J’ai vécu les camps de concentration

52

De Véronique Guillaud & Collectif

Lecture 2016

Résumé : Ils ont entre 11 & 15 ans en 1940, ils sont juifs. Trois expériences d’une même réalité : la barbarie nazie. Simone LAGRANGE a 13 lorsqu’elle est arrêtée à Lyon, avec ses parents. L’homme qui la torture pour savoir où sont cachés ses frères & sœurs, c’est Klaus Barbie. Déportée à Auschwitz avec ses parents, elle sera seule à en revenir. Cristina SZENBERG est parquée, avec sa famille, dans le ghetto de Varsovie dès 1940. Peu de temps avant sa destruction, elle s’enfuit avec sa mère & sa petite sœur dans les égouts, où elles vivront cachées pendant trois mois. André MIGDAL est arrêté à 16 ans par la police français de pour fait de résistance. Il tait ses origines juives. Après des séjours dans des camps français, il sera déporté en mai 1944 à Neuengamme, en Allemagne.

bande

La tradition de ma famille dit que lors d’une naissance, des cadeaux sont offerts aux frères et sœurs. J’ai donc fait une sélection de livres à ma maman comprenant dedans ce livre-ci. En effet, je tenais à lire des témoignages sur ce thème dramatique car je suis partagée entre l’incompréhension et l’horreur.

Mon avis : Simone Lagrange, Cristina Szenberg et André Migdal sont rescapés de La Shoah. À travers ce livre, ils nous livrent leur témoignage poignant, bouleversant. La guerre, les décès, les maladies, les horreurs, chaque détail est donné. Le lecteur plonge au cœur de cette période qu’est le nazisme. Les trois rescapés livrent des mots difficiles. De plus, à la fin de l’ouvrage se trouve un chapitre centré sur les camps de concentration et le nazisme. Déchirant.

Nous ne pouvons que nous attacher aux personnes témoins. Chacune a vécu l’enfer et il n’est pas possible de ne rien ressentir à leur égard. Pour ma part, je me suis attachée à chacun : Simone, Cristina et André. Je me suis prise d’affection pour eux et j’aurai aimé que rien de cela ne leur soit arrivé. Ce n’est pas facile de se faire une image de la souffrance, mais quand elle est sous nos yeux, couchée sur du papier, l’auteur de ses mots prend une place particulière dans notre cœur et notre raison.

Cet ouvrage a été très difficile à lire, les mots durs comme la pierre, blessants comme le silex. Chaque phrase était une épreuve pour moi. Les trois témoignages présentés sont tous bouleversants malgré leurs différences. L’auteure, Véronique Guillaud, a fait un excellent travail en donnant au lecteur cette impression de vide, de tristesse, de réflexion. Ce petit livre se lit toutefois très vite, étant de 95 pages.

Ce livre associant Histoire et témoignages est intéressant et impérativement à lire. Difficile de venir à bout de cette lecture tant les mots sont touchants, trois parcours différents sont présentés. Des illustrations sont mis en scène, des photos de famille, des lettres personnelles, des objets et tant d’autres. Troublant, touchant, bouleversant, ces témoignages si précieux nous plongent au cœur de la guerre et l’antisémitisme comme si nous y étions et imaginer tout cela est impensable. Lire cet ouvrage serait comme rendre hommage à toutes ces personnes sacrifiées et se renseigner sur ce qu’il s’est vraiment passé.

Vous l’aurez compris, cette chronique est plutôt « émouvante ». À l’écrit comme à l’oral, mes mots sont flous. Je suis déconcertée par cette lecture si triste et si déchirante. Ces témoignages m’ont offert une belle remise en question sur l’Humanité et sur ce dont est capable l’être humain. Je me suis fait une idée réelle des conditions de vie de ces personnes et j’en suis ressortie choquée. Certains mots dits par les SS à nos témoins sont tant atroces qu’ils resteront gravés dans ma mémoire. Ce livre est à double sens, il marquera profondément une personne sensible mais je ne pense pas que cela soit négatif. Cela permettra de ne jamais oublier l’enfer que ces gens ont vécu. Cet ouvrage permet également une réflexion approfondie et cette lecture est selon moi, uniquement bénéfique. J’en ressors avec un visage qui a pour nom barbarie. J’en ressors également avec de la tristesse pour ces victimes et de l’admiration pour ceux qui se sont battus pour vivre. Je salue le merveilleux travail de Véronique Guillaud pour ce livre déchirant. Il doit être lu, vraiment.

★★★★★★★★★

N.B : Il est, à mon sens, impossible et irrespectueux de noter le témoignage d’un individu. Cependant, cette note n’est pas attribuée à la qualité de l’histoire mais à sa facilité de lecture, et d’un point de vue général, à la nécessité de prendre connaissance de cet ouvrage. Toutefois, la note comporte également mon ressenti au long de cette lecture.
Publicités

2 réflexions sur “J’ai vécu les camps de concentration

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s