Vous parler de ça

23

De Laurie Halse Anderson

Lecture 2017

Résumé : Melinda Sordino ne trouve plus les mots. Ou plus exactement, ils s’étranglent avant d’atteindre ses lèvres. Sa gorge se visse dans l’étau d’un secret et il ne lui reste que ces pages pour vous parler de ça. Se coupant du monde, elle se voit repoussée progressivement par’ les élèves, les professeurs, ses amis, et même ses parents. Elle fait l’expérience intime de la plus grande des injustices : devenir un paria parce que ceux dont elle aurait. tant besoin pensent que le mal-être, c’est trop compliqué, contagieux, pas fun. Melinda va livrer une longue et courageuse bataille, contre la peur, le rejet, contre elle-même et le monstre qui rôde dans les couloirs du lycée.

Bande

16

Mon avis : Melinda est une jeune fille plutôt solitaire. Elle fait partie des élèves à la popularité médiocre, ceux à qui ont ne parle pas, ceux qu’on évite, ceux qu’on harcèle pour des raisons injustifiées. Peu à peu, Melinda se replie sur elle-même ainsi que dans le mutisme. Seules les pages que le lecteur lit est un signe de ce que vit cette adolescente. Elle a peur du « ça », mais qu’est-ce donc ?

Nous faisons la connaissance de Melinda, personnage auquel je ne me suis absolument pas attachée. L’ironie est sa manière de penser constante et j’ai détesté. Cette façon de faire des sarcasmes pour tout et rien m’a agacé. J’ai su dès lors que je ne pourrais pas apprécier ce personnage de toute ma lecture, c’est chose faite. Insipide, c’est un mot qui définie parfaitement Melinda. Prostrée dans son mutisme, ses pensées sont le seul moyen pour le lecteur de savoir ce qu’il se passe dans sa tête. Et ce n’est pas bien glorieux lorsque l’on voit que presque aucune émotion n’est mise en avant. Ce personnage est, pour moi, sans saveur et inintéressant. Quant aux autres noms fréquents de cette lecture, je n’en pense pas moins.

J’avoue être perplexe. En toute franchise, je n’ai pas aimé cette lecture mais un point m’interpelle. Malgré cet ennui, j’ai lu ce livre très rapidement grâce à la plume très fluide de l’auteure. Je n’ai jamais vécu cette expérience, « dévorer » (un bien grand mot) un roman tout en détestant l’histoire. Retournons à nos moutons. L’un des thèmes de ce livre est le harcèlement scolaire, sujet important à mes yeux si bien que je suis très exigeante. Du début à la fin, je n’ai ressenti aucun harcèlement mis à part un moment aux trois-quarts du livre. Je n’ai pas été triste, ni énervée. Je n’ai rien ressenti car il n’y avait rien à ressentir. Les émotions étaient absentes, l’action passive. Je me suis ennuyée. Le seul élément qui, à mes yeux, montrent un réel changement dans la vie de Melinda est l’évolution de ses notes qui en dit long.

Je suis déçue. Après ce que j’ai lu, je suis formelle, j’aurai voulu le cliché de la jeune fille harcelée, abattue et qui se relève petit à petit. J’aurai aimé une morale, des émotions, un pincement au cœur mais je n’ai rien eu de cela. J’ai lu un roman sur le harcèlement scolaire dans lequel j’ai surtout suivi une adolescente attachée à l’ironie racontant chacun de ses cours sans jamais y trouver d’intérêt. Je suis probablement passée à côté de quelque chose. Dommage.

★★★★★★★★★★

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s