La Révolte d’Éva

24

De Élise Fontenaille

Lecture 2017

Résumé : Éva et ses quatre sœurs vivent sous l’emprise d’un père violent, admirateur d’Adolf Hitler. Personne dans le village n’ose s’affronter à lui. Sauf Éva, qui est la plus jolie de la famille et aussi la plus rebelle. Jusqu’à la tragédie…

 

 

Bande

17

Je tiens à remercier les Éditions du Rouergue pour cet envoi.

Mon avis : Éva vit un cauchemar. Ses sœurs et elle sont frappées. Ce sont des filles et pour le père si dominateur, il aurait souhaité un garçon dans sa progéniture. Belle, douce, rebelle, Éva est la préférée du père donc celle qui reçoit le plus de coups.

Éva est une jeune adolescente baignant dans la terreur. Le lecteur est compatissant envers elle, chacun sait que la maltraitance est horrible et n’est que souffrance. La Mère est une ex-femme battue, désormais plus âgée et inintéressante, celle-ci se réfugie dans le mutisme, laissant place au silence devant les coups reçus de ses filles. En guise de riposte, elle trouve des excuses à leur bourreau. Ce personnage n’est pas plus développé que cela mais un semblant de Syndrome de Stockholm se laisse apercevoir. Le Père, cet être dominant et qui terrorise chacun. Élise Fontenaille lui a donné une image si mauvaise que je le déteste de tout mon être. Dictateur de sa famille, adorateur d’Aldof Hitler, macho qui rabaisse le sexe féminin. La liste est encore longue si bien que je vais m’arrêter ici.

Ce livre fait à peine 50 pages, il se lit très rapidement. J’ai cependant un peu peiné lors des descriptions des paysages, un certain ennui, certes très court. L’atmosphère est parfois pesante. Il y a tant de méchanceté dans le personnage du père qu’un malaise se crée. Je ne savais plus où me mettre ni que faire. Suite à cela se passe l’élément clé de l’histoire, et c’est à ce moment-là que l’on se rend compte jusqu’où une personne est prête à aller par colère, vengeance ou rébellion.

Le sujet est la maltraitance, un thème qui me plaît pour un livre adolescent. En effet, je trouve qu’il est important de faire passer un message dans la littérature à ce propos. La maltraitance n’est pas forcément visible et pourtant elle est bien là. Elle touche des individus de n’importe quel âge comme le montre Élise Fontenaille. L’auteure s’en est bien sorti pour aborder ce sujet. Le regret que j’ai de cette lecture est que le vocabulaire est plutôt brute, un peu bestial et cela cache le côté émotion, mais je pense que cela était intentionnel de la part de l’auteure. Je sors ravie d’avoir découvert ce livre mais pas totalement « conquise ». La fin de l’ouvrage m’a laissé perplexe quant aux conséquences et aux émotions absentes. Cependant, à la fin de l’histoire, un petit mot de l’auteure nous est laissé et c’est là que les émotions sortent. Une vérité, une réalité, une morale. Le lecteur prend alors conscience que tout cela est bien triste et réel.

★★★★★★★★★★

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s