Comme des images

11

De Clémentine Beauvais

Lecture 2016

Je tiens à remercier les Éditions Sarbacane pour cet envoi.

Résumé : « Il était une fois… des ados sages comme des images, dans un très prestigieux lycée. L’histoire commence le jour où Léopoldine a cassé avec Timothée pour Aurélien. Ou bien le jour où Tim a envoyé un mail avec des images de Léo à tout le monde. C’est ici, dans ce très prestigieux lycée, que tout va se jouer. Léo a une journée pour assumer ces images. Mais il faut vite régler cette histoire pour pouvoir penser à autre chose, aux maths et à la physique, à la première S. Parce qu’on ne plaisante pas avec ces choses-là, par ici. On savait que ça ne serait pas une partie de plaisir. Mais on ne pensait pas que cette journée allait se terminer comme ça, à regarder, en plein milieu de la cour, un corps ensanglanté – tout cassé. »

bande

Mon avis : Tout comme au lycée Henri-IV à Paris. Des élèves, des professeurs, des parents, quoi de plus banal  ? Mais au centre de tout ce monde, elles sont deux. Léopoldine est au cœur d’un scandale ainsi que son amie pour l’épauler. Mais que se passe-t-il au sein de cet institut  ?

L’histoire se déroule principalement au lycée, il était donc nécessaire pour moi de faire une petite remarque là-dessus. La description des classes, des groupes et des élèves reflète parfaitement la réalité, un élément que j’ai fortement apprécié. Nous sommes propulsés dans ce monde, ce lycée parisien qui nous semble si familier.

Le cœur de l’histoire révèle un secret, une honte. Je m’attendais à cet événement-ci, je m’y étais préparée puisque j’avais déjà une idée de la suite des péripéties. Je ne me suis probablement pas préparée comme il le fallait. En effet, je ne m’attendais pas à un tel choc. Les mots sont, pour moi, très crus et cela apporte cet aspect de découverte, une explosion au visage du lecteur, une surprise. Je savais ce que ce secret me réservait, mais l’auteure a trouvé les mots justes et tellement forts que cela a eu un tel impact sur moi que j’en ai écarquillé les yeux de stupéfaction.

J’accorde un énorme pouce vert aux exemples illustrés de cette histoire, cela apporte un côté plus réaliste au roman, nous sommes comme projeter dans l’univers que l’auteure décrit au fil des mots. Nous avançons en même temps que ses paroles, vraiment très agréable.

L’histoire est racontée par une amie de Léopoldine (le personnage principal) dont le nom est rarement cité, voire pas du tout. C’est une jeune fille dont j’ai eu du mal à m’attacher, trop puérile et obnubilée par sa meilleure amie (mais au fond, j’ai quand même apprécié cette touche d’originalité). La narratrice n’avait, selon moi, pas la tête sur les épaules, elle avait également beaucoup de mal à comprendre ce qu’il se passait autour d’elle. Je l’ai trouvé très immature, peut-être que l’auteure a voulu en jouer avec l’âge de l’amie de Léopoldine. Cette non maturité m’a laissé quelque peu perplexe, tantôt agaçante, tantôt transparente.

La relation entre Léopoldine et la demoiselle qui raconte l’histoire est étrange. Nous avons donc ce fameux aspect de la copine-kleenex, celle qui n’est là que par nécessité et qui considère sa camarade comme une grande déesse et un modèle. Je suis mitigée sur ce point-ci, je ne suis pas capable de déterminer si c’est un point positif ou négatif de l’histoire, un peu des deux je dirais. C’est une relation amie-amie très atypique et qu’on ne retrouve pas dans les autres romans, une fois de plus, l’originalité est présente. Elle reflète également parfaitement ce que les personnes trop gentilles endurent dans la vie réelle. En y réfléchissant, je dirais que c’est un bon point.

L’ensemble de ma lecture m’a paru intéressante, les pages défilaient vite, j’étais très inspirée. J’avais hâte de finir cette lecture pour en découvrir la fin, que je pensais comme la chute d’une nouvelle, un moment surprenant. Malheureusement, je n’ai pas été convaincue, c’est un passage où je me suis légèrement ennuyée car je n’ai pas compris où voulait en venir l’auteure et pourquoi les derniers actes de l’histoire étaient si mystérieux. Il est hors de question pour moi de finir sur du négatif quand il y a du positif aux toutes dernières pages du livre. En effet, quelle belle remise en question de soi-même, l’auteure donne son avis à travers de la narratrice qu’elle a créée, réflexions et pensées sont au rendez-vous. La plume de l’auteure est fluide et agréable, rien à dire de ce côté-ci.

Pour conclure, j’ai vraiment apprécié cette lecture, même si elle possède ses défauts. La fin m’a déplus, mais je ne souhaite en retenir que les arguments mélioratifs, une histoire très bien écrite. J’ai été ravie de pouvoir lire cet ouvrage. Il s’agit pour moi d’une histoire simple mélangée à une touche de fantaisie, et selon moi, il a toutes ses chances de plaire à quiconque s’embarque dans cette aventure.

★★★★★★★★★★

Publicités

6 réflexions sur “Comme des images

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s