

Bilan | Août 2017

Bilan

Août, vacances, soleil, temps libre … Quelle joie de lire enfin comme je le veux et je le peux. J’ai fait de magnifiques découvertes comme Harry Potter T.2, Au cœur des émotions de l’enfant, Toile d’@raignée, Passeuse de rêves … Comme vous le voyez, de très bonnes lectures. Il y a aussi eu du moins bon, mais rien de bien catastrophique (sauf Sixtine T.1 qui s’est soldé par un abandon). Retenons simplement le meilleur de ce beau mois riche en belles découvertes !

9 Livres  1943 Pages

♥ 0 Coup de cœur

Bande

242526

272829

303132

Et l’abandon du mois revient à …

couv31635333

Bonnes lectures à toutes et à tous !

424 pas

31

De Diogo Mainardi

Lecture 2017

Résumé : Tito est atteint d’une paralysie cérébrale depuis sa naissance, chaque jour, il doit faire 424 pas, accompagné de son père, pour rejoindre une institution spécialisée de Venise. Le récit propose une réflexion sur la normalité mais est aussi un témoignage bouleversant d’un père face à la différence de son fils.

 

Bande

23

Mon avis : Une erreur médicale a provoqué l’infirmité motrice cérébrale de Tito. Ce témoignage traite de cette différence qui n’en est pas une pour Diogo Mainardi. L’auteur raconte le parcours de son fils, de sa naissance aux quelques pas qu’il exécute chaque jour. L’auteur nous donne les démarches, les explications, le pourquoi du comment et tout l’amour qu’il ressent pour son enfant.

Il s’agit d’un témoignage. Tito est un enfant victime d’une erreur médicale. Au fil des pages, Tito a grandi et c’est ainsi que son père nous expose ses progrès. Pas après pas, le courage de Tito est sans faille. Lui, infirme ? Oui et alors ? Grâce à un bon accompagnement parental, il a su accepter sa « différence ». Diogo Mainardi, père aimant, n’a que faire de l’infirmité de son fils. À chaque nouvelle page, le lecteur s’enfonce dans l’amour profond qu’il ressent envers son enfant, il le décrit comme son Dieu. Autant dire que cela est émouvant.

Le livre étant original, il ne plaira pas à tout le monde. L’auteur compare sans cesse et fait référence à de nombreux artistes italiens, brésiliens ou espagnols. Il n’est pas toujours simple d’entrer dans le cerveau de Diogo Mainardi et de comprendre ses pensées. Les allusions aux œuvres et créateurs sont régulières. Concernant les notes, l’auteur les a rédigé en 424 parties afin de faire honneur à son fils. Les inscriptions étant courtes, le livre se lit rapidement. Quelques heures pour ma part.

Je suis ravie d’avoir découvert ce livre. J’ai sans doute compris l’originalité de l’auteur bien trop tard pour l’apprécier d’avantage. La réflexion de Diogo Mainardi étant très poussée, il n’est pas simple de pénétrer au cœur de son cerveau. Quoiqu’il en soit, ce témoignage montre l’amour incassable du père pour son fils malgré le handicap. Il s’agit d’un beau message qui exprime que, qu’importe l’infirmité il aimera toujours son enfant et qu’elle fait parti de lui. Étant un thème rare en littérature, je vous invite à découvrir ce livre sur l’infirmité motrice cérébrale et d’en savoir un peu plus à ce sujet.

★★★★★★★★★★

N.B : Il est, à mon sens, impossible et irrespectueux de noter le témoignage d’un individu. Cependant, cette note n’est pas attribuée à la qualité de l’histoire mais à sa facilité de lecture, et d’un point de vue général, à la nécessité de prendre connaissance de cet ouvrage. Toutefois, la note comporte également mon ressenti au long de cette lecture.

Le Baiser de l’ange, tome 01 : L’accident

30

De Elizabeth Chandler

Lecture 2017

Résumé : Ivy adore les anges. Elle croit plus que tout à leur existence et collectionne les petites statuettes qui les représentent. Tristan, le garçon le plus adulé du lycée est fou amoureux d’elle, et elle partage ses sentiments. Mais lorsque le destin les frappe violemment, Ivy perd la foi. Et sans cette foi, elle ne peut voir que son ange gardien veille sur elle et tente de l’avertir que le danger rôde…

Bande

22

Mon avis : Ivy aime les anges, elle croit qu’un être aîlé la protège du danger. Tristan, beau garçon du lycée éprouve des sentiments pour Ivy, elle de même. Que peut-il leur arriver si les anges veillent sur eux ? C’est alors qu’un violent événement s’abat sur eux.

Cette histoire est principalement centrée sur l’aspect lycée. Comme Grease ou Glee, les personnages sont nombreux, beaucoup trop. Dès les premiers chapitres, l’auteure a réussi à me perdre. En effet, avec une grande quantité de lycéens, j’ai confondu tel personnage avec tel autre et les dialogues avec. Vous imaginez bien qu’il était difficile pour moi de bien comprendre ce que je lisais. Je ne me suis attachée à personne, l’affaire est réglée.

Ce livre se lit rapidement car la plume est d’une grande fluidité. Malheureusement, l’action est quasi inexistante. Le déclenchement de l’histoire se passe vers la fin du livre, soit aux trois quarts du livre. Les 150 premières pages n’apportent, à mon sens, rien au déroulement de l’histoire. L’atmosphère qui s’y déroule est plutôt scolaire, basée sur l’amitié et non les cours, rassurez-vous. Elizabeth Chandler a particulièrement bien mené cet univers lycéen, la notion d’amis est exploitée efficacement.

Je ressors de cette lecture mitigée. Je ne suis pas déçue car je ne m’attendais à rien d’exceptionnel et l’ouvrage se lit rapidement. Le lecteur retrouve ce que promet l’auteure, un monde lycéen où l’amitié est présente. Cependant je ne peux oublier les défauts de ce livre qui sont le surplus de personnages et des péripéties plates, presque inintéressantes.

★★★★★★★★★★

Harry Potter, tome 02 : Harry Potter et la Chambre des Secrets

29

De J. K. Rowling

Lecture 2017

Résumé : Une rentrée fracassante en voiture volante, une étrange malédiction qui s’abat sur les élèves, cette deuxième année à l’école des sorciers ne s’annonce pas de tout repos ! Entre les cours de potion magique, les matches de Quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry trouvera-t-il le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets ? Un livre magique pour sorciers confirmés.

Bande

21.jpg

Mon avis : Harry part pour de nouvelles aventures à Poudlard. Cette année, la Chambresdes Secrets a été ouverte. Qui est à l’origine de toute cette panique et de toutes ces accidents ? Les élèves sont en grand danger, particulièrement les enfants de moldus, il faut agir vite. Harry reprend du service.

Je comprends un peu mieux cette rumeur qui soulève que Harry se comporte en victime. Je n’irai pas jusqu’à le traduire ainsi mais il est vrai qu’il n’est pas très futé lors de certains passages. Je ne l’ai pas trouvé désagréable ni très amical. Le personnage qui m’a surpris est Ron, ce garçon qui paraît légèrement (beaucoup ?) idiot dans les films et qui finalement possède tout de même de grandes connaissances dans le livre. Le personnage de Hermione m’a un peu déçu, je ne l’ai pas vraiment reconnu. Il se trouve que je l’ai détesté dans le premier tome pour son côté hautain et miss je-sais-tout, cependant je n’ai rien trouvé de cela (ou très peu) dans cet opus-ci. Drago Malefoy reste une fois de plus mon personnage préféré, détestable mais à croquer. Des paroles blessantes et si franches, un point de vue qui n’appartient qu’à lui. Il m’est même arrivé d’être entièrement d’accord avec les dires de Drago.

Le début du roman m’a paru long mais l’action s’est vite mise en place. J’ai pris un grand plaisir à découvrir des scènes que je ne connaissais pas. L’élément surprenant, c’est que même en ayant les films en tête, j’avais l’impression de découvrir pour la première fois cet univers. Autant dire que c’était merveilleusement bien écrit et prenant.

J’ai passé un moment génial, livre lu en seulement 2 jours. Je me suis laissée prendre dans ce monde magique, enviant même les Beuglantes et les baguettes cassées. Le premier tome ne m’avait pas convaincu par son aspect jeunesse, ici ce genre est présent mais on entre tout doucement dans un univers plus adulte et qui me plaît. Je maintiens que l’histoire de ce roman est très bien recherchée et très glauque. J’avoue avoir eu peur à certains passages, le final est pour moi très adulte, il faut avoir le cœur bien accroché. J’ai hâte de découvrir le tome 3.

★★★★★★★★★★

100 fiches de psychologie

28

De Collectif

Lecture 2017

Résumé : 100 fiches de psychologie offre un double éclairage sur la psychologie : une approche classique de la discipline (histoire, fondateurs, écoles…) alliée à un regard actuel sur ses pratiques professionnelles et sur ses différents objets d’étude (naissance, école, famille, vieillesse, déficiences et handicaps, tests et sélection professionnelle, consultations et psychothérapie,…).

Bande

20

Mon avis : Cet ouvrage épais est un livre contenant 100 fiches de psychologie. Nous y trouvons de la physiologie, de la psychopathologie/clinique, du développement, du social, des informations pratiques. Il est constitué de trois parties, la première est la présentation de la psychologie, ses différentes branches et les grands personnages. La seconde concerne les âges de la vie, tout ce qui touche à la famille, à l’adolescence, à l’enfance et à la vieillesse avec des thématiques bien précises comme le divorce. La troisième partie traite des pathologies comme la schizophrénie ainsi que les pratiques telles que l’hypnose, les tests de QI, etc.

Comme vous le voyez ci-dessus, ce livre touche à de nombreux sujets très variés. Intéressant, il reste cependant une lecture lourde puisqu’il s’agit de fiches et donc de contenu scolaire ou professionnel. Les domaines et thématiques abordés peuvent plaire au plus grand nombre par sa diversité. J’informe tout de même que le vocabulaire utilisé est très technique et que même si certaines définitions sont données, il faut avoir des bases en psychologie pour pouvoir comprendre correctement ce qui est écrit. À la fin de chaque sujet est inscrit en fin de page quelques références permettant ainsi d’approfondir les connaissances.

Je l’ai lu en 10 jours. Il s’agit ici d’une lecture plaisir et non obligatoire. Étrange de se plonger dans des fiches me direz-vous. C’est en feuilletant cet ouvrage que cette envie m’est venue. Les thèmes m’intéressaient vraiment. Je dois avouer que j’ai parfois peiné dû à la lourdeur des mots et des phrases mais cela est resté enrichissant. Puisqu’il contient la naissance de la Psychologie, j’ai pu me remémorer mes cours et me rafraîchir la mémoire. Je ressors satisfaite de cette lecture que je recommande grandement aux étudiants de psychologie ou aux passionnés ayant un minimum de connaissances et vocabulaires car comme dit avant, le langage est très technique et n’est donc pas accessible à tout le monde. Pour finir, l’idée de référencer chaque sujet pour permettre au lecteur ou à l’étudiant d’aller plus loin est une excellente idée.

★★★★★★★★★★

Passeuse de rêves

27

De Lois Lowry

Lecture 2017

Résumé : Petite est toute nouvelle, mais elle est très douée. Quand elle effleure de ses doigts translucides le bouton d’un pull, elle capte l’histoire de ce bouton : un pique-nique sur une colline, une nuit d’hiver au coin du feu, et même la fois où on lui a renversé dessus un peu de thé…Bientôt, Petite sera capable de combiner ces fragments d’histoires avec d’autres souvenirs collectés à partir d’une photo, d’une assiette ou d’un tapis afin d’en faire des rêves très doux pour les humains. Chaque nuit, elle s’entraîne à devenir passeuse de rêves dans la maison où vivent une vieille femme et son chien.. Mais la formation s’accélère brutalement lorsque la vieille femme se voit confier par les services sociaux un jeune garçon. Il s’appelle John et il est très en colère. Une colère si profonde que les Saboteurs, maîtres des cauchemars, risquent de le repérer. Petite sera-t-elle suffisamment forte pour leur résister ?

Bande

19

Mon avis : Petite est nouvelle, elle ne sait pas encore manier correctement son rôle de passeuse de rêves. Toucher les objets, connaître leur histoire pour en fonder de doux rêves et les offrir généreusement lors du sommeil. Bien qu’elle soit débutante, Petite est très douée. Tout ne peut pas être rose dans cet univers, les Saboteurs, ceux qui provoquent les cauchemars rôdent dans les parages. Les rêves peuvent-ils être plus fort que les mauvais ?

Petite est le personnage principale, minuscule et translucide. Elle est d’une grande douceur, curieuse mais également naïve dû à son jeune âge. Je me suis attachée à elle, pouvoir la suivre est comme apporter un vent frais sur ce livre. Petite aide un foyer composée d’une vieille dame qui recueille un petit garçon ainsi que son chien, Toby. Avec ces trois personnes, principalement les deux humains en vérité, l’auteure montre leur fragilité et leur sensibilité, ils ont besoin d’aide. Je me suis liée d’amitié avec la vieille dame bien que je l’ai trouvé un peu trop patiente, elle reste très ouverte et très bienveillante. Le petit garçon est détestable et adorable. Son comportement et ses paroles sont mauvaises mais cela montre une réelle souffrance, le lecteur s’attache à lui malgré ses défauts et ses réactions. Je suis très satisfaite des personnages que j’ai trouvé géniaux.

Il s’agit d’un petit conte qui se lit très rapidement, quelques heures à peine. La plume est si fluide que les pages défilent à grande vitesse. Tantôt le lecteur est plongé dans cet univers bienveillant de rêves et de souvenirs, tantôt la haine reprend ses droits et l’univers angoissant des cauchemars créés par les Saboteurs revient au galop. L’atmosphère, le rythme, tout est très bien mené, tout est mélodieux.

Je n’ai jamais eu l’occasion de lire une histoire sur les rêves et cauchemars. Il ne s’agit pas seulement de cela, il s’agit d’un univers complet avec le rôle du passeur de rêves, ses pratiques et rituel. Comme chaque conte, un message est délivré à travers les mots de l’auteure. Je suis ravie de voir que cet aspect rêves/cauchemars n’est autre que le reflet du bien et du mal. Ce petit livre est abordable pour tout public, bienveillant, généreux et mielleux, avec tant de saveurs il est temps de le croquer à pleine dent.

★★★★★★★★★★