Histoire d’un chien mapuche

04

De Luis Sepúlveda et Joëlle Jolivet (dessins)

Lecture 2017

Résumé : Le chien, prisonnier, affamé, guide la bande d’hommes lancée à la poursuite d’un Indien blessé dans la forêt d’Araucanie. Il sait sentir la peur et la colère dans l’odeur de ces hommes décidés à tuer. Mais il a aussi retrouvé dans la piste du fugitif l’odeur d’Aukamañ, son frère-homme, le compagnon auprès duquel il a grandi dans le village mapuche où l’a déposé le jaguar qui lui a sauvé la vie. Dans la forêt, il retrouve les odeurs de tout ce qu’il a perdu, le bois sec, le miel, le lait qu’il a partagé avec le petit garçon, la laine que cardait le vieux chef qui racontait si bien les histoires et lui a donné son nom : Afmau, Loyal. Le chien a vieilli mais il n’a pas oublié ce que lui ont appris les Indiens Mapuches : le respect de la nature et de toutes ses créatures. Il va tenter de sauver son frère-homme, de lui prouver sa fidélité, sa loyauté aux liens d’amitié que le temps ne peut défaire. Avec son incomparable talent de conteur, Luis Sepúlveda célèbre la fidélité à l’amitié et le monde des Mapuches et leurs liens avec la nature.

bande

Je tiens à remercier les Éditions Métailié pour cet envoi.

Un beau jour, j’ai reçu dans ma boîte aux lettres un livre à la couverture dure comme je les aime. En ouvrant le paquet, j’ai hurlé de joie. Recevoir du Luis Sepúlveda est un honneur tant j’admire cet écrivain et de plus, l’objet qu’est cet ouvrage est indescriptible tant il est beau.

Mon avis : Les Mapuches sont un peuple indien vivant en lien avec la nature. Protecteurs, ils ont recueilli un chien nommé Loyal qui a grandit aux côtés d’un enfant et de son maître, le chef du clan. Un terrible jour, lorsque le destin a décidé de frapper, le meneur des Mapuches est abattu. Loyal est emmené par les agresseurs et vieillit à leurs côtés. La vie n’est pas simple, coups, fouets. Le bonheur est loin derrière ce chien. Vient le moment où les meurtriers partent en quête de tuer un indien se cachant dans la forêt avec Loyal comme serviteur. La suite est surprenante.

Nous suivons tout au long du roman l’histoire de Loyal, ce chien qui porte à merveille son nom. Bien entendu, je me suis attachée à lui. Luis Sepúlveda s’est inspiré de la qualité première du chien : la loyauté. En effet, du début à la fin, Loyal soutiendra le peuple dans lequel il a grandit, jamais il ne trahira les siens malgré les coups, les violences et le fouet. Parlons maintenant des bourreaux, un groupe détestable qui ne pense qu’à éliminer qui ne lui convient pas. Il faut avouer que cela est malheureusement très représentatif de notre monde actuel. Les Mapuches sont la cible principale du clan des agresseurs, eux, en lien avec la nature et protecteurs de l’environnement et d’autrui dont le cher Loyal. Comment ne pas s’attacher à eux ? La bonté est le synonyme de leur troupe. Nous suivons plus particulièrement un personnage des Mapuches que je garderai sous silence pour la surprise des lecteurs mais son histoire est très belle.

Cet ouvrage contient moins de 100 pages, autant vous dire qu’il se lit à une vitesse incroyable. Le livre se passe à deux époques, « avant » où l’on suit l’évolution de Loyal ainsi que son passé et le « maintenant » qui décrit sa situation actuelle. Je me suis un peu perdue avant de comprendre le concept et j’y ai pris finalement goût. Cela permet une certaine intrigue et une compréhension plus fluide de certains éléments.

L’histoire est originale et je pense que le point vraiment négatif à mes yeux, qui je le rappelle est uniquement personnel, est le vocabulaire très hispanique. En effet, ne m’intéressant pas à la culture espagnole et autres pays environnants, je me suis perdue dans les noms des personnages secondaires et du vocabulaire (bien qu’il y ait un lexique à la fin du roman). J’étais perplexe pendant la moitié du livre, en y repensant, je trouve qu’une fois de plus l’auteur a su me charmer grâce à ses messages cachés. Un chien est loyal et la maltraitance d’un animal est impardonnable. Je ne suis pas forcément très convaincue par le synopsis mais Luis Sepúlveda a écrit avec tant de cœur qu’il m’est impossible de juste dire : ce livre est moyen. En effet, je ne suis pas satisfaite pleinement de ce que j’ai lu mais le message de l’auteur est si beau et si précieux qu’une fois de plus, je tombe dans ses filets. La fin du roman m’a fait versé ma petite larme.

★★★★★★★★★★

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s