Enfants de nazis

15

De Tania Crasnianski

Lecture 2016

Je tiens à remercier les Éditions Grasset pour cet envoi.

Résumé : En 1940, ces petits Allemands avaient 4, 5, 10 ans, et ils ont vécu la guerre en privilégiés, entourés par des parents affectueux et tout-puissants. Ces enfants, ce sont les filles et les fils des grands dignitaires nazis que furent Himmler, Göring, Hess, Frank, Bormann, Höss, Speer et Mengele. Pour eux, la défaite allemande a été un coup de tonnerre, un arrachement familial, la fin de l’opulence et la découverte de l’horreur hitlérienne. Innocents, inconscients des crimes de leurs pères, ils en ont découvert plus tard toute l’étendue. Certains ont condamné, d’autres révèrent toujours inconditionnellement ces pères honnis par le reste de l’humanité. Ce livre retrace les expériences uniques de ces enfants de héros devenus en 1945 les descendants de criminels. Quels liens entretenaient-ils avec ces pères dont le seul nom fait frémir ? Comment la responsabilité de la faute est-elle portée par les descendants ? Un parcours fascinant en compagnie des filles et des fils de huit leaders emblématiques du IIIe Reich.

bande

Mon avis : Ce livre, comme son nom l’indique, est un recueil d’informations concernant un thème peu abordé  : les enfants de nazis. Qu’on-t-ils vécus  ? Que sont-ils devenus  ? Je me suis intéressée à cet ouvrage d’un point de vue historique mais surtout psychologique, essayant de comprendre pourquoi tel enfant avait telle opinion et pas l’autre enfant. Un livre qui promet une sacrée réflexion.

À la découverte de ce livre, j’ai su qu’il devait finir entre mes mains. Étant une curieuse incontestée, je me devais de lire cet ouvrage pour m’en faire une opinion personnelle autant pour le contenu que pour ce que mes pensées et réflexions. Il aborde un thème que je n’ai jamais eu l’occasion de voir jusqu’ici, les enfants de nazis. Et si je n’ai jamais pu voir ce sujet-ci, cela signifie que je ne me suis donc jamais interrogée non plus. L’occasion était parfaite pour découvrir ce que j’ignorais et d’enrichir ma culture.

Je tiens à faire un point sur le travail brillant de Tania Crasnianski. Entre recherches, anecdotes et témoignages, elle nous plonge au cœur de cette période historique. Non seulement elle parle des enfants de Nazis mais elle fait une biographie de chaque père mentionné, ce qui est très apprécié quand on ne connaît ces hommes que de nom (Himmler, Göring, Hess et bien d’autres). L’écriture est donc très fluide et très compréhensive, tout est mis en avant dans un ordre chronologique pour faciliter la lecture de celui ou celle qui tient ce manuscrit entre ses doigts. Je suis admirative de ce travail, aucunement brouillon, aucunement bâclé, l’auteure a pris du temps afin de concrétiser un livre aussi fascinant.

Fascinant  ? À mes yeux, cet ouvrage l’est. Il apporte de nombreuses connaissances, certainement inconnues pour la plupart d’entre nous. Je suis ravie et conquise d’avoir lu ce travail, cela a enrichit ma culture historique, d’un point de vue historique, tout y est. Les informations sont claires, de sources sûres, précises. J’ai pu prendre conscience de nombreuses choses que j’ignorais, notamment les pères et criminels cités, pouvoir enfin mettre une personnalité sur un nom. Je me suis vraiment intéressée au vécu des enfants de Nazis, ce livre a eu un réel effet sur moi et j’ai pu en tiré mes propres hypothèses. Réfléchir à la raison d’un rejet ou d’une haine envers son père ou au contraire un amour éternel, également me questionner sur leur avenir après cette période douloureuse, leur devenir. Je ne pense pas que ce livre soit uniquement historique, je pense qu’il ouvre bien d’autres portes et c’est sincèrement ce que j’ai apprécié.

Concernant mes émotions, je suis passée par plusieurs stades selon l’histoire de chacun. La tristesse, la surprise (ou plutôt le choc), la joie mais jamais la colère. D’une vision de 2016, il est inconcevable pour plusieurs d’entre nous de comprendre pourquoi adorer encore ces criminels. Mettons-nous dans la peau de leur entourage, quelles auraient été mes réactions  ? Cela demande de la réflexion, et c’est pour cela que je n’ai jamais été en colère, pas même une fois. Je me suis simplement mise en situation afin de comprendre chaque personne de ce manuscrit.

Il s’agit pour moi d’une lecture plutôt lourde, un travail que je nommerai de professionnel de la part de l’auteure, puisque nous apprenons de très nombreuses informations tout au long de cet ouvrage, un vrai régal mais également un cerveau en ébullition (et c’était tellement agréable). D’un point de vue personnel, je suis totalement conquise et je félicite encore une fois de plus Tania Crasnianski.

Ce travail de titan mérite que l’on s’y attarde, aussi bien par curiosité que pour enrichir son savoir. Une grande source d’informations fiables, des mots simples qui se succèdent l’un après l’autre. Je ne peux que vous le recommander pour une période dont on pense savoir beaucoup mais finalement, que l’on connaît si peu. Ce livre transmet des renseignements sur les parents et sur les enfants, de quoi être convenablement guidé lors de la lecture. Votre savoir et votre réflexion en sortent grandis, et  à mes yeux, nous permet de voir les choses différemment.

★★★★★★★★★

Publicités

4 réflexions sur “Enfants de nazis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s